LES BLOGUES
23/12/2014 12:10 EST | Actualisé 21/02/2015 05:12 EST

Avant de pouvoir continuer, il faut d'abord commencer...

Après la multiplication d'annonces de décisions se soldant par d'importantes ponctions que subiront les Québécois en 2015, le taux des « très insatisfaits » à l'égard du gouvernement Couillard atteint maintenant 30 %, selon le dernier sondage Léger-Le Devoir. Ce pourcentage n'a cessé d'augmenter au cours de l'automne qui se termine.

C'est un fait bien documenté : les gouvernements imposent toujours leurs mesures les plus susceptibles de susciter la grogne populaire en début de mandat. L'électorat ayant tendance à avoir la mémoire courte, nos dirigeants politiques se disent que le bon peuple a le temps d'oublier avant qu'il ne soit convoqué de nouveau aux urnes. Et, dans la pratique, ils ont raison la plupart du temps...

Vendredi dernier, l'animateur Benoit Dutrizac s'est entretenu avec Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor. M. Coiteux nous assure que les efforts se poursuivront en 2015 pour ce qui est des nombreux autres dossiers problématiques sur le plan des finances publiques. J'aimerais bien pouvoir le croire. Malgré ma méfiance par rapport aux libéraux lorsqu'il est question de finances publiques, s'il y a un membre de ce gouvernement qui tient un discours relativement cohérent depuis son entrée sur la scène politique, c'est bien M. Coiteux. Il tenait le même discours lorsqu'il était professeur aux HEC.

Il reste à voir ce que le gouvernement libéral nous annoncera en 2015. Cependant, à ce jour, le constat est le suivant : le gouvernement libéral provincial aura alourdi le fardeau fiscal du Québécois moyen et récupéré la totalité des mesures d'allègement annoncées plus tôt cet automne par le gouvernement fédéral. Au net, les Québécois figureront parmi les seuls Canadiens à ne bénéficier aucunement des « cadeaux électoralistes » de Stephen Harper.

Pendant ce temps, le premier ministre Philippe Couillard tient à nous rassurer : « La population du Québec va continuer à s'enrichir ». Euh? Est-ce que j'en ai manqué un bout? Pour continuer à s'enrichir, il faudrait que le Québec commence par s'enrichir... Mais c'est loin d'être le cas ; au contraire, le Québec et les Québécois s'appauvrissent. En effet, on apprenait récemment que le pouvoir d'achat des Québécois avait enregistré son premier recul depuis 1996. Sur le plan collectif, la province de Québec (la neuvième province la moins riche sur dix, devant l'Île-du-Prince-Édouard) recevra la somme record de 9,5 milliards de dollars en péréquation du gouvernement fédéral en 2015-2016.

Par conséquent, avant même d'essayer de nous faire croire que nous sommes en mesure de continuer à nous enrichir, le premier ministre devrait plutôt faire preuve d'une bonne dose de réalisme. La pléthore de mesures annoncées au cours de l'automne ne vise qu'à permettre à la province d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016. C'est tout... Le gouvernement n'a toujours rien fait pour s'attaquer, par exemple, à la dette - dette qui dépasse les 270 G$ et augmente de 25 M$ par jour selon le Compteur de la dette québécoise. Voilà un problème récurrent de taille que nous devons en bonne partie à Jean Charest, le prédécesseur libéral de Philippe Couillard. Que fera le gouvernement à cet égard? Puiser encore et encore dans les poches du contribuable, qui n'en a plus à donner sans mettre en péril son propre équilibre budgétaire?

Malgré les assurances que le premier ministre veut bien nous donner en cette fin d'année, force est de constater que le Québec est encore très loin de redevenir une province prospère et que les générations futures payeront encore très longtemps les abus des dernières décennies. C'est la triste réalité de ce qu'est devenu le Québec au fil des gouvernements péquistes et libéraux qui se sont succédés depuis la Révolution tranquille.

Malgré toute cette morosité dans laquelle baigne le Québec, c'est aussi le moment des réjouissances dans la Belle Province, alors souhaitons-nous de joyeuses fêtes! Profitons-en pour décrocher un peu, car la réalité nous rattrapera et reprendra l'avant-scène assez vite au retour du traditionnel congé de fin d'année. Souhaitons-nous une année 2015 moins austère et plus optimiste que fut 2014!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'année politique 2014 en quelques citations

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter