LES BLOGUES
19/09/2015 07:07 EDT | Actualisé 19/09/2016 05:12 EDT

#Fed2015 : la Syrie, enjeu moins important au Québec

De quoi parlait plutôt la twittosphère québécoise cette semaine?

Depuis que la photo tragique du petit Alan Kurdi a percuté la communauté internationale il y a 2 semaines, la Terre entière a tourné son attention vers la Syrie et les centaines de milliers de gens qui cherchent à y échapper.

En contexte électoral canadien, ce désastre humanitaire est vite venu cogner aux portes du gouvernement et des partis qui souhaitent le mener. Ainsi, en utilisant la technologie Nexalogy pour analyser plus d'un million de tweets, on a pu apercevoir une corrélation importante entre le discours politique déclenché sur le sujet et les discussions #elxn42 entamées sur Twitter. Rapidement, la twittosphère canadienne s'est ralliée à la cause syrienne et s'est prononcée haut et fort sur la crise en tant qu'enjeu électoral.

En contraste, du côté du Québec, le sujet n'a pas dramatiquement dévié la conversation. Preuves à l'appui, voici quelques exemples de ce contraste.

Comparons tout d'abord les cartes lexicales associées au Canada anglais et Canada français pour la période du 1er septembre au 15 septembre. Question de contexte, gardons en tête que la photo du petit Alan a été publiée le 2 septembre.

Comme le démontre la carte canadienne, la Syrie est vite devenue un grand enjeu, venant détrôner l'histoire Duffy et le scandale maintenant surnommé «peegate».

Au Québec, par contre, le sujet a pris moins d'ampleur.

On constate la même tendance lorsque l'on consulte et compare les palmarès de tweets les plus partagés. Alors que la twittosphère canadienne a fait circuler ce tweet dramatique illustrant un camp de réfugiés syriens en Jordanie plus de 1 123 fois, rien dans le palmarès québécois ne semblait indiquer que la crise avait détourné le débat.

On est d'ailleurs laissés avec la même impression lorsque l'on compare les mots les plus utilisés au courant des deux dernières semaines. Alors qu'au Canada anglais, on comptait 3 mots en lien direct avec la crise dans le palmarès des 20 mots les plus fréquemment utilisés (avec refugee en 3e position), le mot réfugié ne fait qu'apparition au 19e rang de la liste québécoise.

Alors de quoi parlait plutôt la twittosphère québécoise cette semaine? Voici quelques sujets qui ont suscité l'attention:

• Duceppe a proposé de simplifier le processus de collecte d'impôt en laissant le gouvernement du Québec percevoir les impôts d'Ottawa - pour que la province s'occupe ensuite du transfert nécessaire vers le Canada;

• Le Bloc a changé son approche avec des affiches et un slogan moins axés sur l'indépendance;

• Le Québec s'est questionné sur la validité du bilan de santé de l'économie canadienne présenté par Stephen Harper.

Qu'est-ce qui explique cette différence marquée dans l'intérêt politique porté à la question syrienne au Québec? Bien sûr, un grand pourcentage des décisions prises à l'égard de l'immigration se gère au fédéral - mais étant donné notre rendez-vous aux urnes qui arrive dans à peine cinq semaines, ne pourrait-on pas s'attendre à voir une plus grande attention portée au débat?

Et vous, croyez-vous que le sujet de la Syrie pèsera lourd dans la balance pour l'électorat québécois cet octobre?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Le petit Alan Kurdi trouvé mort sur une plage Voyez les images