LES BLOGUES
28/10/2016 08:52 EDT | Actualisé 28/10/2016 08:52 EDT

Zviane: de retour sur les bancs d'école

À l'occasion de la sortie de À l'école, j'ai rencontrée la bédéiste Zviane: discussion autour de la bande dessinée, de l'école et de La Jungle.

Je l'avoue j'aime beaucoup Zviane. Que ce soit ses improvisations bédés, ses romans graphiques plus dramatiques, ses collaborations avec Iris ou ses clins d'œil à sa quotidienneté, elle réussit toujours à fusionner avec brio la bande dessinée d'auteurs à une bande dessinée grand public de qualité. À l'occasion de la sortie de À l'école, je l'ai rencontrée: discussion autour de la bande dessinée, de l'école et de La Jungle.

Adapté de deux de ses premiers albums, La plus jolie fin du monde et Le quart de millimètre, le nouvel opus de la bédéiste tourne autour de ses années collégiales et universitaires. Mais loin d'être une anthologie un peu paresseuse, À l'école est une relecture dynamique de ces titres épuisés. Une relecture nécessaire puisque chaque album faisait 300 pages, le nombre total de pages que fait aussi sa dernière parution. «Quand j'ai décidé de faire ce projet, j'ai dû trouver un lien pour unir les différentes histoires et pour sélectionner les bandes dessinées choisies. C'est en les relisant que mes années scolaires se sont imposées comme ligne directrice. D'autant plus que l'école a été très importante pour moi, peut-être même trop. Quand j'ai terminé mes études, j'ai eu l'impression de perdre une partie de mon identité.»

Album de début de carrière, À l'école nous présente une jeune Zviane, un peu hésitante graphiquement, qui valse entre plusieurs styles, du plus primaire au plus fouillé, mais tous habités par le même rythme et le même vent de fraîcheur. «Si l'évolution est plus frappante, c'est parce que j'ai collé les deux albums. Mais il faut préciser qu'à l'époque je produisais énormément, deux ou trois histoires par semaine et que je côtoyais de plus en plus de bédéistes professionnels, comme Boulet. Ces rencontres ont été importantes pour moi et aussitôt que j'en faisais une on pouvait voir un petit déclic, un petit changement dans mon style.»

Si sa nouvelle création propose une Zviane qui se découvre graphiquement, on y retrouve toujours avec le même plaisir son irrésistible humour décalé. «Quand j'ai écrit ces histoires, elles n'étaient pas supposées être éditées, elles étaient faites pour mon blogue. Comme je n'avais pas à ce moment la pression d'être publié, je me donnais le droit de ne pas être perfectionniste. Quand je dessinais mal une histoire, je pouvais écrire dans la marge «Ok cette page est laitte à mort.» Maintenant quand je dessine une page que je trouve moins réussie, je la recommence. À cette époque je pouvais me permettre de faire une page laide et d'en rire en l'écrivant, je me disais que j'allais en faire mille autres. Cette liberté m'a permis d'acquérir plus de maturité graphique.»

Au-delà de son évolution, À l'école est aussi un témoignage éloquent du rôle fondamental qu'a joué la bande dessinée dans son parcours scolaire. «Elle m'a aidé à passer à travers les moments plus difficiles et plus décevants de ces années. Elle me permettait de mettre une distance avec les événements, de les relativiser, de les sortir de ma vie», raconte-t-elle en nous recommandant, en riant, de faire de même pour mieux apprivoiser nos moments moins joyeux.

Des moments difficiles Zviane n'a pas le temps d'en vivre présentement, puisqu'elle enseigne à l'École multidisciplinaire de l'image à l'Université du Québec en Outaouais, qu'elle collabore à un dessin animé avec Janet Perlman de l'ONF et qu'elle est aussi en train de réaliser un tout nouveau projet bédé qui l'excite énormément: La Jungle, une revue auto-éditée et en couleurs qui devrait sortir en novembre. «J'avais envie de faire un magazine en couleurs et parallèlement je faisais aussi un feuilleton sur mon blogue. Je me suis dit pourquoi ne pas réunir les deux projets. Dans la première moitié de la revue, on verra plein de courtes BD, des illustrations, des photos, des fausses pubs, etc. Dans la seconde, on pourra suivre mon feuilleton Football Fantaisie, qui une fois achevé sera publié chez Pow Pow. Idéalement, la revue sera publiée tous les 6 mois et le contenu, qui sera fait entièrement par moi, sera inédit sauf pour le feuilleton déjà publié en noir et blanc sur le web. Il sera possible de s'abonner pour le recevoir par la poste», conclut-elle avec un enthousiasme communicatif.

Cet enthousiasme nous pourrons le partager lors de la prochaine expozine (12 et 13 novembre) ou en visitant les meilleures librairies bédés qui l'auront en consignation. C'est un rendez-vous.

Zviane, À l'école, Mécanique Générale.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Dessins réalisés avec les yeux Voyez les images