LES BLOGUES
07/09/2016 11:09 EDT | Actualisé 07/09/2016 11:09 EDT

«Clara» pour le 100e anniversaire de naissance d'Anne Hébert

Pierre-Yves Lemieux a pris le parti d'adapter à la scène le roman d'Anne Hébert, Aurélien, Clara, Mademoiselle et le Lieutenant anglais. Le titre de la pièce s'est limité à celui de l'héroïne Clara, et c'est en effet le parcours de la jeune fille que l'on suit, de sa naissance à sa rencontre avec le lieutenant.

Un roman - aussi brillant soit-il - se prête-t-il forcément à sa transformation en pièce de théâtre ? Ce n'est pas sûr. Sans doute le roman et la pièce de théâtre partagent-ils certains procédés communs, dont une série de personnages et des dialogues. Et nombreux sont les romans qui ont été adaptés à la scène. Mais ceux-ci doivent généralement être animés d'un ressort dramatique qui permet d'envisager cette adaptation toujours très périlleuse. Car ensuite se posent mille questions autour de la restitution de l'atmosphère et de la langue, tout en opérant des choix, une sélection de ce qui sera présenté ou pas dans une durée de spectacle généralement limitée par rapport à la lecture du roman dans son intégralité.

Pierre-Yves Lemieux a pris le parti d'adapter à la scène le roman d'Anne Hébert, Aurélien, Clara, Mademoiselle et le Lieutenant anglais. Le titre de la pièce s'est limité à celui de l'héroïne Clara, et c'est en effet le parcours de la jeune fille que l'on suit, de sa naissance à sa rencontre avec le lieutenant.

Clara est née dans des conditions tragiques, celles de l'absence d'une mère et du désespoir d'un père qui voit son épouse mourir en couches. Cet homme découragé va élever seul cette petite fille qui le maintient en vie et qui, à son seul contact et celui de la nature, ne peut que devenir une jolie petite sauvageonne. Mais voilà que Clara connaît une seconde naissance grâce à une institutrice, Mademoiselle, qui se prend d'affection pour elle, admire son intelligence et décide de lui léguer tout ce qu'elle sait et tout ce qu'elle possède. Un troisième grand temps dans le récit est celui de la rencontre de la jeune fille - maintenant adolescente et prête à s'abandonner à l'amour - avec le beau et taciturne lieutenant anglais.

Dans un décor sobre et efficace, quelques effets vidéo ou sonores qui permettent de restituer une atmosphère de tempête de neige ou d'orage bien rendus, quatre bons acteurs tiennent la scène pour nous raconter cette histoire quelque peu prévisible. Sans doute la langue est-elle particulièrement belle et certaines réflexions des personnages dites d'une manière extrêmement poétique et profonde. Du point de vue de la beauté de la langue, le talent d'écriture d'Anne Hebert est bien là. Ponctuellement aussi, certaines scènes, grâce à la qualité des dialogues et le jeu des acteurs, sont très émouvantes et bien réussies. Mais si l'on passe un agréablement moment durant les 75 minutes que dure la pièce, et que rien véritablement n'est à reprocher dans Clara, on sort du spectacle avec un petit goût d'inachevé. Comme si on nous avait servi la version résumée d'un grand livre, une sélection de ses plus belles phrases, un récit joué, mais pas vraiment dramatisé comme on est en droit de l'attendre au théâtre.

Est-ce la mise en scène de Luce Pelletier qui est en cause? Sans doute pas, car elle propose quelques belles trouvailles comme ce qui suit l'agonie de Mademoiselle ou la scène ou Clara se prépare pour sa deuxième rencontre avec le lieutenant, également cette rencontre avec l'attitude délicieuse des deux protagonistes. Les cloches se font souvent entendre et on ne sait s'il s'agit de celles de l'église ou de celles de l'école, ce qui est très intéressant. L'époque d'après-guerre et l'ambiance solitaire de l'espace sauvage avec sa forêt, son petit village, ses rares événements sont bien restituées, également. Mais si tout cet ensemble ne fait pas de Clara un très grand moment de théâtre, la pièce est agréable et donnera sans doute envie de lire ou de relire la grande romancière dont c'est le centième anniversaire de la naissance cette année.

Clara à l'Espace Go à Montréal, du 6 septembre au 1er octobre 2016

Ce billet de blogue a aussi été publié sur info-culture.biz

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Théâtre: 5 pièces à voir à l'automne 2016 Voyez les images