LES BLOGUES
19/03/2019 06:00 EDT | Actualisé 19/03/2019 06:00 EDT

«Lignes de fuite»: portrait d'une génération blasée

Ne sachant pas cerner ses désirs et toujours en demande d'amour, cette génération n'est pas forcément prête à en offrir en échange et à accepter de construire quelque chose.

Valérie Remise
Presque tous se connaissent depuis l'école secondaire et ont mille souvenirs en commun. Ils se revoient de temps en temps, mais il n'est pas sûr qu'ils s'apprécient tant que ça...

Une soirée entre amis. On danse, on boit, on mange, on rigole. Les hommes parlent de cuisine, les femmes de vêtements et de maquillages. C'est Zora qui reçoit dans son luxueux condo. Elle travaille dans la finance et vit en couple avec Olie, une artiste anglophone. Les deux couples invités sont Raphaëlle, une avocate qui vit avec Jérôme depuis dix ans, et Gabrielle, journaliste à Radio-Canada qui est avec Louis, son chum enseignant à l'Université.

À part Olie, tous les autres se connaissent depuis l'école secondaire et ont mille souvenirs en commun. Ils se revoient de temps en temps, mais il n'est pas sûr qu'ils s'apprécient tant que ça. À présent dans la trentaine, ils ont suivi des chemins différents pour leurs études, leurs universités, leurs lieux de vie. Les professions qu'ils occupent leur offrent désormais plus ou moins de moyens, avec toutes les idées qui vont avec.

Le décor est très beau dans ce condo vaste et bien meublé, qui est uniquement perturbé par les râles de Frida, un vieux chien presque aveugle qui est devenu le bébé de Zora et d'Olie. Le couple de lesbiennes passe la soirée à s'embrasser devant les autres, un peu gênés. On se remémore des souvenirs croustillants, on parle de politique.

Des tensions se font sentir entre ceux qui vivent à Montréal ou à Québec, entre les Québécois et la Canadienne anglophone, entre ceux dont la profession leur rapporte des salaires confortables et Louis qui, avec son maigre salaire de chargé de cours à l'Université, se plaint de l'embourgeoisement de son quartier...

Mais c'est l'annonce de la possible grossesse de Raphaëlle qui va produire le tournant décisif de la soirée. Son chum, Jérôme, est aux anges; mais elle..., pas vraiment.

Le texte de Catherine Chabot est riche, drôle et intelligent. L'action est rondement menée. Les acteurs incarnent impeccablement leurs personnages. Ils se ressemblent tous et n'ont pourtant rien en commun.

Catherine Chabot présente une génération égoïste, peut-être trop gâtée et plutôt blasée. Ne sachant pas cerner ses désirs et toujours en demande d'amour, mais pas forcément prête à en offrir en échange et à accepter de modestement construire quelque chose.

Au fil de l'action, les langues se délient. Chacun y va de sa jalousie, de son ressentiment vis-à-vis de son existence finalement médiocre. Ce contexte réveille pour l'occasion de vieilles rivalités et rancunes, en attribuant toujours aux autres ses manquements et son insatisfaction personnelle.

Cet article a aussi été publié sur pieuvre.ca


Lignes de fuite, du 12 mars au 6 avril 2019 au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui à Montréal

À LIRE AUSSI:

» PQ et indépendance: pour une vraie refondation

» La neutralité de l'État dans un Québec moderne

» Circuit électrique: réfléchir à la fin de la dépendance au pétrole, au-delà de la rentabilité

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.