LES BLOGUES
03/08/2016 02:35 EDT | Actualisé 03/08/2016 02:35 EDT

Festival Mémoire et Racines, cet essentiel rendez-vous...

Je me suis trouvé là des dizaines de fois, cet endroit si particulier que j'associe par instinct au festival Mémoire et Racines. Le parc Bosco, à Saint-Charles-Borromée. Entre 1995 et 2016, je n'ai manqué que deux fois seulement ce rendez-vous de musique traditionnelle, de célébration du patrimoine, mais de métissage des cultures, des sons, des voix, des gens...

Je me suis trouvé là des dizaines de fois, cet endroit si particulier que j'associe par instinct au festival Mémoire et Racines (FMR). Le parc Bosco, à Saint-Charles-Borromée. Entre 1995 et 2016, je n'ai manqué que deux fois seulement ce rendez-vous de musique traditionnelle, de célébration du patrimoine, mais de métissage des cultures, des sons, des voix, des gens...

Mercredi matin le 27 juillet, très tôt le matin, le parc Bosco est merveilleux, pas encore occupé par l'appareillage du FMR. Avec les années, les scènes se sont multipliées. La scène principale porte le nom de Gilles Cantin, un bâtisseur de patrimoine, un canon de notre musique traditionnelle, parti trop vite.

Depuis une quinzaine d'années, je participe au montage du FMR. Il y a plus de 300 bénévoles en moyenne qui rendent ce festival possible. Une vingtaine au montage du site, ceux qui arrivent, comme moi, quand le parc Bosco est « vide » et qui dépinnent le vendredi après-midi, fatigués, mais fiers du travail accompli (comme quand il s'agit de transférer les dizaines de caisses de bières de L'Alchimiste en chantant!). Le parc Bosco est alors devenu le site du festival, fort de plus d'une vingtaine de tentes, de scènes et d'activités diverses.

Les scènes secondaires ont de multiples vocations; la relève par ici, le conte par-là, les métissages possibles d'un instrument mis en vedette, tantôt l'accordéon, sinon la guitare, le violon ou la voix...

On y vit des moments très privilégiés. Les grands noms du FMR se produisent bien sûr sur la scène principale, mais on peut aussi les voir en version acoustique le jour, les samedi et dimanche.

Cette année, j'avais hâte d'assister au spectacle du groupe Maz, « un alliage unique de musique traditionnelle québécoise et de jazz modal, un mélange de sons acoustiques et électriques ». La participation de ce groupe montre bien comment le FMR évolue favorablement et sait faire place à la musique traditionnelle qui mute à l'aune de notre époque. J'ai beaucoup aimé le concert du dimanche soir sur la grande scène, mais la prestation du groupe sous la petite tente de la scène À pieds levés le samedi après-midi m'a complètement soufflé. J'en avais des frissons.

C'est précisément pour des moments comme ceux-là que je suis fier de m'investir dans ce festival... Extrait :

Par moments, j'avais l'impression de me trouver à un concert intime, en plein air, du groupe Gentle Giant! Vraiment, ce groupe mérite d'être plus connu; quel plaisir de les voir au FMR...

Un après-midi au FMR, c'est aussi passer d'une scène à une autre et tomber sur... un atelier thématique sur les guitares et autres cordes à la scène Accordons-nous. André Marchand et Jean-François Bélanger, deux musiciens d'importance de notre musique folklorique, deux virtuoses aussi. Arrêt obligatoire. Tu te faufiles dans la tente afin de jouir d'un peu d'ombre... Et ceci :

Bien que j'aie trouvé la programmation musicale de la grande scène le vendredi soir un peu « calme » par moment, comment ne pas être séduit par cet ensemble vocal scandinave...

Moment cocasse le samedi soir... Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs sont sur la grande scène et à droite, à l'endroit prévu pour ceux qui veulent danser sans nuire aux places assises, le party est pogné... Nicolas Pellerin est porte-parole du FMR cette année et bien que la volonté des danseurs soit d'investir complètement le devant de la scène, il n'ose pas défier les consignes de sécurité...

Réactif, le président du CA du FMR Cédric Champagne court s'enquérir de la possibilité de tasser les barrières avec les responsables de la sécurité. Pow. En moins de deux, les barrières sont déplacées pour laisser ka place aux danseurs...

Ainsi s'est terminée la grande soirée du samedi soir... Tranquillement, certains quittent le site, mais des centaines resteront et convergeront vers l'Abribouffe du Parc Bosco, haut lieu du jam de nuit. Tout à gauche, les chanteurs se relancent les uns après les autres; on pourra entendre des versions inédites de chansons à répondre ou les grands classiques. Un peu à l'écart, des musiciens se rassemblent et rivalisent d'adresse en jouant la Chicaneuse ou un autre reel. La nuit sera longue. Et magique.

Je me suis tenu là des dizaines de fois. Fin de nuit sur la pente du Parc Bosco. Tout en bas, le camping des artistes et des bénévoles. Un dernier regard derrière. Il y en aura toujours des plus braves, des plus fêtards... Ils verront le lever du jour. Perso, mon chien est mort... J'entame la longue et paisible marche vers mon refuge de campeur borroméen.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images