LES BLOGUES
04/01/2018 09:00 EST | Actualisé 04/01/2018 09:00 EST

La pluie est passive-agressive et vous êtes un canard armé d'un parapluie

Je vous souhaite un joyeux début d'année 2018 loin, loin, loin de la passive-agressivité.

https://pixabay.com/p-2438190/?no_redirect

J'hésite depuis plusieurs mois à écrire ce court texte. C'est dans ma nature, vous comprenez, d'hésiter sans cesse. J'hésite depuis plusieurs mois à parler d'un sujet sensible, qui a assombri plusieurs périodes de ma vie par le passé et je nomme : le comportement passif-agressif.

Vous le connaissez tous. Il est insidieux. Il se cache souvent derrière beaucoup de tristesse, d'un incessant besoin de reconnaissance, de manque de confiance en soi, mais ses ravages sont indéniables.

J'ai parfois l'impression que dans notre ère – celle des médias sociaux à perte de vue – ce comportement est fréquent, banalisé, voire facilement balayé d'un revers de souris. Et c'est pour cela que je vous demande de fermer les yeux et de penser à la dernière fois ou vous avez été témoin et/ou victime du comportement passif-agressif d'une personne.

Vous n'êtes pas certain?

Laissez-moi vous rafraîchir la mémoire, avec l'aide de mon ami Wikipédia :

« Une personnalité passive-agressive n'exprime extérieurement son agressivité qu'à travers une façade passive. Par exemple, ce type de personnalité exprime la colère principalement de manière subtile, par des insinuations ou des comportements non verbaux, souvent niés si ces comportements sont explicités par le sujet qui les subit. »

Je suis certaine que des mains ou des sourcils se lèvent, à présent.

Le comportement passif-agressif est parfois inconscient. C'est le mal-être d'une personne qui crie maladroitement à l'aide. Une personne passive-agressive est subtile et parfois dotée d'une incroyable finesse. D'une main de diamant brut dans un gant de cachemire. Et qu'arrive-t-il lorsque le gant tombe, lorsqu'on reproche à la personne passive-agressive un comportement qui nous a blessé?

Beding. Bedang.

Au lieu d'ouvrir doucement, de desserrer la main et d'avouer sa douleur et sa faiblesse, la personne passive-agressive gronde et crache comme un chat prostré. Elle peut aussi avouer le tout, mais continuer de feuler en silence, jusqu'à user jusqu'à la corde toute possibilité de contact vrai et honnête.

Il faut respirer longtemps, tourner sa langue 35 fois dans sa bouche et penser à l'impact que peuvent avoir les mots sur les gens qui nous entourent.

Dans les derniers mois, j'ai lu beaucoup sur la communication non violente. Sur les phrases et les mots à éviter en situation où les cœurs sont trop à vif. Ce que j'en retiens? La douceur et la patience sont les mots d'ordre. Il faut respirer longtemps, tourner sa langue 35 fois dans sa bouche et penser à l'impact que peuvent avoir les mots sur les gens qui nous entourent.

Certains mots, certaines phrases, brûlent la peau pour toujours.

C'est pourquoi je vous invite tout simplement à réfléchir. Comment vous adressez-vous aux gens que vous aimez? Lorsque vous vous sentez blessés, quels sont vos réflexes? L'agressivité ou la douceur? Les commentaires blessants décorés de sucre ou l'entreprise d'un dialogue respectueux?

Je vous souhaite un joyeux début d'année 2018 loin, loin, loin de la passive-agressivité.

Ce qu'il nous reste toujours, au fond, c'est nous.

Et c'est plus précieux que tout.

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images