LES BLOGUES
31/01/2017 11:23 EST | Actualisé 31/01/2017 11:23 EST

#JesuisCCIQ

C'est à notre liberté que l'on s'en est pris, à nous tous. Cette liberté religieuse qui est une valeur québécoise. Nous devons soutenir nos frères musulmans, nous devons protéger nos frères immigrants, nous sommes tous touchés par cet attentat.

Surprise ? Effroi !

Attentat terroriste, une expression qui frappe. Surtout lorsqu'elle a lieu en territoire blanc. Et quel effroi lorsque cette expression désigne un événement d'ici. Le maire Labeaume disait hier : «Je suis surpris que ça se passe à Québec». Pas moi. Je suis surpris que ça se passe AU Québec, comme tous j'osais croire que nous étions meilleurs que les autres, plus tolérants, j'avais tort. Du coup, l'énormité de ma tâche et de ma mission: vivre ensemble ne me semble que plus grande. Je suis surpris et en même temps, je m'y attendais. Je suis consterné, sous le choc et, oserais-je dire... apeuré: nous voilà maintenant une cible pour de véritables attentats islamiques.

Les dirigeants prônant la guerre utilisent la même analogie pour différencier le Nous du Eux que les Romains, l'ennemi c'est les barbares: «Voyez comme ils ne vivent pas comme nous, ils sont rétrogrades». Nous avons maintenant démontré être aussi bestiaux que ces «barbares» que nous devons «civilisés».

Tant que les Jeff Filion et autres racistes pourront prendre parole au détriment des droits et de la dignité des minorités, nous n'avons pas le droit de dire à ces minorités: «Désolé, on ne l'a pas vu venir».

Je suis surpris que ce soit au Québec, mais dans la capitale, pas vraiment. Dans mes pires scénarios, donc l'un vient d'être réalisé, c'était à Québec qu'il était plus probable que cet événement survienne. Nous empêchons des extrémistes non blancs d'entrer au pays sous prétexte qu'ils sèmeraient la zizanie, la peur et le terrorisme. Nous laissons aux blancs extrémistes le pouvoir de s'exprimer, Marine Le Pen est un exemple. Mais cette ville, si belle, a un visage si laid. Tant que les Jeff Filion et autres racistes pourront prendre parole au détriment des droits et de la dignité des minorités, nous n'avons pas le droit de dire à ces minorités: «Désolé, on ne l'a pas vu venir». Nous avons le devoir de leur dire: «Désolé, nous aurions dû réagir plus tôt, pourrez-vous nous pardonner?»

Je ne suis pas là pour pointer du doigt un responsable, car nous sommes tous responsables. Nous acceptons chaque jour de laisser une partie de la population être dénigrée. Nous ne pouvons plus nous laisser ce loisir. Je suis pour la liberté d'expression, je suis pour la liberté de parole, mais pas au détriment des autres. Et ne vous méprenez pas, c'est à la liberté que l'on s'est attaqué, la liberté religieuse est une liberté d'expression. C'est à notre liberté que l'on s'en est pris, à nous tous. Cette liberté religieuse qui est une valeur québécoise. Nous devons soutenir nos frères musulmans, nous devons protéger nos frères immigrants, nous sommes tous touchés par cet attentat.

Je tiens également à témoigner mes sympathies aux parents aux proches, collègues et amis des victimes. Je tiens à témoigner mon appui envers les blessés et les survivants. Je vous aime As-salam alaykom.

« Le Miséricordieux a créé l'homme; il lui a enseigné l'éloquence. [...] Il a disposé la terre pour les différents peuples. Elle porte des fruits et les palmiers dont les fleurs sont couvertes d'une enveloppe; et le blé qui donne la paille et l'herbe.» Sourates LV, 2-3;9-11

#JesuisCCIQ

LIRE AUSSI

>Québec se recueille à la mémoire des victimes de l'attentat

>Vigile montréalaise en solidarité avec la communauté musulmane de Québec

>Mohamed Belkhadir, ce suspect devenu un des principaux témoins

>11 chefs d'accusation contre le suspect

>Le fil des événements

>Qui sont les victimes?

>«Terrorisme à l'envers»: Pierre Bruneau s'excuse

>Qui est Alexandre Bissonnette, le suspect de l'attentat de Québec?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Vigile à Québec à la mémoire des victimes de l'attentat Voyez les images