LES BLOGUES
23/03/2015 09:04 EDT | Actualisé 23/05/2015 05:12 EDT

Et si ça se passait à Montréal?

Imaginez le tollé si Denis Coderre, après son élection à la mairie de Montréal en 2013, avait nommé un membre de l'organisation de son parti politique au poste de directeur général de la Ville (poste assorti d'une rémunération annuelle de 315 000 $). Pis encore, si ledit membre ne comptait aucune expérience en gestion municipale...

Pourtant, c'est exactement ce qui vient de se passer à Boucherville, ville de banlieue que plus d'un qualifie de «ville-dortoir» - loin des radars. En effet, la semaine dernière, on apprenait que le maire Jean Martel avait arrêté son choix sur Roger Maisonneuve pour remplacer Claude Caron, le directeur général parti à la retraite au terme d'une carrière longue de 40 ans à la Ville.

Mais qui est Roger Maisonneuve? Un avocat (comme le maire). Qui plus est, il a été le représentant officiel et l'agent officiel d'Option citoyens citoyennes, le parti politique du maire, de sa création en 2009 jusqu'au 2 novembre 2014. Un type qui avoue lui-même n'avoir aucune expérience du milieu municipal, ce qui ne l'empêchera pas de recevoir un salaire de près de 190 000 $ par année, en plus des généreux régimes d'avantages sociaux (ce qui inclut une allocation de voiture) et de retraite dont bénéficient les fonctionnaires municipaux.

Et tout cela sans qu'il y ait eu d'affichage de poste ou d'évaluation d'autres candidatures pour pourvoir au poste de premier fonctionnaire de la Ville!

Pour justifier son choix, notre maire a invoqué deux arguments principaux : il trouvait trop fastidieux le processus d'embauche à l'externe et il voulait quelqu'un «qui comprend bien sa démarche politique». Le message est clair : le maire se cherchait un béni-oui-oui, quelqu'un qui n'oserait pas remettre en question ses choix politiques. Il faut savoir que peu de temps après l'élection de l'actuel maire, le directeur général de l'époque, Daniel McCraw (un homme très compétent et respecté dans le milieu) avait soudainement annoncé son départ à la retraite - lui qui s'était engagé publiquement à demeurer en fonctions au moins jusqu'à la fin du mandat 2009-2013. Quelques mois plus tard, il acceptait le poste de directeur général de la Ville de Mont-Saint-Hilaire.

Départ à la retraite ou congédiement déguisé? D'une façon ou d'une autre, son départ avait coûté aux contribuables bouchervillois un an de salaire plus cinq semaines de vacances...

Or, quelqu'un qui comprend la démarche politique actuelle du maire ne peut que constater que ce n'est pas ce qu'un maire compétent doit rechercher dans un candidat pour occuper le poste de DG. Le travail du directeur général d'une municipalité consiste à veiller à la gestion quotidienne de la ville. Le maire quant à lui dirige son conseil municipal et agit en tant que président du conseil d'administration qu'est un conseil municipal. Il doit y avoir une séparation nette et claire entre les deux fonctions, entre l'opérationnel et l'exécutif.

Depuis plusieurs années, je suis à même de constater comment l'absence d'opposition en politique agit comme une véritable gangrène en effritant la confiance des citoyens et en alimentant leur cynisme. À Boucherville, le maire Martel agit en véritable potentat depuis sa première élection au poste de premier magistrat en novembre 2009. Habitué, depuis, de diriger en roi et maître, il ne tolère aucune forme d'opposition - quelle qu'en soit la provenance. Combien de fois je l'ai vu rabrouer des citoyens-contribuables en pleine séance publique du conseil municipal à l'hôtel de ville quand ces derniers « osaient » critiquer ses décisions ou les remettre en question ou encore simplement lui poser des questions qui ne faisaient pas son affaire.

Lui qui s'était engagé à faire de la politique autrement, à être à l'écoute des citoyens agit comme un vieux monarque issu d'une ère révolue et traite presque avec mépris quiconque ose penser que sa façon de faire n'est peut-être pas dans l'intérêt supérieur de l'ensemble de la communauté qu'il a été élu pour représenter. Boucherville est devenue une communauté sectaire où quiconque ne louange pas le premier magistrat et ses décisions est rapidement taxé de « négatif » pour avoir osé soulever des questions ou exprimer une opinion autre.

L'absence d'opposition en politique nuit-elle à la démocratie? Je le crois fermement, car l'opposition fait partie intégrante de la démocratie. En son absence, le vide créé est rapidement comblé par des abus de tous genres. En jetant son dévolu sur son ancien agent officiel, Jean Martel démontre qu'il pense à ses intérêts avant ceux de ses concitoyens. Quant aux Bouchervillois, en plus de se retrouver avec un maire se croyant investi de tous les pouvoirs, ils devront accepter et s'habituer à un premier fonctionnaire ayant très peu d'expérience de la machine municipale et un fort penchant politique pour son patron - du moins jusqu'aux élections de 2017. Nous le paierons 190 000 $ par année + avantages pour qu'il fasse ses classes.

Comme citoyen, ça m'inquiète ; comme contribuable, ça me dégoûte, le «club des p'tits amis», cette façon de faire de la politique dont les citoyens sont écœurés - et avec raison. D'une façon ou d'une autre, ça n'augure rien de bon pour l'avenir de Boucherville.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter