LES BLOGUES
10/04/2019 10:29 EDT | Actualisé 10/04/2019 10:29 EDT

Médecins canadiens pour un meilleur contrôle des armes à feu

Les Canadiens attendent depuis de nombreuses années une action réelle et concrète dans ce domaine.

Les émotions sont fortes lors d'un service commémoratif national à Hagley Park en l'honneur des victimes de l'attaque terroriste perpétrée contre la mosquée à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le vendredi 29 mars 2019.
AP Photo/Mark Baker
Les émotions sont fortes lors d'un service commémoratif national à Hagley Park en l'honneur des victimes de l'attaque terroriste perpétrée contre la mosquée à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le vendredi 29 mars 2019.

Ce texte est l'allocution présentée par l'auteur, M.Afr, membre de PolySeSouvient, lors de la conférence de presse organisée le 3 avril 2019, à l'hôpital général de Montréal, par un regroupement de médecins, de partout au Canada, favorable à un contrôle plus strict des armes à feu.

J'ai vécu en zone de guerre en République Démocratique du Congo (à l'époque le Zaïre) dans les années 1990. Le chaos s'était progressivement propagé dans tout le pays avec son lot de pillages et de conflits tribaux.

Dans la brousse où j'étais, on avait déjà eu la visite de militaires pour intervenir dans un conflit entre chefs coutumiers. Ce jour-là, revenant à la maison, j'ai été directement menacé par un militaire. Il m'a simplement dit: «Lors du prochain conflit, c'est moi qui vais te tuer.» («Siku y vita ingine, miye nitawa weye»).

J'ai immédiatement senti comme un boulet me tomber dans l'estomac. Je m'en rappelle très bien. De fait, les rivalités tribales se sont accélérées. Les paramilitaires sont revenus, soi-disant pour rétablir la paix, en brulant les villages. La plupart des expatriés avaient déjà quitté le pays. Quant à moi, je suis resté avec mes confrères pratiquement jusqu'au moment de la chute du régime dictatorial du président Mobutu.

En 2010, Marc Rochette, un journaliste pour le Nouvelliste de Trois-Rivières, m'a demandé dans une interview s'il y avait des risques à vivre dans la brousse africaine. Ce à quoi j'ai répondu: «Qu'est-ce qui est le plus dangereux: être missionnaire en Afrique dans un pays en guerre ou être étudiante à l'École Polytechnique de Montréal?»

Ma sœur Annie a été l'une des premières victimes du drame de la Poly survenu le 6 décembre 1989.

Le rapport d'investigation du coroner indique que le décès est attribué à de multiples lésions graves au niveau du crâne, du cerveau, en plus de l'aorte sectionnée, des hiles pulmonaires et l'éclatement du foie; le tout secondaire au passage dans la tête et dans le thorax de trois projectiles d'arme à feu.

Vous êtes médecins et professionnels de la santé. Vous comprenez mieux que moi de quoi il s'agit. Nous sommes réunis ici pour une cause commune. Nous voulons, de fait nous exigeons des lois plus sévères sur les armes à feu au Canada.

Une journée nationale d'action a eu lieu le 3 avril dans 13 villes du pays. Tous s'entendent pour dire que les armes à feu représentent une menace croissante pour la santé publique. Selon Statistique Canada, le nombre de crimes violents commis avec une arme à feu a augmenté de 43% depuis 2013, soit depuis l'abolition du registre national des armes à feu par le gouvernement de Steven Harper en 2012, suivi par l'affaiblissement d'une série d'autres mesures en 2015.

À peine une semaine après la tragédie de Christchurch en Nouvelle-Zélande, la première ministre Jacinda Ardern a annoncé l'interdiction imminente de «toutes les armes semi-automatiques de style militaire», de «tous les fusils d'assaut», de «tous les chargeurs à grande capacité» et de «tous les accessoires ayant la capacité de convertir une arme à feu en arme semi-automatique de type militaire». Elle a également émis une ordonnance de reclassification pour les armes semi-automatiques afin de dorénavant empêcher leur vente à la plupart des détenteurs de permis actuels.

Voilà une preuve de leadership politique.

Soulignons aussi l'action du Gouvernement du Québec qui a instauré son propre registre des armes en réaction à l'abolition du registre fédéral. Le Québec est maintenant l'une des trois seules juridictions en Amérique du Nord (avec Hawaï et le District de Columbia, aux États-Unis) qui enregistrent les armes sur son territoire — bien que ce soit la norme en Europe et la plupart des pays industrialisés.

Mais qu'en est-il du gouvernement Trudeau?

Les Canadiens attendent depuis de nombreuses années une action réelle et concrète dans ce domaine.

Tout ce que ce gouvernement offre aux Canadiens pour corriger la quasi-destruction de l'ensemble des gains législatifs par le gouvernement antérieur, c'est le projet de loi C-71. D'ailleurs, celui-ci ne rétablit que quelques faibles mesures comparativement à ce qu'elles étaient avant leur élimination. Ceci dit, ce projet de loi C-71 est un pas dans la bonne direction et nous l'appuyons. Malheureusement, son adoption avance à pas de tortue au Sénat.

Ce projet de loi ne modifie en rien l'accès légal aux armes de poing et aux armes d'assaut. Nous le savons, celles-ci sont conçues pour tuer efficacement et rapidement.

Combien de fois encore faudra-t-il rappeler que le même type d'armes légalement accessible, c'est-à-dire des armes semi-automatiques de type militaire, a été utilisé lors de la tragédie à la Mosquée de Québec et récemment à Christchurch où 50 Néo-Zélandais innocents ont été assassinés?

Je réitère les paroles que j'ai prononcées à Ottawa au début du mois de décembre 2018 que j'adressais au premier ministre Justin Trudeau: «Ne faites pas de compromis. Montrer aux Canadiens comment on se tient debout quand on n'a pas peur du lobby des armes».

À LIRE AUSSI:

» Mort de la LCHF: une nouvelle opportunité pour le hockey féminin?
» Offrir une expérience positive pour retenir les candidats les plus talentueux
» Accoucher dans la peur

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.