LES BLOGUES
28/03/2018 08:00 EDT | Actualisé 28/03/2018 10:51 EDT

La « Marche pour nos vies » de Montréal

On oublie trop souvent que nous avions au Canada un registre d’armes qui, malgré ses lacunes, distinguait notre pays des autres pour son haut niveau de sécurité en faveur des citoyens.

Serge St-Arneault

J'étais un peu perdu en sortant du métro Atwater. Cette sortie mène à un vaste centre d'achat souterrain. Je finis par trouver la sortie qui mène au Square Cabot. Il y a déjà une foule autour du monument de Jean Cabot, navigateur et explorateur vénitien au service de l'Angleterre en 1497. Ce n'est pas étonnant. Après tout, le square est situé du côté ouest de la ville de Montréal.

« Depuis les cinq dernières années, le nombre de décès par armes à feu (aux États-Unis) est de 156 993 alors que celui des jeunes qui croquent par défi des capsules de détergent Tide est de 8, dû à l'empoisonnement. Le défi Tide (Tide Pods) est interdit, mais ce n'est pas le cas de la prolifération d'armes d'assaut. »

Les organisateurs de la marche, Phil Lord et Sophie Rose Saidmehr ont pris la parole en évoquant la grande solidarité qui mobilise plus de 800 rassemblements semblables un peu partout dans le monde. Un étudiant de l'école secondaire de Parkland, en Floride, a évoqué le drame qu'il a vécu. De même qu'une mère de famille.

Plus près de nous, plusieurs étudiants de la Polytechnique de Montréal ont voulu témoigner de leur soutien indéfectible qui se transmet d'une génération d'étudiants à l'autre depuis la tragédie du 6 décembre 1989. Le message est le même partout : « Protégeons nos enfants. Pas les armes à feu. »

Pour moi, l'entrevue qu'Heidi Rathjen a accordée à l'Associated Press est d'une clarté limpide. Elle a rappelé que son combat se poursuit puisque les armes d'assaut demeureront légales au Canada malgré le projet de loi C-71 déposé le mardi 20 mars 2018 à la Chambre des communes.

«La plupart des tueurs de masse qu'on connaît — à Concordia, à Dawson, à Moncton, la soirée des élections, à la mosquée — étaient des propriétaires légaux d'armes restreintes. Ce n'est pas parce qu'elles sont restreintes qu'elles sont plus difficiles à obtenir. Elles devraient être prohibées».

Beaucoup d'Américains ont encore l'impression que les lois canadiennes sont plus efficaces qu'aux États-Unis. On oublie trop souvent que nous avions au Canada un registre d'armes qui, malgré ses lacunes, distinguait notre pays des autres pour son haut niveau de sécurité en faveur des citoyens. Cela a été détruit par le gouvernement Harpeur en 2012. L'annonce du prochain projet de loi C-71 réintroduit des mesures sans pour cela interdire les armes d'assaut «non restreint»' tel que le Kel-Tec RDB.

Finalement, j'ai rattrapé en courant la foule de 700 personnes qui s'était mise en marche en empruntant les rues Sainte-Catherine, Saint-Mathieu et le boulevard René-Lévesque jusqu'à la rue St-Alexandre où se trouve le Consulat général des États-Unis, tout juste derrière l'église du Gesù.

Nous entrerons demain dans la Semaine sainte avec la messe des Rameaux qui commémore la passion de Jésus. Soudainement, je vois une similarité avec la « Marche pour nos vies ». En effet, la passion de Jésus a aussi été une marche jusqu'au calvaire. Celle-ci n'est-elle pas aujourd'hui nos propres douloureuses marches vers l'exigence de lois qui protègent les enfants de tueries effroyables dans les écoles? Avec un peu plus d'imagination, on pourrait même associer les clous qui ont transpercé la chair de Jésus aux balles tirées par des armes à feu qui causent d'effroyables blessures et pertes de vie.

Pour nous, croyants, la croix de Jésus est un étendard et une source d'espérance, car, par elle, au-delà de la mort, pointe une promesse de vie éternelle. Celle-ci sera possible dans la mesure où dès maintenant nous décidions de marcher, c'est-à-dire de nous engager, pour un monde meilleur exempt d'armes d'assaut légalement en vente ici au Canada pour quiconque a les moyens financiers d'en acheter.