LES BLOGUES
18/12/2013 01:36 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Ces entrepreneurs qui facilitent vos déplacements au Caire

Si comme 11,5 millions de personnes en 2012 vous avez visité l'Égypte, les célèbres embouteillages de sa capitale Le Caire vous évoquent certainement une perte de temps considérable, associé à la pollution d'une ville pourtant chargée d'histoire. Et bien que le gouvernement égyptien, peine à mettre en place des solutions efficaces pour lutter contre ce fléau, de jeunes entrepreneurs innovent et travaillent contre cette saturation. Portraits.

18 fois plus de voitures qu'en 1970

Une étude réalisée par le ministère égyptien des Transports révèle que la mégalopole du Caire est conçue pour l'hébergement de quatre millions de citoyens. La réalité se veut être bien différente: plus 17 millions de Cairotes y vivent et travaillent, soit plus de quatre fois le seuil considéré comme maximal. Répartie sur 350 km2, la ville ne se voit desservie par le réseau autoroutier qu'à hauteur de 10%, où circulent quotidiennement 3,9 millions de véhicules... alors que les infrastructures ne peuvent en supporter que 500 000. Une saturation qui, selon Maher Al-Maawel (ancien responsable à la direction du trafic), serait liée à la multiplication du nombre de véhicules par 18 entre 1970 et 2006. Le réseau routier ayant seulement été multiplié par 4...

Bey2ollak, votre téléphone intelligent pour solution

style="float: Et si le salut venait justement ... de vos téléphones intelligents? Alors qu'en 2016, ce seront 32% des téléphones vendus en Égypte qui seront identifiés comme « intelligents » (source: Pyramid Research), une startup émerge: Bey2ollak. L'application disponible sur Android, iPhone, BlackBerry, Nokia et Windows Phone affiche sur un écran unique l'ensemble des rues du Caire, affublées d'un smiley (vert, orange ou rouge) suivant l'état du trafic routier. Un outil tendant à fluidifier les avenues encombrées, et ainsi à mieux répartir le flux de véhicules. Lancée en octobre 2010 par cinq cousins entrepreneurs (Ali Rafea, Mohamed Rafea, Mostafa El-Beltagy, Yehia Ismail et Gamal El-Din Sadek), l'application fonctionne sur un modèle déclaratif. Chaque utilisateur peut ainsi déclarer l'état du trafic via un simple check-in, à l'aide du smiley de couleur.

Aussi amusant que fonctionnel, ce principe de « check » se révèle performant, puisqu'ils sont plus de 700 000 utilisateurs, à faire un usage régulier de l'application. Un volume suffisant, pour produit la quantité de « checks » nécessaires, à garantir la fiabilité de l'outil. Mais Bey2ollak a su séduire au-delà d'un écran de téléphone intelligent: le programme StartWithGoogle.com a récompensé la startup de 1,2 million de livres (environ 183 000 $). La compagnie Vodafone Egypt n'est pas en reste, ayant fait acquisition du concept pour un montant non communiqué.

Le Nil comme anti-stress

style="float: Sous Ramses II, les dahabiehs (voiliers traditionnels égyptiens) circulaient paisiblement sur le Nil; de nos jours les bateaux de la société Nile Taxi vrombissement de Maadi (corniche du Nil) à la place Tahrir (centre-ville). Jeune société imaginée en 2008 par Magdi Kirollos Ghali et Amr Aboul Seoud, elle propose un service de taxis-bateaux naviguant sur le Nil, et contournant ainsi les encombrements routiers. Ahmed Amin se réjouit d'un service, lui permettant d'économiser les quatre heures de transport, qui était jusqu'alors son quotidien : «J'arrive au travail décontracté, pas stressé, pas nerveux». Magdi Kirollos Ghali se dit confiant dans le développement de Nile Taxi, avec l'acquisition de 30 nouveaux bateaux « basse consommation », d'ici à 2015. Le transport quotidien de 15 000 passagers constitue son objectif, avec comme conséquence, de « soulager le centre du Caire de 3% des véhicules » (source AFP).

Et si ces nouveaux moyens de transport ne retiennent pas votre attention, reportez vous sur le métro Cairote. Construit en 1990 et géré par le Egyptian National Railways (ENR) il transporte 500 millions de passagers chaque année, pour une livre le ticket (0,15 $).

Autant de nouveaux concepts, à l'assaut d'une problématique mondiale et avant tout économique, dont la portée dépasse largement la ville du Caire. En effet, le coût annuel des embouteillages, dans les 30 plus grosses mégalopoles du monde, représente un coût de 266 milliards de dollars (source RFI). Des montants qui suscitent la curiosité de milliers d'entrepreneurs, à l'instar de l'entreprise française Poma qui a déployé le concept Métrocable en 2003 à Medellín: un téléphérique de transport urbain. À suivre.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Egypt: The Gift Of The Nile

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.