LES BLOGUES
19/04/2016 01:55 EDT | Actualisé 20/04/2017 05:12 EDT

Jeff Fillion, le «King» de l'abjection...

Le plus triste demeure que malgré son historique plus que condamnable à la radio, et en tenant compte que l'usage des ondes publiques demeure un privilège qui s'accompagne de devoirs et responsabilités, Jeff Fillion continue encore de jouir de ce privilège. Le vrai scandale, il est là.

Comme tout le monde, j'ai été dégoûté par le commentaire de l'animateur de radio Jeff Fillion sur le décès tragique du fils de l'homme d'affaires Alexandre Taillefer.

En fait, il ne s'agissait pas d'un commentaire, mais plutôt d'une joke plate, d'une joke de gars qui a l'habitude de mépriser tout le monde, d'un gars qui sous le couvert de la «libâtré d'esspression» agit comme un intimidateur en ondes depuis trop longtemps. Un intimidateur des ondes. Un récidiviste du mépris le plus grossier, un électron libre dopé aux cotes d'écoute comme le bully s'enflamme sous les cris de quelques imbéciles dans une cour d'école. «Sua yeule! Sua yeule!» Le bully, tout excité, décochera le coup. Fier de lui.

«Chiasson sur Sophie!»

En ondes, Jeff Fillion, dans toute sa «splendeur ordurière», avait décidé de prendre à partie une animatrice de Québec, bien sûr Sophie Chiasson. Ses attaques étaient si fréquentes que le runing gag en studio était devenu «Chiasson sur Sophie». Mépris pur jus. Misogynie infecte, à répétition. Les parents de l'animatrice habitaient Québec et devaient subir cette intimidation fréquente. L'animatrice avait raconté son calvaire à l'émission Tout le monde en parle. Ça donne une idée du préjudice.

Le florilège d'insultes, d'attaques personnelles, d'abjections envers Sophie Chiasson est tout simplement odieux:

«"Chophie qui est venue ici pis qui... a enlevé son jacket pour être sûre qu'on lui voit ses deux grosses affaires-là. Et de source sûre c'est gros là. C'est encore plus gros toute nue que... habillée là. C'est le genre de fille que tu fais un saut quand elle, quand ça sort de là", "tout est dans la brassière", "est-ce que ça défie la gravité?", "au-dessus des épaules il n'y a pas grand-chose", "pouffiasse", "niochonne", "chouchounne", "chatte en chaleurs", "sangsue", "la même p'tite rapace", "cruche vide", "spécialiste de la menterie", "méchante malade", "malheureusement la grosseur du cerveau n'est pas proportionnelle avec la grosseur de la brassière"».

Cette intimidation infecte s'est étendue sur plusieurs années! On ne parle pas ici d'un coup de gueule une fois, mais plutôt d'un style radiophonique qui se fonde sur le mépris, au mépris justement des règles de base du CRTC. Dans une décision sur le renouvellement de la licence de Genex, l'ex-employeur de Fillion, le CRTC avait rappelé justement ces règles de base que bafouent allègrement l'animateur controversé:

«La diffusion de propos offensants qui risquent d'exposer une personne, un groupe ou une classe de personnes à la haine ou au mépris pour des motifs fondés sur la race, la religion, la couleur, l'origine ethnique, le sexe, la déficience mentale ou d'autres motifs établis dans l'article 3b) du Règlement est incompatible avec les normes et les valeurs du système canadien de radiodiffusion et les valeurs de la Charte. Cette disposition a pour objectif de prévenir le préjudice réel que peut causer ce type de propos, préjudice qui porte atteinte aux objectifs de la politique de radiodiffusion énoncés dans la Loi et qui a été reconnu par les tribunaux.

Un préjudice causé par des propos risquant d'exposer une personne ou un groupe à la haine ou au mépris est d'ordre émotionnel et peut entraîner de graves conséquences psychologiques et sociales à l'égard de la personne ou des membres du groupe cible. La dérision, l'hostilité et les injures qu'encourage ce type de propos ont des incidences négatives graves sur le groupe cible ou sur la confiance en soi, la dignité humaine et l'acceptation dans la société des individus qui le composent. Ce préjudice porte atteinte au droit à l'égalité des personnes concernées, alors que, selon la politique canadienne de radiodiffusion, ce droit devrait être reflété dans la programmation du système canadien de radiodiffusion.»

Le préjudice était si grave dans le cas de Jeff Fillion que le CRTC a pratiquement retiré la licence de diffusion de la station CHOI-FM. Les employeurs de Jeff Fillion ont dû plus d'une fois faire les frais de poursuites en diffamation et ont payé cher la course aux cotes d'écoute sur la radio parlée de Québec en employant Fillion.

Notons au passage que bien loin d'afficher quelques regrets que ce soit quant aux propos qu'il avait tenus envers Sophie Chiasson, Jeff Fillion a continué ses abjections indécentes même après le procès...

«Bassesse épouvantable... Fillion sur l'ADISQ et sa DG»

Jeff Fillion s'est attaqué violemment à l'ADISQ et plus personnellement à sa DG de l'époque (2001 ici) Solange Drouin. Une plainte en diffamation a été déposée et le jugement a donné raison aux plaignants (ADISQ et Drouin).

«En juillet 2007, la Cour supérieure avait condamné M. Fillion et son employeur à verser quelque 550 000 $ en dommages à l'ADISQ et à ses administrateurs, une somme revue à la baisse en 2009 par la Cour d'appel.

Le juge de première instance a écrit que les commentaires faits par monsieur Fillion à l'égard de Mme Drouin étaient d'une "bassesse épouvantable", des propos auxquels a souscrit la Cour d'appel.

Les insultes lancées lors de son émission matinale sont illégales et dégradantes, vulgaires et misogynes, a écrit la Cour. Ils démontrent une volonté de blesser la victime (Mme Drouin), sinon de l'anéantir, peut-on lire dans le jugement. »

«Pierre Jobin, mange marde!»

L'ex-chef d'antenne à TVA Pierre Jobin a aussi été la cible de Jeff Fillion et de ses attaques ordurières. Encore une fois, un procès en diffamation perdu par Fillion, mais dans ce cas-ci, le juge Jean-Claude Larouche y est allé d'une remarque dans son jugement qui visait justement la course effarée aux cotes d'écoute et le fait que les employeurs de Fillion s'accommodaient bien des abjections de leur animateur pour autant que cela soit «rentable».

«Par ailleurs, les propos de Fillion, encouragés en ondes par ses faire-valoir et par André Arthur, ont fait en sorte que les cotes d'écoute de CHOI ont été excellentes et meilleures que celles des concurrents, a-t-on démontré au juge. "L'important pour Genex était la rentabilité à tout prix, peu importe si des réputations pouvaient être détruites, écrit le juge Larouche. Jean-François Fillion a été remercié lorsque Genex ne pouvait plus faire autrement pour sauver les meubles."

Jusque-là, l'ex-animateur vedette de CHOI servait bien Genex et lui permettait d'engranger des profits, ajoute le magistrat. L'entreprise et son président ont profité des propos injurieux et diffamants dont raffole un certain auditoire, d'analyser le juge Larouche, et ils ont fermé les yeux tant que cela leur était possible.

Le morning man a entre autres déclaré que le chef d'antenne avait été congédié partout où il avait travaillé au Saguenay, qu'il n'était qu'un vendeur d'assurances, un «mange marde» et un niaiseux, qu'il avait commencé sa carrière grâce à une duchesse du Carnaval qu'il avait fréquentée et que personne n'était "capable de l'endurer".»

Plus récemment, Fillion s'est attiré les foudres de bien des gens suite à ses commentaires franchement idiots sur le blogueur saoudien Raïf Badawi. Verbatim d'un autre «grand moment de libârté d'esspression» à la Jeff Fillion. Du grand art. (Extrait audio ici...)

«NRJ: Raif Badawi un "cave" qui mérite ses coups de fouet (00:09:28), 9 juin 2015, Jeff Fillion:

11h35: "Gilles Duceppe est de retour? Peut-être que ça va faire débander RDI de... comment il s'appelle, Badoui? Badioui? Raif Badaoui. (...) Awoueille, des coups de fouet, we don't care. C'est-tu un Canadien? Pourquoi on s'occupe de ça? Il est allé dans une place où aller challenger la religion c'est peut-être pas une bonne idée (...) On appelle ça courir après la marde. (...) Ce qu'il faut pas faire, c'est ça là. Essayer de jouer au super-héros. Essayer de remettre l'Arabie Saoudite avec des valeurs occidentales. Faut vraiment être un toton. (...) Il savait qu'il courait après la marde. (...) Il a joué au fanfaron et là, il a l'air innocent. (...) Il s'est mis dans la marde, qu'il s'en sorte lui-même. (...) Le gars est dans un des pays les plus totalitaires de la planète. Et il veut changer ça avec un blogue et écœurer tout le monde? St'un cave! J'm'excuse, mais les coups de fouet, il va les avoir. (...) Non non c'est pas des convictions, c'est un toton! (...) D'après moi, il le regrette un peu d'ailleurs (...) RDI a décroché là, il y a un policier qui a été tué, un cop killer in Edmonton. Quelle merde. Il n'y a rien de pire. Ça c'est écœurant.»

Toujours rentable ce Jeff Fillion...

En dépit du nombre de plaintes déposées contre lui devant le CRTC, malgré les procès successifs en diffamation qu'il a perdus, sans égards aux torts qu'il a causés à ses employeurs depuis qu'il sévit dans la «radio-parlée» de Québec, Jeff Fillion n'a pas de mal à trouver du travail et est très bien payé pour inonder les ondes de ses facéties encore aujourd'hui. Comme rien au CRTC ne semble pouvoir empêcher Fillion de continuer à jouir des ondes publiques. et comme au nom de la «sacro-sainte rentabilité», on sait que l'animateur trouvera toujours quelqu'un pour lui planter un micro sous le nez, la meilleure façon de dénoncer les abjections de l'animateur maintes fois condamné pourrait être de se tourner vers ses commanditaires afin de les associer à ses propos. Pas certain que Bell média, NRJ et tous les autres annonceurs à son show soient très fiers d'être associés à lui aujourd'hui...

Alors Jeff Fillion a encore fait un fou de lui par ses commentaires via twitter concernant la mort tragique du fils d'Alexandre Taillefer... Personne ne devrait en être surpris et ce n'est pas la dernière fois que ce multi-récidiviste de l'abjection fera l'unanimité contre lui.

Le plus triste demeure que malgré son historique plus que condamnable à la radio, et en tenant compte que l'usage des ondes publiques demeure un privilège qui s'accompagne de devoirs et responsabilités, Jeff Fillion continue encore de jouir de ce privilège.

Le vrai scandale, il est là.

LIRE AUSSI :

» Jeff Fillion suspendu jusqu'à nouvel ordre

» «Vous êtes odieux», réagit Alexandre Taillefer à la suite du tweet controversé de Jeff Fillion

» Propos de Jeff Fillion: Alexandre Taillefer questionne l'inaction de Bell Média

» Twitter s'empare de l'affaire Taillefer-Fillion

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images