LES BLOGUES
28/01/2014 12:05 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Neha Motwani, l'entrepreneuse passion-patience

27 ans et déjà frappée par la crise de la quarantaine. Professionnellement insatisfaite, Neha Motwani quitte son emploi en avril 2013. Direction la fitness. Le marché n'émergera que dans deux ans? Qu'importe. Entrepreneuse, elle s'en joue, positionne sa société et compose.

Le dicton «Pensez comme un consommateur» trône fièrement, aux murs de cette sobre pièce. Elle, l'ex-salariée des ressources humaines, se tient droite, vêtue d'une robe tricolore.

style="float: Elle lance alors: «Mon ancien emploi m'ennuyait. Je ne m'y reconnaissais plus». Le ton est donné. Lectures faites, un défi l'obnubile, inexorablement. «Je serai entrepreneuse», conclut-elle. Mais que choisir? 

Multi passionnée, le choix se révèle embarrassant. La citation murale «focus est maître», prend l'air d'un rappel à l'ordre. Son attirance pour le cyclisme et un échange avec Guy Kawasaki (auteur et consultant) feront la différence. La fitness en Inde sera son marché. 

Au défi entrepreneurial s'ajoute un défi culturel. Pensive, elle se remémore « fitness-passion était une drôle d'idée. Seul l'aspect médical attirait en Inde». Mais les lignes se meuvent.

«600 rencontres pour connaître mes consommateurs»

Cette tendance, Neha l'a vérifiée de visu, au travers d'une enquête. 600 consommateurs rencontrés physiquement, dans dix villes indiennes. Une conclusion en émerge: «La fitness en Inde sera un boom dans deux ans», dit-elle. Pari pris, août 2013 se voit marqué par le lancement de Fitternity.com. Le concept ? Approcher le marché de manière globale. Un seul lieu qui regroupe articles, réseau de professionnels et de passionnés associé à une boutique. Construire un concept profitable au consommateur et complémentaire est l'obsession. «Le moment venu, le cercle vertueux doit être parfait», confie-t-elle.

«Neha motive avec passion une équipe de 22 personnes», comme se prête à l'affirmer Rakhee, consultante et amie. Un pôle éditorial se charge de publier quotidiennement deux articles, validés par un réseau d'experts. Sur les 10 à 12 000 professionnels du secteur à Mumbai, 500 sont abonnés à l'annuaire du site (500 roupies par mois à ce jour). Mais les véritables atouts sont encore suggérés plus que déjà mis en évidence. Pour éviter le sport en solitaire, le site joue un rôle social, facilitant le contact. «1000 membres et dors et déjà 100 communautés», confirme Neha. La boutique compte 5000 produits aujourd'hui, 25 000 prochainement. Le moyen d'aborder une association passion-business, qu'elle tente de combiner. Au détour d'une plaisanterie, la confidence survient. «Ma passion domine l'aspect business. Mais mon investisseur sait me réorienter». Un trait de personnalité précisé par Rakhee: «Son plan est à long terme. Consciente que tout n'arrive pas immédiatement, suivre un plan d'action lui est familier». A ce titre, le service exclusivement disponible à Mumbai trouvera place à Delhi et Bangalore en mars 2014.


Résolument oui, les croissances, comptées en mois, sont exceptions. 99% des entrepreneurs adulent le mot patience, parfois à leurs dépens. Ni trop vite, ni trop lentement. À n'en pas douter, l'un des exercices les plus délicats de l'aventure entrepreneuriale. Neha Motwani reconnaît avec une once d'humilité: «J'ai quitté un emploi sécurisant, pour suivre la folie entrepreneuriale. Deux ans de ma vie à positionner une entreprise. Au bout du chemin? L'espoir du succès». Installer une marque se révèle aussi long que studieux.

Au niveau mondial, un Français se veut l'incarnation de cette patience entrepreneuriale. Il s'appelle Frédéric Mazzella. Chercheur pour la NASA aux États-Unis (chirurgie virtuelle dédiée aux opérations spatiales), il y découvre le concept du covoiturage. Revenu en France, il décide de lancer l'équivalent en 2004. S'en suivent cinq années de solitude, à peaufiner un concept qu'il pense être prometteur. 10 ans plus tard, son service est utilisé par 900 000 personnes chaque mois, l'équivalent de l'Eurostar. La boucle est bouclée, la patience aura payé. 

La leçon de l'histoire? Entrepreneurs, «Mme Patience» est une délicate personne, choyez-la, elle vous en sera reconnaissante.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le tour du monde de l'entrepreneuriat de Sébastien Chatelier

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?