LES BLOGUES
19/06/2013 11:02 EDT | Actualisé 30/12/2013 08:10 EST

Pour que le PLQ redevienne le parti des Québécois

J'aimerais ici m'adresser aux militants du Parti libéral du Québec. Je m'adresse à vous d'abord pour vous dire que je suis maintenant des vôtres, car j'ai espoir qu'ensemble nous saurons redonner vie à l'idéal libéral qui a animé ce parti depuis ses origines. Je m'adresse aussi à vous pour vous donner la pleine mesure des défis qui attendent le parti dans les prochains mois. À ce titre, il convient de noter que le Conseil général spécial qui s'est tenu le week-end dernier était de la première importance. Il s'agissait en effet du premier rassemblement d'envergure depuis l'élection de Philippe Couillard à la tête du parti. Il s'agissait aussi et surtout de la première phase de modernisation du parti, laquelle devrait aboutir à son renouvellement philosophique et intellectuel.

Les thèmes abordés lors de cette journée, à savoir l'identité québécoise et les valeurs libérales, montrent par ailleurs bien la volonté du PLQ de redevenir le parti des Québécois. Pour ce faire, je suis d'avis avec M. Couillard que les libéraux devront renouer avec leurs racines profondes et par là même avec celles de la nation québécoise.

Le billet se poursuit après la galerie

Photo Gallery
Conseil général du PLQ (15 juin 2013)
See Gallery


Je noterai d'ailleurs au passage que Philippe Couillard me semble être la personne toute indiquée pour effectuer ce travail. Ce dernier ne manque de toute évidence pas d'ambition et d'idées pour le Québec. Dans un excellent texte intitulé «Revenir aux sources de l'idée libérale», publié dans Le Devoir le 5 décembre dernier, le nouveau chef libéral exposait d'ailleurs les grandes lignes du projet de société qu'il entend proposer aux Québécois. Un projet à mille lieues de celui porté par le Parti québécois et sa Charte des valeurs québécoises. À mille lieues aussi de «l'ère Charest», sous laquelle les libéraux québécois ont mis de côté les débats d'idées au profit d'un affairisme désolant. En définitive, ce que Philippe Couillard entend proposer aux Québécois, c'est une vision proprement libérale et québécoise de la politique.

Comme je le mentionnais plus haut, les défis seront cependant de taille si nous souhaitons arriver à réunir les Québécois autour des valeurs libérales et d'un fédéralisme renouvelé. Il faudra d'abord convaincre ceux qui, au Canada, s'entêtent à nier le caractère national du Québec et arriver avec eux à une entente constitutionnelle mutuellement satisfaisante. Puis nous devrons arriver à susciter l'adhésion du plus grand nombre de Québécois aux valeurs libérales. Pour ce faire, celles-ci devront impérativement s'incarner dans des politiques qui reflètent le sentiment national québécois, c'est-à-dire cet attachement à l'idée que les Québécois forment une nation à part entière au sein de l'ensemble canadien.

Le Parti libéral du Québec, s'il veut regagner le cœur des Québécois, ne devra donc ménager aucun effort pour promouvoir activement la reconnaissance du Québec et de son identité profonde au sein de la fédération canadienne. Cette tâche est en effet de la première importance, car dans les faits, s'ils ne sont pas indépendantistes, force est de reconnaître que la majorité des Québécois sont tout de même nationalistes. Entendu par là qu'ils se sentent profondément attachés au Québec et à son caractère distinctif. C'est là une évidence que nul ne saurait nier sans se détourner du Québec et de ses aspirations profondes. De fait, les Québécois forment une nation, une nation distincte dans un Canada qui est lui-même plurinational. Il nous faut simplement veiller à ce que cette identité spécifique ne soit pas source de division, mais d'enrichissement mutuel.

La pensée libérale repose sur une tradition et un corpus théorique extrêmement riches dont la principale force est de savoir s'adapter aux défis sans cesse renouvelés des sociétés libres et démocratiques. À de nombreuses reprises dans le passé, le Parti libéral du Québec a d'ailleurs su faire preuve d'audace et d'intelligence pour faire progresser le Québec dans la bonne direction. C'est dans ce même esprit que le parti devra maintenant composer avec ce qui constitue les défis de notre temps, notamment ceux liés au pluralisme religieux et à la prise en charge de la diversité ethnoculturelle. Comme les débats enflammés autour de la question de la laïcité des institutions et de la pratique d'accommodements culturels et religieux en font foi, les Québécois sont plus que jamais avides de solutions claires, cohérentes et surtout à la hauteur de leurs aspirations. S'il ne faut bien entendu pas jouer le jeu du Parti québécois, lequel préfère en ce moment brandir les «valeurs québécoises» et alimenter la division plutôt que de s'attaquer aux véritables enjeux, force est de constater que nous ne pouvons plus nous permettre d'esquiver ces questions.

À ce propos, il m'apparaît possible d'identifier quelques éléments rassembleurs et porteurs de solution pour le Québec. D'abord, la rédaction d'un «livre blanc» sur la laïcité et l'édification d'une véritable politique québécoise de l'interculturalisme, lesquels permettront de définir les contours de la laïcité québécoise et d'expliciter les balises pour les demandes d'accommodement et d'ajustement. Puis le regroupement autour d'une langue et d'une histoire commune, lesquelles sont les véritables points de repère qui nous ont permis jusqu'ici de structurer l'identité québécoise, une identité qui est bien entendu toujours appelée à se transformer et à s'enrichir au contact d'autres cultures.

Au Québec, la pensée libérale a su s'imposer comme le principal levier de nos progrès économiques et sociaux. C'est aussi elle qui nous a prémunies contre le racisme et le nationalisme sectaire, qui constituent pour bien d'autres nations de véritables fléaux. De par son engagement en faveur des libertés individuelles, le libéralisme politique constitue donc notre meilleur rempart face à l'inquiétante montée du conservatisme à laquelle nous assistons ces dernières années. J'entretiens cependant la conviction que le Québec et les Québécois sont profondément libéraux et je suis plus que jamais convaincu que c'est sur la base de ces mêmes valeurs d'ouverture et de tolérance qui ont toujours caractérisé la société québécoise que nous arriverons à faire face aux défis qui sont les nôtres. C'est là tout le sens de mon engagement auprès de vous et de Philippe Couillard.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Photo Gallery
Congrès au leadership du PLQ
See Gallery