LES BLOGUES
14/12/2018 06:00 EST | Actualisé 14/12/2018 06:00 EST

Enseignants: quelle est la source du problème dans le port de signes religieux?

La source du problème n’est pas tant chez ces femmes «voilées», qu’au niveau de notre perception liée à notre culture historique imprégnée de catholicisme.

Mark Edward Atkinson via Getty Images
Il me semble que l’opposition aux signes religieux de 73% des gens de plus de 55 ans se réfère à notre identité catholique d’avant la Révolution tranquille.

Contrairement aux Canadiens, un récent sondage Léger indique qu'une majorité de Québécois s'opposent au port de signes religieux chez les enseignants. Un aspect intéressant de ce sondage est que cette majorité atteint 73% chez les 55 ans et plus. Leur position est très claire: c'est «inacceptable».

Dans une entrevue avec le HuffPost Québec, Benoît Lacoursière, secrétaire général et trésorier de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ), voit dans une telle interdiction une discrimination en fonction d'une caractéristique identitaire, alors que Josée Scalabrini, la présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE), se demande si le débat sur le port des signes religieux a vraiment raison d'être, puisqu'il n'y a pas de plaintes dans les milieux scolaires.

Le fait que les trois quarts des Québécois de plus de 55 ans aient une opinion si défavorable des signes religieux ostentatoires mérite une attention particulière. Je fais moi-même partie de cette tranche de la population.

Nous conviendrons que l'influence de l'Église Catholique n'est plus aujourd'hui ce qu'elle était. Pourtant, une forme de rage persiste qui va bien au-delà du rationnel.

Leur langage est révélateur: «j'ai reçu une influence», «j'ai été endoctriné lorsque j'étais jeune» par des femmes voilées et des hommes en soutane et col romain, représentants de «l'emprise de l'Église catholique». Nous conviendrons que l'influence de l'Église Catholique n'est plus aujourd'hui ce qu'elle était. Pourtant, une forme de rage persiste qui va bien au-delà du rationnel. Cette colère évacue pareillement l'apport positif de l'Église Catholique dans l'histoire du pays.

Il me semble que l'opposition aux signes religieux de 73% des gens de plus de 55 ans se réfère à notre identité catholique d'avant la Révolution tranquille. Conséquemment, le voile porté par certaines musulmanes pourrait-il renvoyer symboliquement au souvenir d'une «influence» ou d'un «endoctrinement» des religieuses d'autrefois?

La perception générale est que cette tenue vestimentaire représente la subordination des femmes, ce qui porte atteinte au principe de l'égalité des sexes. De plus, les fondamentalistes musulmans font du voile la bannière la plus visible de leur idéologie. Le voile tout comme la réclusion des femmes, selon eux, découlerait d'une loi divine.

Ceci dit, nous aurions tort de considérer tout port d'un signe religieux comme étant uniquement l'indice d'un endoctrinement répressif. Il me semble donc toxique d'aborder le débat sur la laïcité que par le biais des signes religieux qualifiés d'ostentatoire.

La source du problème n'est pas tant chez ces femmes «voilées» qu'au niveau de notre perception liée à notre culture historique imprégnée de catholicisme.

L'ardeur que certaines personnes déploient à engloutir ce qui est lié à notre culture historique imprégnée de catholicisme les empêche ainsi de rester sereins en voyant certaines femmes musulmanes voilées (car elles ne le sont pas toutes!).

En d'autres mots, la source du problème n'est pas tant chez ces femmes «voilées» qu'au niveau de notre perception liée à notre culture historique imprégnée de catholicisme. En parvenant à nous pacifier avec celle-ci, nous pourrions alors nous dégager émotionnellement de la question des signes religieux appartenant à d'autres religions. De là naîtra une respectueuse neutralité religieuse.

À LIRE AUSSI:

» Soigner excessivement nos aînés, est-ce possible?

» Un retour inéluctable vers une forme évoluée d'asile?

» Il faut exploiter nos hydrocarbures au Québec

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.