LES BLOGUES
22/04/2019 06:00 EDT | Actualisé 22/04/2019 06:00 EDT

Entraîner bébé à dormir: aller au-delà de la désinformation médicale

La désinformation médicale que j'ai absorbée en ligne m'a empêché de «pratiquer ce que je prêchais» et a retardé ma décision d'entraîner mon bébé à dormir.

Javier Snchez Mingorance / EyeEm via Getty Images
Après des mois sans dormir, une médecin de famille nouvellement maman a étudié les preuves scientifiques entourant la pratique controversée de l'entraînement du sommeil chez les bébés.

Tout au long de ma formation médicale, j'ai pensé qu'endormir un nourrisson se faisait aussi simplement qu'en le mettant dans un berceau. Quand les parents se plaignaient de la difficulté à faire dormir leur enfant, je leur disais: «Posez-le et c'est tout!»

Après la naissance de ma fille Madi, j'ai réalisé à quel point il est difficile de faire dormir un enfant dans son propre berceau, et encore plus difficile qu'il dorme pendant plus de quelques heures à la fois.

Les premiers mois de sommeil de Madi ont été difficiles, mais je m'y attendais. En tant que médecin de famille, je savais que les nourrissons ne sont pas censés dormir toute la nuit avant l'âge de quatre mois. J'allaitais Madi, puis je la transférais doucement dans son berceau, mais le mouvement la réveillait et nous devions recommencer la routine du coucher. Comme elle se réveillait toutes les trois ou quatre heures, nous avons fini par le faire au moins trois fois par nuit.

Mon mari et moi étions épuisés. Mais nous supposions qu'après quatre mois, nous aurions à nouveau des nuits entières de sommeil.

Dans ma pratique médicale, j'ai rassuré de nombreux parents en leur disant que l'entraînement au sommeil est sécuritaire, pourvu que des vérifications périodiques soient effectuées. En tant que mère, je ne pouvais pas suivre mes propres conseils.

J'ai lu des blogues écrits par d'autres mères qui disaient que l'entraînement du sommeil provoquait chez leur enfant des troubles de l'attachement, de la dépression, de l'anxiété et même un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH).

Je craignais que l'entraînement au sommeil fasse en sorte que mon enfant se sente seul ou sans soutien. La désinformation médicale que j'ai absorbée en ligne m'a empêché de «pratiquer ce que je prêchais» et a retardé ma décision d'entraîner mon bébé à dormir.

Aucune preuve d'effets négatifs

Ce n'est que lorsque Madi a eu 11 mois et que j'étais épuisée que j'ai décidé d'examiner les preuves médicales. Deux études se sont penchées spécifiquement sur les effets de l'entraînement au sommeil sur la santé mentale et le développement de l'enfant. Elles n'ont révélé aucun effet indésirable.

L'une de ces études, publiée dans Pediatrics, a montré que «l'extinction graduelle» et «l'évanouissement du sommeil» (deux méthodes courantes d'entraînement au sommeil) n'avaient aucun effet négatif sur la réponse au stress des nourrissons ni sur l'attachement parent-enfant.

Ariel Skelley via Getty Images
Un père bien reposé cajole son enfant.

Une deuxième étude analysait les effets des méthodes courantes d'entraînement au sommeil sur les enfants, y compris leur santé mentale, la qualité et les troubles de leur sommeil, leur fonctionnement psychosocial et leur tolérance au stress. L'étude a également analysé les effets de l'entraînement au sommeil sur la relation parent-enfant, la santé mentale maternelle et les styles de parentalité.

Cette étude n'a trouvé aucune preuve que l'entraînement du sommeil a eu des effets négatifs sur ces résultats.

Dormir améliore aussi l'humeur de la mère

Même si c'était déchirant d'entendre ma fille pleurer quand je l'ai mise dans son berceau, j'ai dû faire confiance aux preuves plutôt qu'à mes craintes. Dans mon cœur, je savais qu'une mère heureuse et raisonnablement reposée serait mieux pour elle. J'ai lu un résumé de la formation sur le sommeil publié par le Collège des médecins de famille de l'Ontario, qui disait:

L'entraînement au sommeil améliore les problèmes de sommeil chez les nourrissons. Aucun effet indésirable n'a été signalé après cinq ans. Les échelles de l'humeur maternelle s'améliorent également de manière significative. Les patients dont les scores de dépression de base sont les plus mauvais sont ceux qui en bénéficient le plus.

C'est ainsi que notre périple d'entraînement au sommeil a commencé.

En tant que mère, je ne supportais pas d'entendre ma fille pleurer pour s'endormir, mais en tant que médecin, je savais que la formation au sommeil était sans danger et qu'un bébé bien reposé serait un bébé heureux. Après avoir passé 11 mois à ne pas dormir la nuit, j'ai commencé le processus d'entraînement du sommeil.

Démarrer le processus d'entraînement du sommeil

Le processus a été incroyablement stressant et bouleversant. Nous avons dû essayer trois méthodes différentes avant d'en trouver une qui fonctionne pour nous. Finalement, c'est celle qu'on appelle l'extinction non modifiée qui a fonctionné.

Courtoisie
L'auteure et sa fille Madi. «En tant que mère, je ne supportais pas d'entendre ma fille pleurer pour s'endormir, mais en tant que médecin, je savais que la formation au sommeil était sans danger et qu'un bébé bien reposé serait un bébé heureux.»

Avec cette méthode, vous placez votre bébé dans son lit après l'heure normale du coucher et vous le laissez «pleurer» jusqu'à ce qu'il s'endorme. En sortant de la chambre, les parents peuvent le surveiller sur un moniteur pour voir combien de temps il lui faudra pour s'endormir.

Avec le temps, le bébé acquerra des compétences pour s'apaiser et ce temps sera de moins en moins long chaque nuit.

Après trois jours d'application de cette méthode, Madi dormait de 20h à 7h30 sans être dérangée. C'est un bébé plus heureux parce qu'elle est reposée et, de mon côté, je me sens comme une nouvelle personne avec une nuit complète de sommeil.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation.

À LIRE AUSSI:

» Ménage du printemps à la Marie Kondo

» Peut-on apprendre à aimer le café?

» Activité physique et santé mentale: quand trop, c'est comme pas assez

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.