LES BLOGUES
29/04/2016 10:30 EDT | Actualisé 30/04/2017 05:12 EDT

Pourquoi j'ai arrêté de me teindre les cheveux

Même si c'est de la psychologie à cinq cennes, j'ai l'impression que d'avoir arrêté de me teindre les cheveux m'a aidé à m'accepter comme je suis et à mieux apprécier qui je suis. Je vous conseille fortement de tenter l'expérience.

Je vais bientôt fêter ma première année complète sans toucher à la teinture. Depuis l'âge d'environ 12 ans, je me teignais les cheveux. Pendant près de 10 ans de ma vie, je n'ai pas laissé ma couleur naturelle transparaître, mis à part quelques pauses entre certaines colorations. J'étais prise dans le cercle vicieux infernal de la teinture - et j'exagère à peine.

J'ai toujours aimé avoir les cheveux plus pâles l'été et plus foncés l'hiver. Alternant entre colorations de salon et colorations en boites, j'ai passé tout l'éventail des couleurs possibles. Pour moi, c'était presque automatique, comme si j'y étais obligée sans même y réfléchir, et j'adorais le sentiment de me réinventer au fil des saisons. Je ne crois pas être la seule qui le voyait comme ça, plusieurs d'entre nous associons les changements capillaires au renouveau. Pour marquer la fin d'une étape et le début d'une autre, je modifiais ma coloration.

Il y a environ deux ans, j'ai commencé à me faire des mèches blondes. Le résultat me paraissait super naturel - moi qui a pourtant les cheveux bruns très foncé. J'avais l'impression que le blond me donnait du caractère et adoucissait mon visage. Et là, juste comme ça, c'est devenu comme une drogue. Les repousses (hyper contrastantes) me rendaient folle et j'avais toujours l'impression d'être défraîchie. J'ai alors augmenté la fréquence de mes visites chez le coiffeur, pour finalement lui demander de m'appliquer une teinture blonde complète et d'oublier les mèches. Sur le coup, j'aimais beaucoup ça. Je ne voyais plus du tout le brun et ça me plaisait. Mon coiffeur ne voulait toutefois pas me décolorer les cheveux, comme ceux-ci n'étaient pas au sommet de leur forme. Résultat : mon blond était plutôt un roux blondinet absolument pas naturel. J'étais toutefois entêtée à arriver à mon blond cendré parfait et je ne lâchais pas le morceau.

Finalement, il y a presque exactement un an, je me suis lancée : j'allais obtenir le blond cendré que j'avais toujours voulu. Après un bleach et presque une journée complète de décoloration, j'avais finalement sur la tête le blond désiré, mais non pas sans prix. J'aime référer à cette journée comme étant celle de la mort de mes cheveux. En effet, les pauvres ont croulé sous la pression de toute cette teinture et ils ont simplement abandonné. Mes cheveux ont cassé, je les avais brisés. Sur le dessus de ma tête, mon cuir chevelu avait tout simplement brulé et mes cheveux ont cassé à environ un pouce de ma racine. Je me qualifiais moi-même de Long Island Medium, LA référence capillaire du réseau TLC :

Je ne pouvais même plus passer un peigne dans mes cheveux parce qu'ils cassaient dès qu'il y avait un nœud. C'était l'enfer. Quelques semaines après cet incident, j'ai coloré mes cheveux brun foncé et je me suis promis de ne plus les teindre pendant au moins un an.

Ça peut paraitre superficiel, mais ça m'a semblé pratiquement impossible. Toutefois, j'y suis presque arrivée et je suis fière du résultat. Mes cheveux ont une brillance qu'ils n'avaient plus depuis longtemps et je suis surprise de voir que mon brun naturel n'est pas aussi dénué de personnalité que j'aurais pu le croire.

Même si c'est de la psychologie à cinq cennes, j'ai l'impression que d'avoir arrêté de me teindre les cheveux m'a aidé à m'accepter comme je suis et à mieux apprécier qui je suis. Je vous conseille fortement de tenter l'expérience.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photo 12 aliments bons pour la peau et les cheveux Voyez les images