LES BLOGUES
24/11/2016 07:42 EST | Actualisé 24/11/2016 07:42 EST

L'introduction de l'intelligence émotionnelle chez les robots

Avec l'apparition de Pepper, le robot qui fait preuve d'intelligence émotionnelle, nous sommes forcés de constater que même dans les rôles plus stimulants à forte implication humaine, les robots prennent de plus en plus de place...

Au cours des dernières décennies, les nombreux progrès de l'intelligence artificielle ont permis aux machines d'effectuer des tâches administratives ou liées à la production pour aller encore plus loin en amont vers des activités plus complexes qui exigeaient auparavant des travailleurs du savoir de haut niveau. Alors que les fonctions requérant l'intelligence émotionnelle étaient jusqu'à maintenant demeurées au coeur des tâches exécutées par des humains, cette situation pourrait bientôt changer.

Un nouveau venu sur le marché du travail: Pepper

Encore loin des robots sophistiqués du film Ex-Machina, copiant à la fois l'aspect et le comportement des humains, Pepper, un nouveau robot créé au Japon par SoftBank, possède une allure de jouet mais arbore toutefois une qualité bien humanoïde, celle de l'empathie. Il est reconnu comme étant le premier "robot émotionnel" (Emotional Robot).

Ses capteurs, ses caméras et ses algorithmes d'intelligence artificielle (IA) l'aident à évaluer les signaux émotionnels humains et le contexte émotionnel, y compris les expressions faciales, le choix des mots et le ton de la voix. Sa programmation lui permet donc de répondre de manière appropriée. En utilisant quatre microphones directionnels intégrés dans sa tête, Pepper peut également détecter la provenance des sons, et se tourner afin de faire face aux gens qui parlent.

Selon Masayoshi Son, Fondateur de SoftBank, il s'agit de la première fois que l'on a donné "un coeur" à un robot. Alors qu'auparavant le soin des personnes ayant des besoins spéciaux représentait des travaux effectués uniquement par des humains, on peut maintenant entrevoir une ouverture pour les robots intelligents.

Désormais les caractéristiques humanoïdes de Pepper font de ce robot un compagnon domestique réconfortant pour les personnes âgées souhaitant demeurer indépendantes dans leur propre foyer, ou pour servir d'infirmière, rassurer les patients avant ou après la chirurgie et offrir des encouragements pendant la physiothérapie.

Tel qu'évoqué par The Economist dans l'article Robots: Smart, and getting smarter, certains travaux dont la collecte et le traitement de données sont particulièrement adaptés à l'automatisation. Cette activité représente environ un tiers du temps passé en milieu de travail dans les pays industrialisés et elle gagne à être effectuée par des robots.

Selon Mark Skilton, professeur à la Warwick Business School spécialisée dans les systèmes et la gestion de l'information, la tendance à l'emploi de robots intelligents et de haut niveau s'étend au-delà du journalisme, du droit et des finances à d'autres domaines, comme la défense et la recherche médicale. Il voit «des emplois complexes que l'on pensait autrefois intouchables pris en charge par les ordinateurs, grâce à la recherche mathématique créative émergente et avancée, à grande échelle de super calculs qui peuvent modeler la fonction du cerveau humain."

Des humains et des robots

Il en reste que pour les entreprises mettre des robots au travail n'est pas chose simple. Les défis sont nombreux avec notamment les processus commerciaux incohérents ou non standards qui interfèrent souvent avec l'automatisation. Par ailleurs, un grand nombre de structures organisationnelles résistent également à l'automatisation.

Les organisations qui veulent relever le défi d'intégrer l'intelligence artificielle devront envisager des changements organisationnels, y compris l'intégration de systèmes informatiques disparates qui contiennent actuellement des données dans des silos distincts. On peut anticiper que beaucoup d'entreprises seront freinées par l'incapacité d'appuyer les changements avec des arguments commerciaux convaincants pour l'automatisation ou encore par une réticence à réduire les effectifs en capital humain.

Cela dit, petit à petit de nombreuses entreprises sont déjà en train de se frayer un chemin à travers ces questions stratégiques. D'autant plus que les robots sont déjà là et qu'ils prouvent déjà leur valeur dans une variété d'emplois.

Les robots se taillent une place au travail

En utilisant l'intelligence artificielle pour automatiser des processus et s'attaquer aux tâches de qui offrent peu de satisfaction au travail ou de développement, les employeurs peuvent utiliser les compétences de leurs employés humains pour se concentrer sur les rôles à forte intensité humaine. Avec l'apparition de Pepper, le robot qui fait preuve d'intelligence émotionnelle, nous sommes forcés de constater que même dans les rôles plus stimulants à forte implication humaine, les robots prennent de plus en plus de place...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 7 robots et drones qui changeront nos vies Voyez les images