LES BLOGUES
15/12/2014 10:27 EST | Actualisé 14/02/2015 05:12 EST

Monde municipal: une refonte en profondeur s'impose

Le diable est aux vaches dans le monde municipal. Après avoir soulevé l'ire des syndiqués municipaux en faisant adopter son projet de loi 3 sur les régimes de retraite, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, s'est attiré les foudres des élus municipaux la semaine dernière en fustigeant publiquement la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, et le maire de Laval, Marc Demers. Le ministre juge les hausses de taxes décrétées par ces derniers exagérées et menace les fautifs de sanctions. Qui a raison, qui a tort? Il est difficile d'imputer l'entièreté du blâme à l'une ou l'autre des parties, mais une chose est certaine : c'est toujours le contribuable qui finit par payer... Dans ce texte, je vais me concentrer sur la situation de l'agglomération de Longueuil étant donné que j'y habite. Cependant, mes commentaires s'appliquent à la grandeur du Québec.

Dans ce débat, il faut garder à l'esprit une prémisse de base : les employés municipaux sont les fonctionnaires les mieux payés au Québec. En fait, ils gagnent près de 40 % de plus que leurs homologues provinciaux. Ce sont les contribuables qui font les frais de ces conditions de travail extrêmement généreuses. Par exemple, à Boucherville - municipalité de 42 000 âmes que j'habite depuis 1977 -, le directeur général de la Ville reçoit des émoluments et avantages sociaux qui frôlent, voire dépassent, les 200 000 $ - sans parler du régime de retraite doré qui l'attend quand il tirera sa révérence. Raisonnable pour ce que certains qualifieront de « ville dortoir »? La masse salariale des municipalités est très élevé. Viennent ensuite les projets de toutes sortes qui sont chers à nos élus. Toujours à Boucherville, c'est par millions que l'argent des contribuables se dépense sur des projets très accessoires dans le contexte actuel. Et, dans le cas de ma ville, ces projets sont souvent payés au comptant afin de museler les citoyens contestataires. Il faut savoir qu'en vertu de la Loi sur les cités et villes, les élus peuvent dépenser les surplus comme bon leur semble sans que les citoyens puissent s'y opposer. Est-ce normal dans un système qui se veut et se dit démocratique?

Pendant ce temps, le déficit d'entretien de nos infrastructures publiques se creuse d'année en année. Chez nous, le service du génie prône la réfection complète (conduites d'aqueduc et d'égout, fondation et chaussée) d'un minimum de cinq kilomètres de rues annuellement. Or, d'après les chiffres que j'ai obtenus de la direction du greffe de la Ville de Boucherville, sur une période de six ans (de 2009 à 2014 inclusivement), très exactement 14,678 kilomètres ont été refaits. Ce déficit de 15,322 kilomètres s'ajoute à celui d'environ 40 kilomètres qui existait au début de 2009. Quand on sait combien coûte la réfection complète d'un mètre linéaire de rue, c'est une facture totalisant des dizaines de millions de dollars qui se monte sous nos pieds. Et le cas de Boucherville est loin d'être un cas d'espèce; l'ensemble des municipalités du Québec accuse un déficit à ce chapitre.

Vient ensuite la situation de l'agglomération de Longueuil. En 2016, ce monstre bureaucratique « fêtera » ses dix années d'existence. Cette structure qu'est l'agglomération coûte de plus en plus cher aux contribuables qui la financent. Pour 2015, son budget s'établit à 334,5 M$, en hausse de 1,9 % par rapport à 2014. Cette nouvelle hausse s'ajoute à des hausses annuelles souvent supérieures à l'inflation depuis 2006. Pour Boucherville, cela se traduit par une quote-part de 47,5 M$, en hausse de 2,9 % par rapport à 2014.

Jeudi dernier, trois des quatre maires des villes liées à Longueuil (Boucherville, Brossard, Saint-Bruno et Saint-Lambert) ont fait une sortie publique pour dénoncer le manque de transparence dont ils se jugent victimes. Ces trois maires, dont Martin Murray de Saint-Bruno qui est comptable de formation, avancent que le partage des dépenses mixtes entre la ville centre (Longueuil) et les villes liées serait illégal et aurait coûté aux contribuables de ces dernières 40 M$ en sept ans. Si je reviens à l'exemple de Boucherville, alors que nous ne représentons qu'environ 10 % de la population de l'agglomération, la quote-part que nous devons verser annuellement aux coffres de l'agglo a souvent dépassé les 15 %. C'est ça, l'équité en matière de fiscalité municipale?

Étonnamment, le maire de Boucherville, Jean Martel, a décidé d'aller à l'encontre de ses trois homologues et a plutôt permis l'adoption du budget 2015 de l'agglomération. Pour justifier sa décision de se ranger une fois de plus derrière Longueuil, il invoque que l'agglomération fonctionne et permet de belles réalisations, comme les Jeux du Québec. Oui, elle fonctionne, mais à quel prix? En prenant le parti de la mairesse St-Hilaire, j'en conclus donc que Jean Martel ne reconnaît pas l'iniquité dont ses concitoyens sont victimes et juge parfaitement normal que les contribuables de Boucherville essuient des hausses de leur fardeau fiscal imputables au fonctionnement de l'agglomération de Longueuil qui sont plus souvent qu'autrement supérieures à l'inflation. Je trouve cela bien désolant venant d'un maire qui dit prôner une « taxation limitée et responsable » depuis qu'il est en poste. Quant on sait que la quote-part représente annuellement environ 45 % du montant (après impôt) que les contribuables doivent payer en taxes municipales à la Ville, on est en droit de s'attendre à ce que le maire prenne le parti des citoyens dont il est censé défendre les intérêts plutôt que celui d'une mairesse somme toute assez dépensière.

Alors, entre le ministre Pierre Moreau et la mairesse St-Hilaire, qui croire? Certes, Mme St-Hilaire a parfaitement raison lorsqu'elle déclare que les élus municipaux ont la légitimité démocratique de gérer leur ville et que c'est aux citoyens qu'ils représentent de juger de leur rendement. Par contre, M. Moreau a tout autant raison d'affirmer que les municipalités disposent d'une évaluation foncière qui augmente, qu'elles dégagent des surplus (parfois énormes) et que la croissance de leurs dépenses augmente - tout comme leur assiette fiscale. Pour le contribuable, ce débat aboutit plus souvent qu'autrement au même résultat : un compte de taxes qui ne cesse d'augmenter et qui représente un fardeau de plus en plus lourd.

Une chose demeure certaine. Comme ce fut le cas avec les commissions scolaires en 2013 sous le gouvernement Marois, peu importe qui remporte ce bras de fer politique entre Québec et les municipalités, c'est au contribuable municipal qu'on refilera une fois de plus la note. Et c'est pour cette raison qu'une refonte en profondeur du fonctionnement et des priorités de nos municipalités s'impose. Il est temps de faire le ménage et d'arrêter de pelleter dans la cour des contribuables.

Ce texte est également publié sur parlonspolitique.net

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter