LES BLOGUES
07/10/2015 08:24 EDT | Actualisé 07/10/2016 05:12 EDT

Didier Drogba, un Impact rayonnant

Lorsque Didier Drogba a signé à Montréal fin juillet, j'avoue m'être posé quelques questions. Après une saison passée principalement sur le banc de Chelsea, dans quel état de forme arrivera-t-il au Québec? Prendra-t-il la MLS au sérieux? Après trois mois de repos et une préparation estivale quasi inexistante, aura-t-il toujours le potentiel physique pour dominer les adversaires de l'Impact?

Lorsque Didier Drogba a signé à Montréal fin juillet, j'avoue m'être posé quelques questions. Après une saison passée principalement sur le banc de Chelsea, dans quel état de forme arrivera-t-il au Québec ? Prendra-t-il la MLS au sérieux ? Après trois mois de repos et une préparation estivale quasi inexistante, aura-t-il toujours le potentiel physique pour dominer les adversaires de l'Impact ? À 37 ans, peut-il redevenir le Drogba qui a fait rêver tant de générations de supporteurs, de Guingamp à Marseille, en passant par Abidjan et bien sûr, Londres ?

Son passé, son histoire et son aura ont fait frétiller durant des jours toute la presse québécoise. Les partisans salivaient par avance de voir à l'œuvre le célèbre n°11. Les dirigeants de la franchise montréalaise se pinçaient pour y croire et les réservations par téléphone se multipliaient à la boutique pour se procurer ce chandail si précieux. Alors que l'excitation grimpait, une inquiétude me travaillait : et si Didier Drogba n'était pas à la hauteur de toute cette attente ? Et si les « nouveaux » supporteurs du soccer et de l'Impact n'étaient pas convaincus par les prestations de l'Ivoirien ? Et si, tous, doutaient finalement de son incroyable talent, la faute à un âge avancé, une blessure ou quelques rencontres ternes ? J'avais tort. Complètement tort.

Quelques indices m'avaient déjà rapidement rassuré. Lors de sa conférence de presse, aux côtés de Joey Saputo, le regard déterminé, Didier Drogba avait répondu sans la moindre hésitation à l'une de mes questions : « Si je me sentais cramé, je n'aurais jamais accepté ce défi. J'ai quitté Chelsea pour jouer davantage. Je suis un homme de défi et il y en a un beau devant moi. Je viens ici pour gagner, contrairement à ce que certains pensent. Mon rêve au Canada ? Remporter des trophées ! »

Deux mois plus tard, Didier Drogba a accompagné ses paroles ambitieuses par des actes. Les chiffres sont affolants : sept buts en cinq départs, une passe décisive, deux titres de joueur de la semaine, sans oublier celui de joueur du mois de septembre en MLS. Si son efficacité personnelle est éloquente, son impact collectif impressionne. Il suffit de se pencher sur les derniers résultats du club : moribond au mois d'août, le Bleu-blanc-noir revit et retrouve des ambitions un temps oubliées après un passage catastrophique cet été. Malgré le revers à Orlando le 3 octobre après six rencontres sans défaite, face à l'un de leurs concurrents directs pour la qualification en séries, l'Impact ne baisse ni la tête ni les bras. L'effet Drogba, assurément.

Deux scènes m'ont marqué. La première se déroule à la fin d'un entraînement mi-septembre, quelques jours après le triplé de l'attaquant ivoirien. Alors que plusieurs joueurs s'apprêtent à rentrer aux vestiaires, Drogba propose un dernier exercice : des frappes à l'extérieur de la surface. Hassoun Camara revient sur le terrain, se couche dans l'herbe, et observe. À ses côtés, une dizaine de joueurs de l'Impact, à l'écoute des consignes de la nouvelle star québécoise. « Il veut tout gagner, même à l'entraînement, m'a raconté quelques instants plus tard le milieu Maxim Tissot, 23 ans. Si quelqu'un ne prend pas un exercice au sérieux, même un jeu, il le recadre. Il donne sans arrêt des conseils ».

L.A. 🔵⚪️⚫️ OKLM @didierdrogba

Une photo publiée par Wandrille Lefèvre (@wandoo55) le

Mais l'appliqué et rigoureux Drogba ne se contente pas d'un simple, mais déjà précieux, rôle de grand frère sur la pelouse en alternant les applaudissements, les encouragements, voire les remontrances. Depuis son arrivée, le vestiaire a changé d'âme. Bon vivant, Drogba a libéré des joueurs parfois trop timides, même après un succès. Les photos collectives, au restaurant ou à la plage à Los Angeles par exemple, se multiplient sur les réseaux sociaux des joueurs. « Il s'est passé quelque chose. On est les mêmes, mais il y a vraiment de la vie et une vraie ambiance », me confiait Hassoun Camara quelques secondes après avoir chanté sous la douche un chant africain en l'honneur de son buteur en compagnie d'un Ambroise Oyongo hilare. Patrice Bernier m'a également confirmé ce nouvel élan : « Il a apporté un souffle positif. Il aide les joueurs à être plus concentrés dans les moments clefs et plus relax ensuite. Mais il reste lui-même, il ne se prend pas la tête ».

À lui seul, Didier Drogba n'a pas tout changé. L'Impact, malgré sa magnifique série en septembre, reste perfectible. Mauro Biello, malgré d'évidentes qualités humaines très appréciées par le groupe, n'a pas révolutionné le jeu montréalais. Des erreurs individuelles entachent encore le parcours des Québécois et la forme de leur star cache quelque peu la fébrilité collective. Mais dans le regard des adversaires, l'Impact s'est transformé. L'Impact d'un Didier Drogba rayonnant.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les premiers matchs de Drogba avec l'Impact Voyez les images