LES BLOGUES
01/03/2016 11:40 EST | Actualisé 02/03/2017 05:12 EST

«Mérédith», tout est sous contrôle ou presque...

Le Théâtre du Tartare, qui produit le spectacle «Mérédith», s'est fait le spécialiste de l'exploration des rapports de l'individu avec son entourage.

Tailleur impeccable, ponctualité à toute épreuve, employée modèle, idées parfaitement claires, espaces de vie et de travail sous très haute protection, solutions 100% rationnelles pour faire face à n'importe quelle situation contrariante, Mérédith est une jeune femme qui en toute conscience règle sa vie comme du papier à musique. En toute conscience, c'est sûr... Mais quid de son inconscient ?

À travers le texte brillant, comique et délirant de Marie-Christine Lavallée, l'actrice Geneviève St Louis nous fait découvrir une Mérédith dont l'univers contrôlé et sans faille vacille sous le seul effet de son imagination bouillonnante; bouillonnante au sens propre et au sens figuré...

Refusant de s'ouvrir au possible de la vie, Mérédith passe non seulement à côté de l'essentiel, mais se fourvoie et s'obstine. Comme beaucoup de monde, finalement, elle est incapable d'accepter le fait qu'elle ne se connaît pas aussi bien qu'elle en est convaincue.

En 1h15 de spectacle, on découvre tous les détours compliqués de l'imagination de l'héroïne et ses efforts bien vains pour ne pas se laisser envahir. Le décor sobre et efficace nous fait passer de l'intérieur intime de Mérédith au bureau - discussion avec les collègues et refuge dans le cubicule - puis du bureau au party de 5 à 7 et retour dans l'intimité.

Geneviève St Louis est remarquable dans le rôle de la bien névrosée Mérédith, sa diction et son jeu parfaits comme il se doit étant donné son personnage. Le texte est drôle, loufoque, débridé et pourtant si proche d'une certaine réalité qui pourrait concerner n'importe qui d'entre nous. Car à travers la situation saugrenue qui nous est présentée, c'est au fond la recherche de l'amour et de la vie qui se fraye, et qui évidemment concerne tout un chacun.

Le Théâtre du Tartare, qui produit le spectacle «Mérédith», s'est fait le spécialiste de l'exploration des rapports de l'individu avec son entourage. Sous le masque des apparences, les êtres humains dissimulent sans s'en apercevoir des personnalités complexes et passablement névrosées, qui échappent non seulement à ceux qui les côtoient, mais aussi et surtout à eux-mêmes. Rien de mieux que l'humour et l'autodérision pour mettre en lumière ces travers bien ordinaires dans des aspects souvent cruciaux de nos vies.

Geneviève St Louis propose un one woman show excellent et remarquablement porté par le texte magnifique de Marie-Christine Lavallée. Un excellent spectacle, plein d'humour, d'originalité et d'intelligence !

«Mérédith», au théâtre Prospero (salle intime) du 23 février au 12 mars 2016

DE LA MÊME AUTEURE

- «Louis Riel»: entre théâtre et bande dessinée

Cet article a aussi été publié sur info-culture.biz

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo «Roméo et Juliette» au Théâtre du Nouveau Monde Voyez les images