LES BLOGUES
02/06/2013 10:36 EDT | Actualisé 02/08/2013 05:12 EDT

Le succès du Québec Inc. en Chine passera par le commerce en ligne

De grands changements bouleversent présentement les comportements d'achat des Chinoises et des Chinois et il y a de nouveaux outils qui s'offrent aux PME pour percer en Chine.

La Chine vit depuis deux années une révolution technologique, celle du commerce en ligne. Il s'agit d'une transformation radicale qui changera à jamais les habitudes d'achat des consommateurs chinois. En chiffres, pas moins de 329 millions de consommateurs achèteront pour 3 billions (3000 milliards) de dollars en ligne en 2015. La principale raison pour laquelle le commerce en ligne explose en Chine est l'augmentation fulgurante du nombre de personnes au sein de la classe moyenne (environ 474 millions en 2012) et l'accessibilité à Internet en campagne.

Il est donc temps que le Québec réoriente ses priorités d'exportation de produits non finis et encourage dorénavant le commerce international de produits de consommation courante finis vers la Chine. De nouveaux outils de vente élaborés par deux firmes du Québec seront proposés sous peu aux PME afin de leur permettre de vendre en Chine avec de petits investissements (à suivre cet été).

Faits saillant reliés à Internet et au commerce en ligne en Chine

- Classe moyenne de 700 à 800 millions de personnes d'ici à 2020

- 800 millions utilisateurs d'internet d'ici à 2015

- 329 millions d'acheteurs en ligne en 2015

- 3 billions $ seront dépensés en ligne en 2015

- 1 milliard de cellulaires en Chine en 2012

- Centaines de millions d'utilisateurs quotidiens de réseaux sociaux

- La Chine sera bientôt le plus grand importateur du monde

Sources multiples

L'avancement électronique et les réseaux sociaux

Les prédictions estiment que la classe moyenne pourrait dépasser les 700 millions de personnes d'ici 2020, voire atteindre les 800 millions. De même, on estime à 800 millions le nombre d'utilisateurs de l'Internet d'ici à 2015; en 2012 il y avait 564 millions d'utilisateurs, dont 75 % surfent sur le Web de manière «mobile» (420 millions, contre 70 millions en 2008), faisant de la Chine le plus grand marché de l'Internet mobile au monde.

Avec ses centaines de millions de téléphones intelligents en 2012 ( pour un total de 1 milliard de cellulaires), la Chine est le plus grand marché d'«ordiphones » au monde et le 2e plus grand marché d'applications, avec une augmentation de 870 % de l'utilisation de ces «apps». On y voit 25 millions de téléphones intelligents et 40 millions de cellulaires s'ajouter à chaque trimestre.

En Chine, les réseaux sociaux ont «envahi» les ordinateurs, les téléphones intelligents et les tablettes depuis 2008. Malgré une grande absence des réseaux internationaux, de par la censure gouvernementale, les réseaux chinois et les dizaines de clones des sites internationaux réunissent des centaines de millions d'utilisateurs quotidiens, à un point tel que 95 % des utilisateurs de l'Internet sont inscrits dans au moins un réseau social. De plus, 44 % des acheteurs en ligne affirment que la plus grande influence lors de leurs décisions d'achats provient des réseaux sociaux, plus que partout au monde.

Le transport de marchandises dans les rues de Shanghai

Le billet se poursuit après la galerie

Alain Delorme


Le commerce en ligne

Le commerce en ligne en Chine connaît une augmentation de 250 % des ventes depuis 2010, ce qui en fera le plus grand marché de commerce électronique au monde d'ici 2015 avec des consommateurs qui achèteront bientôt pour plus de 1 000 $ de biens en ligne par année (1 054 $ en 2012), en effectuant 8 achats/semaine. Fait à noter, 12 % des achats se sont faits via des téléphones intelligents en 2012.

D'ici à 2015, ce ne sont pas moins de 329 millions d'acheteurs chinois qui achèteront pour 3 milliards $ en ligne, contre 242 millions en 2012. Et les ventes sont là! Le plus grand site de commerce en ligne, taobao/tmall, a battu un record mondial en vendant 3,06 milliards $ en seulement un jour, le 11 novembre dernier (Jour des Célibataires). Un autre site spécialisé dans le vêtement a vendu pour 1,58 milliard $ en 2011, avec 500 000 $ de commandes par jour, mais seulement 2 % des parts de marché, Le plus grand réseau social commercial compte par ailleurs 10 millions d'utilisatrices, qui génèrent des revenus annuels de 228 millions $ accompagnés de 1,3 million de «likes» par jour.

Les présidents de Wal-Mart et de Carrefour Asie s'entendent pour affirmer que le commerce en ligne en Chine sera bientôt «le pilier du commerce au détail» en général.

Les villes de petite et moyenne taille, ces grandes négligées

Le grand avantage du commerce en ligne en Chine est atteindre les villes de taille moyenne et les campagnes, négligées par les chaînes internationales, principalement les produits de consommation importés. De plus selon une étude récente, la création de la richesse en Chine proviendra dans les prochaines années à 75 % de 200 villes de 2e et 3e ordres. La nouvelle stratégie est donc de pénétrer à moindres coûts (pas d'investissement en infrastructure) ces marchés lucratifs.

La Chine compte 11 villes de plus de 10 millions d'habitants, 8 villes de moins de 10 millions et 25 villes qui réunissent entre 3 et 5 millions de personnes. À cela, s'ajoutent les villes de Hong Kong, Taipei (7 millions chacune) et Macao (1 million) . Il y a également plus de 100 villes ayant une population de plus de1 millions. L'agglomération de la très petite ville de Yizheng ne compte que 560 000 habitants. En 2015, Yizheng devrait avoir un PIB de 61,5 milliards $. À titre de comparaison: le PIB de l'Équateur atteint 66,4 milliards $, celui de l'Azerbaïdjan 64,8 milliards $, juste devant le Soudan (63,9 milliards $), la Croatie (62,4 milliards $) et le Luxembourg (59,5 milliards $).

De grands espoirs pour les produits et le terroir québécois

Depuis l'explosion du commerce en ligne, les consommateurs chinois se sont tellement fait flouer en achetant de faux produits, et de mauvaise qualité, que les gens ayant les moyens d'acheter des produits importés se sont tournés vers les sites de vente internationaux. Il y aura évidemment toujours les sites chinois à escompte (B2C et C2C), mais pour les biens dispendieux, les clients envahissent maintenant les sites «stand-alone» pour s'assurer de la qualité de leurs achats.

Les Chinois ont longtemps acheté des vêtements, des objets de grand luxe européen, des produits électroniques, des téléphones et des voyages via Internet. La tendance est maintenant d'acheter d'autres produits, tels que la nourriture, l'alcool, les produits santé et ceux de consommation courante, les cosmétiques via des sites étrangers crédibles.

Les produits québécois pourraient donc connaître un grand succès dans les prochaines années auprès des clientèles chinoises en démontrant leur qualité et originalité. De nouveaux outils de vente seront proposés sous peu aux PME québécoises afin de leur permettre de vendre en Chine avec de petits investissements.

Source des chiffres et statistiques: divers médias, liste disponible sur demande.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La réelle histoire du jouet