LES BLOGUES
27/10/2015 10:02 EDT | Actualisé 27/10/2016 05:12 EDT

Pourquoi l'Impact peut remporter les séries de la MLS

Alors que l'Impact va disputer pour la deuxième fois de son histoire les séries de la MLS, de nombreux arguments incitent à l'optimisme. Oui, l'équipe dirigée par Mauro Biello est un sérieux prétendant au titre. Avant la première ronde jeudi soir face à Toronto, voici quelques raisons.

Alors que l'Impact va disputer pour la deuxième fois de son histoire les séries de la MLS, de nombreux arguments incitent à l'optimisme. Oui, l'équipe dirigée par Mauro Biello est un sérieux prétendant au titre. Avant la première ronde jeudi soir face à Toronto, voici quelques raisons.

Parce que Didier Drogba impressionne

Affirmer que Drogba cartonne depuis ses débuts en MLS cet été n'est plus très original. Mais personne ne souhaite s'en lasser. Les chiffres sont impressionnants : en seulement onze matches, l'Ivoirien a marqué onze buts (sur 21 tirs cadrés). Un rendement stratosphérique. Incroyable. Extraordinaire. Les adjectifs manquent pour qualifier cette demi-saison effectuée par l'ex-gloire de Chelsea. Mais Drogba avait prévenu : « Je suis venu pour gagner ». « Il a changé tellement de choses », me confiait encore un Ambroise Oyongo ébahi dimanche soir, quelques minutes après le nouveau show soufflé par son attaquant au stade Saputo avec deux buts en moins de deux minutes face au grand rival torontois.

Avec sept victoires en onze rencontres disputées avec l'Impact, Didier Drogba connaît la recette du succès. Il l'a mijotée à de nombreuses reprises depuis le début de sa flamboyante carrière. Champion d'Angleterre à quatre reprises (2005, 2006, 2010, 2015), Drogba a également remporté avec le club londonien la Ligue des champions UEFA (2012), quatre Coupes d'Angleterre (2005, 2006, 2010, 2015), trois Coupes de la Ligue (2005, 2007, 2015), le titre de meilleur buteur à deux reprises (2007, 2010), sans oublier le trophée national en Turquie lors de son court passage à Galatasaray (2013). « Didier ne connaît qu'une seule option : gagner », m'expliquait récemment Mauro Biello.

Une dynamique positive

Contrairement à l'automne 2013, l'Impact aborde ces séries avec le vent dans le dos. Balayés par Houston il y a trois ans en première ronde (3-0), après une fin de saison régulière très difficile, les Montréalais traversent une période d'euphorie avec sept victoires lors de leurs onze dernières rencontres, dont trois succès consécutifs. Impériaux à Saputo depuis leur défaite 1-0 face à Philadelphie le 22 août (5 succès), les coéquipiers de Patrice Bernier ont même enchaîné deux sorties triomphales sur la route, preuve de la forme actuelle des Québécois. Les Torontois de Sebastian Giovinco, Soulier d'Or de l'année, peuvent l'attester. Apathique en première demie, l'Impact s'est transfiguré dimanche face au grand rival ontarien pour décrocher la troisième place de la Conférence Est, le meilleur classement de l'histoire du club en MLS.

Des joueurs transfigurés

Non, Drogba n'est pas seul dans cette formation. Si toutes les caméras sont braquées sur le flamboyant ivoirien, ce dernier n'hésite pas en mettre en lumière, à juste titre, les performances de ses coéquipiers. Dimanche soir par exemple, Evan Bush a une nouvelle fois été décisif. Parfois inconstant, capable de sorties délicates, le gardien montréalais est impérial sur sa ligne et multiplie les exploits depuis plusieurs semaines. Décisif dans les dernières secondes de la victoire québécoise sur la pelouse du New England en détournant une ultime frappe adverse, l'Américain a encore sorti quelques arrêts de grande classe contre Toronto, permettant notamment aux siens de ne pas sombrer en première demie.

Bien sûr, on peut également citer Laurent Ciman, qui retrouve à nouveau ses habits de général de la défense, les percées d'Ambroise Oyongo, Dilly Duka, un poison sur le côté gauche de l'attaque, Ignacio Piatti qui, lorsqu'il lève la tête et se montre plus collectif, peut débloquer en deux, trois coups de rein une situation mal engagée, mais comment pourrais-je ne pas citer l'impact des remplaçants du Bleu-Blanc-Noir ? À l'image de Wandrille Lefèvre, peu utilisé sous l'ère Klopas et qui a su répondre présent lors des absences de Ciman, Hassoun Camara a peut-être sauvé son équipe d'une rencontre décisive en terrain hostile avec son tacle déterminant, rempli de rage et d'audace, dans la surface, devant Altidore, durant les arrêts de jeu dimanche face à Toronto.

Un entraîneur déterminant

Au premier regard, Mauro Biello n'impressionne pas. Petit, assez frêle, l'ex-attaquant vedette de l'Impact, entraîneur adjoint puis entraîneur intérimaire depuis l'éviction de Frank Klopas, n'offre pas un charisme évident. Mais l'image est trompeuse. Même si l'arrivée de Drogba coïncide avec les excellents résultats de l'Impact, il ne faut pas occulter le rôle de Mauro Biello, unanimement reconnu par ses joueurs. « Je peux laisser ma vie sur le terrain pour lui », indiquait Hassoun Camara à sa nomination.

Depuis son entrée dans ses nouvelles fonctions, Biello a apporté une touche de fraîcheur à un groupe touché et tendu. Avec un discours plus positif et passionné, Biello, qui se montre proche de ses joueurs, a réussi à plusieurs reprises à redresser son équipe, parfois mal embarquée. Dernier exemple, le plus frappant : dimanche contre Toronto, après une première demie bien terne, Biello a trouvé les mots dans le vestiaire pour changer le visage de l'Impact, n'hésitant pas à remplacer, après seulement 45 minutes, un Venegas transparent par Duka. Un acte fort qui rassurera une fois de plus ses dirigeants, déjà convaincus de lui confier définitivement les rênes du club la saison prochaine et qui annonceront la nouvelle après les séries. Le plus tard possible ?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les premiers matchs de Drogba avec l'Impact Voyez les images