LES BLOGUES
21/01/2016 10:36 EST | Actualisé 21/01/2017 05:12 EST

Fidéliser les intrapreneurs: un défi qui en vaut la peine!

Devant tant d'obstacles, comment s'en sortir avec la délicate tâche d'optimiser le potentiel des intrapreneurs, tout en les gardant stimulés et, surtout, fidèles à une organisation?

De plus en plus d'organisations se dotent d'entrepreneurs dont la vocation est soit de créer, bâtir, innover, ou encore restructurer pour s'assurer d'une croissance plus rapide. Ce sont des membres de l'équipe managériale très prisés qui ne deviendront peut-être jamais les fondateurs d'une entreprise, mais qui vont expérimenter avec les principes essentiels de l'entrepreneuriat au sein d'une organisation. Il s'agit ici d'intrapreneurs.

Inspirer, attirer et fidéliser les intrapreneurs

En mettant des entrepreneurs aux commandes, les entreprises dont les fondations reposent sur de fortes valeurs intrapreneuriales attirent comme des aimants les candidats qui possèdent ces mêmes valeurs. Stimulés par un environnement dynamique qui laisse place à l'expérimentation et à l'innovation, les employés véhiculent favorablement la marque employeur auprès de leurs relations qui partagent les mêmes valeurs... et éventuellement, les encouragent à se joindre à l'équipe.

En possédant un modèle innovant, ces organisations démontrent qu'elles savent trouver, développer et garder les intrapreneurs. Pour demeurer concurrentielles dans l'acquisition des talents bâtisseurs, elles cultivent à l'intérieur de leur structure organisationnelle un environnement de start-up qui attire les candidats porteurs de projets innovants.

Or, ce ne sont pas toutes les organisations pouvant bénéficier d'intrapreneurs qui opèrent de cette façon. Dans une structure solidement hiérarchisée, les hauts dirigeants en place peuvent-ils cohabiter avec un intrapreneur dans leurs rangs? Le pouvoir étant plus souvent qu'autrement concentré au niveau de la haute direction, l'arrivée d'un intrapreneur peut s'inscrire comme l'ajout d'un élément compétitif et privilégié face aux leaders établis ayant connu une ascension progressive. Il suscite aussi parfois des guerres de pouvoir.

Devant autant d'obstacles, comment s'en sortir avec la délicate tâche d'optimiser le potentiel des intrapreneurs, tout en les gardant stimulés et, surtout, fidèles à une organisation?

La rétention d'intrapreneurs: un défi de taille

Tel que précédemment évoqué dans l'article L'intrapreneur: un profil rare et recherché, attirer les intrapreneurs n'est pas une mince affaire. Les garder constitue également un défi de taille.

Bien des organisations possèdent déjà un ou plusieurs entrepreneurs à l'interne pouvant proposer de nouvelles façons de faire plus efficaces, économiques et bénéfiques que ce soit pour des produits ou des services. Parfois mécontents et frustrés, ces individus préfèrent quitter (souvent muni d'une expertise acquise au sein de l'organisation), afin d'avoir la liberté de concrétiser leurs projets ailleurs. Pour pouvoir retenir ces entrepreneurs à l'interne, plusieurs méthodes peuvent être utilisées. Voici quelques exemples.

Cultivez les idées

Tout d'abord la culture de l'entreprise doit se prêter à l'intrapreneuriat, c'est à dire qu'elle doit favoriser l'innovation par ses valeurs et pratiques. Comme les plus hauts dirigeants véhiculent et inspirent la culture de leur organisation, c'est à eux que revient la tâche d'orchestrer avec brio l'introduction d'une culture stimulante pour rester à l'avant-garde des meilleures pratiques de l'industrie, constamment se réinventer et, ultimement, devancer la compétition. Selon la formule choisie, il faut s'assurer qu'elle permette aux intrapreneurs de:

1- Identifier et saisir les opportunités d'innovation, d'amélioration et de changement dans l'organisation.

2- Constituer des unités à l'interne et activer des réseaux à l'externe afin de mobiliser l'ensemble des ressources requises.

3- Mettre en place les projets, corriger les erreurs et surmonter les obstacles rencontrés.

En faisant évoluer la culture d'entreprise et en encourageant de nouveaux comportements et attitudes, de nouvelles façons de penser, à terme, les résultats se feront sentir et les améliorations apportées ne manqueront pas de rendre l'organisation plus concurrentielle.

Reconnaissez et valorisez les accomplissements

Aussi surprenant que cela puisse paraître, plusieurs hauts dirigeants craignent les intrapreneurs. Leur pouvoir d'innover, de surprendre et de réussir là où bien souvent l'équipe en place peinait, effraie les dirigeants qui ont peur de voir leur influence amoindrie. En d'autres occasions, c'est plutôt la crainte de perdre les meilleurs talents aux mains des compétiteurs qui empêchent les dirigeants d'ébruiter le succès de leurs entrepreneurs à l'interne.

Pourtant, la reconnaissance contribue non seulement à la rétention des intrapreneurs, mais elle témoigne également de la vision dont les dirigeants font preuve. N'est-ce pas après tout eux qui ont su choisir les bons talents, approuver les initiatives profitables pour l'organisation, et les approvisionner des ressources nécessaires? Reconnaître les talents représente un avantage indéniable pour solidifier le lien qui unit l'intrapreneur à l'organisation et ses dirigeants.

Favorisez l'actionnariat

Être un entrepreneur peut s'avérer difficile par moment mais les efforts en valent la peine car l'entrepreneur bâtit quelque chose qui lui appartient. Quant à lui, l'intrapreneur peut relever un tout aussi grand défi, sauf qu'il n'a pas la satisfaction d'être propriétaire de ce qu'il construit.

C'est ici que l'actionnariat peut remplir la double mission de rémunérer et d'augmenter l'engagement de l'intrapreneur. De cette façon, l'intrapreneur participe à des initiatives qui lui appartiennent, et il peut également profiter des gains que lui confèrent ces actions (surtout si les résultats obtenus se sont avérés très fructueux).

En conclusion, on voit qu'il existe plusieurs façons de favoriser la rétention des talents créatifs et dynamiques qui ont le potentiel de transformer les organisations pour les rendre plus compétitives et profitables. Chaque entreprise étant différente, à vous de voir quelle approche conviendra le mieux.

Un article écrit par Sonia Desrosiers.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 7 critères de l'amitié au travail Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter