LES BLOGUES
09/09/2016 09:57 EDT | Actualisé 09/09/2016 09:57 EDT

Le suicide au Québec: un problème social autant qu'un problème de santé

Le 10 septembre est la Journée mondiale de prévention du suicide et c'est l'occasion de réfléchir sur le suicide au Québec. Les statistiques montrent des tendances à la fois positives et négatives.

Le 10 septembre est la Journée mondiale de prévention du suicide et c'est l'occasion de réfléchir sur le suicide au Québec. Les statistiques montrent des tendances à la fois positives et négatives.

Du côté positif, le taux de suicide au Québec a diminué de près de 50 % depuis l'an 2000. Cela peut être directement liée à la publication de « S'entraider pour la vie : stratégie québécoise d'action face au suicide » en 1998. Cette stratégie a été rédigée par le ministère de la Santé et des services sociaux en consultation avec un groupe d'experts. Il a fixé des objectifs et des responsabilités clairs pour divers secteurs, y compris la prévention, l'intervention de crise et de la recherche. De nombreuses recommandations ont été mises en œuvre depuis, ayant un effet très positif.

Du côté négatif, les taux de suicide au Québec demeurent à des niveaux très élevés. Plus d'un millier de personnes meurent par suicide par an, à une moyenne d'un peu moins de 100 par mois. En effet, le Québec a toujours le taux de suicide le plus élevé de toutes les provinces au Canada. Cela signifie qu'il est nécessaire de poursuivre l'action.

Deux groupes en particulier ont des taux très élevés de suicide : les hommes et les peuples autochtones.

Les hommes représentent environ 80 % des victimes de suicide au Québec. Les hommes qui vivent dans les petites villes et les zones rurales du Québec ont des taux de suicide particulièrement élevés. Cela peut être attribué à divers facteurs. Par exemple, la baisse massive des industries traditionnellement masculines telles que la fabrication, la foresterie et la pêche, laissent beaucoup d'hommes au chômage ou sous-employés. Tout cela laisse beaucoup d'hommes sans un fort sentiment de fierté et le sens dans la vie.

Un autre facteur est le taux élevé de divorce et de séparation, qui est un important facteur de risque pour le suicide chez les hommes. Cela pourrait être dû au traitement des hommes par le système judiciaire familial. Les données suggèrent que seulement environ 7 % des hommes canadiens reçoivent la garde de leurs enfants, souvent avec des droits de visite minimaux. Cette séparation et cette perte peuvent être démoralisantes pour les hommes concernés, en les laissant en outre isolés et éloignés de la société.

Les taux de suicide sont encore plus élevés chez les membres des peuples autochtones et atteignent des proportions épidémiques dans certaines communautés. En effet, la recherche indique que certaines communautés inuites du Québec ont un taux de suicide environ 20 fois plus élevé que la moyenne provinciale. Cela a été lié à divers facteurs, notamment la pauvreté, le chômage et le désespoir.

Un autre facteur dans le suicide des autochtones est l'impact à long terme des politiques assimilationnistes et du système des pensionnats. Beaucoup de peuples autochtones ont appris à avoir honte de leur culture, et d'autres ont été physiquement ou sexuellement abusées dans les pensionnats. Cet abus est un puissant prédicteur du suicide et la toxicomanie. Aussi, cela a entraîné un traumatisme intergénérationnel vécu par les enfants des survivants des pensionnats indiens, qui peuvent avoir besoin de soutien spécifique.

Que peut-on faire pour réduire davantage le taux de suicide au Québec?

Tout d'abord, la stratégie de prévention du suicide au Québec pourrait être mise à jour, avec l'établissement de nouvelles cibles basées sur des recherches récentes. Deuxièmement, des mesures spécifiques doivent être prises pour les sous-groupes vulnérables, en particulier les hommes et les peuples autochtones. Troisièmement, le suicide devrait être reconnu comme un problème social autant qu'un problème de santé, avec une attention portée aux questions telles que le chômage, la pauvreté et la perturbation familiale.

La Journée mondiale de prévention du suicide nous permet de rappeler et d'honorer les vies perdues au suicide. Elle nous permet également de renouveler la pensée et de prendre des mesures. Cela peut aider à réduire davantage le suicide au Québec, au profit des individus, des familles et la société dans son ensemble.

Vous êtes en situation de crise? Ou vous connaissez quelqu'un qui a besoin d'aide? Plusieurs centres d'écoute sont à votre disposition au Québec, 24h/24, 7 jours sur 7.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 10 choses à savoir impérativement sur la dépression Voyez les images