LES BLOGUES
15/05/2017 12:06 EDT | Actualisé 15/05/2017 12:06 EDT

Robert Poëti, le «bulldozer diplomatique»!

En moins d'une minute, Poëti réussit à comparer les situations désespérantes de la Syrie et de la Turquie à des partenaires essentiels comme les États-Unis, l'Italie, la France...

Voyons donc! «On est bin mieux de se réveiller au Québec qu'en Syrie! C't'ivident!»

Voilà en gros un résumé de «l'argumentaire», un sophisme gros comme le bras, du député libéral de Marguerite Bourgeoys quand on lui dit que la situation est loin d'être rose au Québec en cette fin de règne libéral. Ce que lui a fait remarquer le député de la CAQ, Éric Caire, en Commission des Institutions à l'Assemblée nationale la semaine dernière.

Robert Poëti se surpasse par tant d'imbécilités à l'Assemblée nationale. Ce type, à lui seul, si on devait le lancer sur la scène internationale, pourrait faire beaucoup de dommages sur la scène diplomatique.

En moins d'une minute, Poëti réussit à comparer les situations désespérantes de la Syrie et de la Turquie à des partenaires essentiels comme les États-Unis, l'Italie, la France...

En réponse à une remarque du député de La Peltrie, Éric Caire qui se désole du climat politique et social au Québec - notamment sur la question de l'institution de la justice (et il a raison de le souligner!), le député Poëti dérape:

«Pourquoi que le chef de la 2e opposition dit toujours que ça va mal, que le Québec est un échec, qu'on est les derniers de tout, et que vraiment, là, se réveiller au Québec là, c'est inquiétant. Si le député de La Peltrie s'était réveillé ce matin en Syrie, y'aurait peut-être trouvé ça autrement; Oh j'exagère! Ok. En Turquie? Ça vous intéresserait? Peut-être en Italie? C'est magnifique! Je vous rappelle qu'il n'y a pas de gouvernement en Italie et qu'ils essaient d'en construire un! Peut-être qu'y'aurait aimé mieux se réveiller en France! Parce que ça va bien financièrement en France! Parce que ça va bien dans l'état actuellement en France! Peut-être qu'y'aurait aimé mieux se réveiller aux États-Unis? Hein! Y'a une stabilité là qui va vraiment très bien! Est-ce qu'il veut se réveiller en Grèce? Où c't'un déficit depuis des années de temps!»

Non, il ne s'agit pas d'un mononcle un peu pompette qui dérape à la fin d'une soirée bien arrosée, mais plutôt de la meilleure réponse d'un député libéral quand on lui fait remarquer dans quel marasme politique est englué le Québec en ce moment.

Quelle serait la réaction des diplomates et politiciens français, américains, italiens ou grecs si on leur faisait par des comparaisons douteuses, méprisantes faites par un ancien ministre libéral, député toujours en fonction qui s'exprime au nom du parti au pouvoir... Philippe Couillard cautionne-t-il de telles inepties? C'est ce que l'on trouve de mieux pour répondre aux oppositions quand elles font remarquer au gouvernement que, oui, le climat politique au Québec est pourri!

Philippe Couillard l'a certainement remarqué lui dont le gouvernement s'apprête à demander que l'on scrute au passage les demandes d'accès à l'information pour mieux anticiper la prochaine tuile qui s'abattra sur son parti politique! Voilà qui s'inscrit dans la promesse libérale faite par le PM libéral nouvellement élu en avril 2014: «nous serons le gouvernement le plus transparent de l'histoire du Québec!»

Quelques mois plus tard, son parti imposait une longue série de mots-clés (et de nom, on en revient à Violette Trépanier dont parlait le député de La Peltrie lors de la même interpellation qui a mené le député Poëti à tant d'inepties) à l'UPAC pour faire le tri des documents les plus incriminants lors d'une perquisition au PLQ.

Le citoyen du Québec est ému devant tant de transparence! Tout va bien, madame la Marquise!

Le citoyen du Québec est ému devant tant de transparence! Tout va bien, madame la Marquise!

Aie! Au moins on ne se réveille pas en Syrie! Au moins, on n'est pas comme en France ou aux États-Unis!

Philippe Couillard, chef du PLQ, s'engage dans une lutte contre les méchants médias de PKP (mais jamais les mêmes n'ont critiqué l'appui incontesté de Gesca et de son empire au PLQ) qui mèneraient une lutte à son parti au nom du proprio, un maudit séparatiste. Il se consolera en sachant que si un ex-ministre péquiste, toujours député dont le parti était au pouvoir, avait débité les mêmes stupidités insultantes que Robert Poëti, ses médias amis à lui en auraient fait leurs choux gras pendant une semaine au moins. On en parlerait partout, mur à mur.

Ô, il y a bien Antoine Robitaille qui en a glissé un mot, mais ça ne compte pas! C'est lui qui a mis sur pieds le bureau d'enquête de PKP!

LIRE AUSSI:

» «Si c'était n'importe qui d'autre que des élus libéraux...»

» Une République de bananes près de chez vous

» Convergence QS et PQ: dernier essai


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter