LES BLOGUES
02/09/2015 08:34 EDT | Actualisé 02/09/2016 05:12 EDT

Impact de Montréal: un entraîneur-star sur le banc?

Quelques jours après l'arrivée de Didier Drogba au Québec, une question revenait sur de nombreuses lèvres: comment Frank Klopas allait-il gérer l'ex-star de Chelsea habituée aux directives durant neuf saisons José Mourinho? Aujourd'hui, cette question ne se pose plus...

« La prochaine étape pour la MLS, ce sera l'arrivée de coachs reconnus ». Cette phrase aurait pu être dictée par ma propre pensée. Mais ces mots que je partage sortent directement de la bouche de l'un des principaux dirigeants de l'Impact de Montréal. Quelques jours après l'arrivée de Didier Drogba au Québec, une question revenait d'ailleurs sur de nombreuses lèvres : comment Frank Klopas allait-il gérer l'ex-star de Chelsea habituée aux directives durant neuf saisons de l'un, voire du meilleur entraîneur au monde, José Mourinho ? L'attaquant ivoirien acceptera-t-il les choix du patron de l'Impact au palmarès vierge ? Ce dernier arrivera-t-il à s'imposer face à l'aura du quadruple champion d'Angleterre ?

Aujourd'hui, et même si Drogba n'est pas connu pour ses esclandres publics vis-à-vis de ses dirigeants, ces questions ne se posent plus. Klopas congédié après un mois d'août catastrophique ponctué par une nouvelle désillusion face au Toronto FC le 29 août, l'Impact et son propriétaire Joey Saputo ont quelques mois pour concrétiser un nouveau rêve : l'arrivée d'une star du banc de touche. « Comment expliquer un système de jeu et réussir à convaincre des joueurs comme Drogba ou Pirlo lorsqu'on n'a rien gagné ? » Voici, en substance, ce que m'expliquait ce même dirigeant avant le départ de Frank Klopas, loin de faire l'unanimité dans le vestiaire et dont la philosophie de jeu a été remise en question, en public ou en privé, à plusieurs reprises par quelques joueurs. Ce dernier aurait-il conservé son poste en cas de qualification pour les séries, l'objectif du club, en fin de saison ? Malgré l'excellent parcours de l'Impact en Ligue des Champions, j'en doute fort. Avec Didier Drogba, l'Impact rêve en grand. Et les rêves ont un prix.

Comme l'assure Denis Coderre lorsqu'il évoque le retour des Expos à Montréal, « la question n'est pas plus de savoir si Montréal » signera un entraîneur de renom, « mais quand ». De passage en juillet à Montréal avec Chelsea, José Mourinho n'avait pas manqué de tarir d'éloges sur la MLS. « La MLS est à présent une bonne opportunité pour de jeunes joueurs en Europe. Avant, tout le monde pensait que la MLS était réservée aux joueurs en fin de carrière. Des joueurs comme Drogba et Kaka ne peuvent qu'aider à son développement, mais c'est également un championnat où l'on peut jouer longtemps. Et peut-être qu'un jour, vous aurez aussi la chance d'avoir un bon coach. Je ne dis pas que vos coachs ne sont pas bons, mais je pense qu'avoir de nouvelles idées, de nouvelles personnes, de nouvelles philosophies, ça ne peut qu'aider ».

José Mourinho ne se trompe pas. La venue de glorieux champions à quelques encablures de la retraite ne suffit pas à faire taire les sceptiques outre-Atlantique qui doutent de la montée en puissance de la MLS, désireuse de concurrencer les principaux championnats européens à l'horizon 2020. Les arrivées récentes des internationaux italiens et mexicains en pleine force de l'âge, Sebastian Giovinco (28 ans) et Giovani dos Santos (26 ans), poussent en revanche dans ce sens et celle d'un entraîneur de classe mondiale confirmerait les nouvelles ambitions d'une Ligue aux dents longues.

Alors, quel entraîneur prendra cet hiver la succession de Mauro Biello, récemment promu après six saisons dans les habits d'adjoint ? L'ex-international canadien ne s'en cache pas. S'il se dit « fier et honoré » par cet intérim, il a conscience que ce « défi » pourrait ne pas se prolonger. « Je serai jugé sur mes résultats, je le sais. Je ne sais pas ce qu'il va arriver à la fin de la saison, on verra », a-t-il expliqué en conférence de presse, au lendemain de sa nomination.

Avant le départ de Frank Klopas, plusieurs offres de service avaient déjà atterri sur les bureaux des dirigeants de l'Impact. « Des coachs ayant entraîné en Serie A » notamment, m'a-t-on assuré. Trois d'entre eux auraient même déjà eu une discussion poussée avec l'un des hommes de confiance de Joey Saputo, copropriétaire également de l'historique FC Bologne en Italie. Si les partisans rêvaient déjà tout haut d'un Alessandro Nesta, champion du monde 2006, figure de l'Impact après l'ultime saison de sa riche carrière passée au Québec (2013), mais récemment nommé entraîneur en chef du Miami FC, ils devront patienter.

Les critères ? Posséder un solide palmarès pour convaincre de prometteurs joueurs européens, africains ou sud-américains de signer avec l'Impact dès la saison prochaine tout en garantissant un respect sans faille de la part de son futur groupe. Et « parler français et anglais. Hors de question d'avoir un interprète sur le terrain », m'a-t-on soufflé. Alors que la MLS pourrait bientôt accueillir Zlatan Ibrahimovic et Cristiano Ronaldo, peu avares de compliments sur la Ligue, l'arrivée d'une star du banc - dont le salaire n'entre pas dans le plafond salarial imposé par la MLS - n'est plus qu'une question de mois. Si José Mourinho a déjà confirmé son intérêt « un jour » pour l'Amérique du Nord, un ex-international italien, ancien coach de l'AC Milan, de Chelsea, du PSG et du Real Madrid, polyglotte, multi-titré, à la recherche d'un nouveau défi à 56 ans après avoir tout gagné sur le Vieux Continent, est justement libre de tout engagement. Carlo Ancelotti en MLS et à Montréal ? Rien n'interdit de rêver.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 10 Most Valuable Soccer Teams In The World Voyez les images