LES BLOGUES
11/09/2018 06:00 EDT | Actualisé 11/09/2018 06:00 EDT

Personnes âgées malades: les services actuels ne suffisent plus

Il est important de distinguer les besoins des aînés et les soins aux personnes âgées malades.

Les gériatres sont continuellement confrontés aux déficits dans chacun des secteurs des soins aux aînés malades: centres hospitaliers, CHSLD et soins à domicile. Les grandes transformations survenues dans le réseau de la santé ont empiré les choses.
Getty Images
Les gériatres sont continuellement confrontés aux déficits dans chacun des secteurs des soins aux aînés malades: centres hospitaliers, CHSLD et soins à domicile. Les grandes transformations survenues dans le réseau de la santé ont empiré les choses.

La campagne électorale est en cours et les aînés font l'objet de nombreuses annonces. Cependant, les aspects de dignité, de réalisation de soi et de contribution à la société devraient être au centre des discussions et n'y sont pas. Devant les réels besoins des aînés, des solutions d'envergure et structurantes, ainsi qu'un plan coordonné pour la prise en charge de cette population devraient pourtant être proposés. On note aussi que les grandes questions ayant trait au logement, au transport et à la pauvreté ne sont pas abordées suffisamment à l'heure actuelle.

Il est important de distinguer les besoins des aînés et les soins aux personnes âgées malades. Un manque de connaissance des difficultés liées au vieillissement nous paraît clair dans ce débat.

L'Institut de la statistique du Québec nous dit que près d'un Québécois sur cinq était âgé de plus de 65 ans l'an dernier. Dans une douzaine d'années, ce sera un Québécois sur quatre. Notre société a donc un grand besoin d'idées pour le support aux aînés.

Les familles sont épuisées

Les gériatres sont continuellement confrontés aux déficits dans chacun des secteurs des soins aux aînés malades: centres hospitaliers, CHSLD et soins à domicile. Les grandes transformations survenues dans le réseau de la santé ont empiré les choses. L'Association des médecins gériatres du Québec estime que les services actuels ne suffisent plus.

Le manque de support à domicile, les délais d'attente, l'intensité insuffisante des soins, l'absence de personnalisation et de continuité sont d'autres situations criantes. Le maintien à domicile doit être offert lorsqu'il est souhaitable, dans le but d'optimiser les soins et de rehausser la qualité de vie et non par manque de place ou devant les difficultés financières des personnes âgées. Le maintien à tout prix jusqu'à une crise, puis l'utilisation de l'urgence par des familles épuisées doit cesser.

Des ressources qui sont nettement insuffisantes

On parle beaucoup de congestion dans les urgences en raison de malades âgés hospitalisés. Cette congestion existe en raison des déficits de soins en amont et en aval du centre hospitalier. Plusieurs malades sont aussi en attente d'une prise en charge en physiothérapie, service social, soins à domicile et pourraient à court terme quitter l'hôpital. Dans l'attente, ils risquent fort de se détériorer et de ne pas recouvrer leur autonomie.

La pénurie des professionnels impliqués est énorme, les délais d'attente aussi.

La pénurie des professionnels impliqués est énorme, les délais d'attente aussi. Le personnel demeure peu formé, rarement spécialisé en gériatrie et extrêmement instable. Les programmes de formation comptent encore trop peu de contenu en gériatrie. La population âgée compte aussi davantage de malades présentant des troubles neurocognitifs. Les soins à cette population nécessitent une formation et une sensibilité particulières.

Créatifs, mais peu nombreux, les gériatres ont beaucoup développé les soins aux aînés, souvent dans l'adversité. Il va de soi qu'ils ne peuvent aujourd'hui en faire davantage sans équipes interdisciplinaires performantes.

Un appel à la lucidité

Nous aimerions davantage de lucidité de la part de nos dirigeants. Il faudra des mesures globales pour rehausser la qualité de vie de l'ensemble des aînés et la qualité des soins pour les malades âgés.

Nous suggérons par ailleurs une amélioration de la formation en gériatrie de l'ensemble des travailleurs de la santé.

Nous suggérons par ailleurs une amélioration de la formation en gériatrie de l'ensemble des travailleurs de la santé. Nous croyons qu'il est temps de mettre sur pied des programmes de formation spécialisée en gériatrie pour les professionnels de la santé. Nous suggérons la prise en charge prioritaire par des médecins de famille des personnes âgées présentant des pathologies multiples.

La génération de personnes âgées en devenir devrait particulièrement être intéressée par la situation que nous décrions. Elle sera directement impliquée par le vieillissement. Elle a tout intérêt à ce que l'on agisse, sans tarder.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

À LIRE AUSSI:

» Le délirium, un effet secondaire grave des traitements en soins intensifs
» Expertise cisgenre et témoignage transgenre: aller au-delà des clichés
» Élections 2018: les candidats appelés à travailler pour la prévention du suicide