LES BLOGUES
02/04/2015 10:50 EDT | Actualisé 02/06/2015 05:12 EDT

Pâques: fêter un zombie ou le ressuscité?

Pâques, c'est la fête de la résurrection de Jésus. Or, parler de résurrection aujourd'hui ne va pas de soi. Aux États-Unis, il y a même un mouvement pour que la fête de Pâques se nomme Zombie Jesus day.

Pâques, c'est la fête de la résurrection de Jésus. Or, parler de résurrection aujourd'hui ne va pas de soi. Aux États-Unis, il y a même un mouvement pour que la fête de Pâques se nomme Zombie Jesus day. Cette critique de la foi chrétienne n'est pas sans logique. Si Jésus a été crucifié et qu'il s'est relevé pour marcher parmi les vivants, c'est qu'il est revenu des morts en devenant un zombie. Pour les chrétiens, cette interprétation est certes hérétique. Pourtant elle provient de façons inadéquates de parler de la résurrection de Jésus, de chrétiens qui, d'une part, ne prennent pas en compte les interrogations de la culture contemporaine à ce sujet et d'autre part prennent des récits spirituels pour des reportages historiques.

La résurrection remise en question

Plusieurs éléments font que la résurrection ne va pas de soi aujourd'hui. D'abord, il y a l'irruption du surnaturel. La résurrection de Jésus n'est pas un événement historique qui peut être prouvé. Il s'agit d'une interprétation de foi à laquelle on peut adhérer ou non. Les premiers chrétiens tentent de transmettre ce qu'ils ont compris de leur expérience. En disant que Jésus est ressuscité, ils affirment que celui qui a été crucifié n'est plus dans son tombeau, il est vivant. Nous sommes dans le domaine du croire et non de la science. Aujourd'hui, la culture fortement marquée par la pensée rationnelle et scientifique nous empêche de simplement gober les histoires merveilleuses comme si c'était des faits empiriques. Les chrétiens ont le droit de croire qu'il s'agit d'un événement réel, mais pour ceux qui n'ont pas la foi, la résurrection n'est qu'une légende.

Se taire pour écouter, voir et sentir

Pour plusieurs, Jésus était un homme incroyable, un prophète dont les actions inspirent encore. Mais l'annonce de sa résurrection est difficilement recevable. Au lieu de continuer à prêcher le même discours, les chrétiens devraient plutôt écouter le questionnement de leurs contemporains et même accepter d'y réfléchir. D'ailleurs, sur le chemin d'Emmaüs, le ressuscité a pris le temps d'écouter le questionnement et les difficultés des disciples en marchant avec eux (Luc 24).

Nous sommes Thomas

Comme Thomas, nous voudrions bien voir et même toucher le ressuscité avant de croire en lui (Jean 20,24-29). Malheureusement, ce n'est pas aussi simple que ça. Le rapport au Christ ressuscité ne peut pas être aussi direct. C'est avec un regard de foi qu'il peut être vu, entre autres, au milieu d'une communauté qui se rassemble en son nom. Il peut être touché par ceux qui continuent sa mission auprès des exclus. Il peut être entendu dans le silence de la prière de contemplation.

Comment parler de résurrection aujourd'hui? La question est lancée. La culture contemporaine remet en question la façon traditionnelle de comprendre ce concept. Il y a tout un mystère autour de la question. L'interprétation littérale des récits de résurrection de Jésus le rapproche d'un zombie. Les passages qui décrivent la rencontre du ressuscité des évangiles de Marc, Matthieu, Luc et Jean sont très différents les uns des autres. Ils sont même difficilement réconciliables au premier degré. Ces récits ne sont pas des reportages journalistiques. Ils sont des récits allégoriques, des catéchèses qui aident les lecteurs à reconnaître la présence du Christ même après sa mort.

Joyeuses Pâques!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Quand on voit Jésus dans sa nourriture, ça donne... Voyez les images