LES BLOGUES
09/09/2016 09:59 EDT | Actualisé 09/09/2016 09:59 EDT

«Tales from the Crypt»: les cases de la terreur

Depuis quelques années les éditions Akileos ont entrepris la réédition chronologique des numéros de Tales.

J'adore les recueils de courts récits fantastiques et policiers, surtout ceux publiés avant les années 1980. Je ne sais pas pourquoi, mais encore aujourd'hui je les lis toujours avec un grand plaisir : peut-être parce je suis un incorrigible nostalgique et qu'ils sont des relents de mon adolescence - où j'en consommais énormément - ou tout simplement parce que ce sont des modèles d'efficacité narrative, surtout quand ce sont des Eerie, des Creepy ou des Tales from the Crypt.

Une petite visite chez le gardien du caveau

Ceux qui me lisent régulièrement le savent, je suis un fan fini de Tales from the Crypt, éphémère magazine américain de bandes dessinées d'horreur, publié entre 1950 et 1955, et un des derniers espaces de liberté dans une Amérique qui bascule dans la paranoïa et la censure du maccarthysme, du rêve américain uniforme et de la moralité puritaine. Héritier des pulp magazines, les bandes dessinées imaginées par Al Feldstein et William Gaines explorent avec enthousiasme et passion les cotés les plus sombres de l'âme humaine.

Depuis quelques années les éditions Akileos ont entrepris la réédition chronologique des numéros de Tales. Une entreprise essentielle puisque les traductions françaises l'ont toujours été à la va-comme-je-te-pousse, au gré des intérêts, pas toujours logiques, des éditeurs, sans respecter la chronologie, sans tenir compte de l'évolution graphique et scénaristique des différents créateurs.

Ce nouveau tome, le 4e d'une série de 6, s'inscrit parfaitement dans la suite des 3 autres. Les dessinateurs maitrisent de mieux en mieux leur graphisme et l'univers imposés par les scénaristes, les dessins sont de plus en plus matures et les scénarios atteignent un haut degré d'efficacité et d'originalité - la Belle au bois dormant vampire et les mémoires d'un cercueil sont de belles trouvailles - même si quelques fois on a l'impression de relire les mêmes récits. Les 24 courts récits d'horreur qu'on y présente sont réjouissants, sympathiquement irrévérencieux et teintés d'humour noir. Dessinées de main de maitre par des légendes de la bd comme Jack Davis, Bill Edder et autres Joe Orlando et merveilleusement bien écrites par Bill Gaines et Al Feldstein, les bandes dessinées de Tales from the Crypt gardent toujours, plus de soixante ans après leur parution, leur intérêt, leur pertinence et leur actualité.

Ce qui est déjà une grande qualité.

L'inquiétant Dashiell Hammett

J'ai aussi d'excellents souvenirs de mes lectures des recueils signés Hitchcock, Vadim, de ceux regroupant les nouvelles du Weird Tales ou encore des mythiques Histoires de... publiées chez Presses Pocket. À travers ces lectures j'ai pu découvrir Robert Bloch, Robert Henlein, Ray Bradbury, H.P. Lovecraft et combien d'autres Harlan Ellison.

Jusqu'à tout récemment je ne savais pas que le grand Dashiell Hammett, le père de Sam Spade, du Faucon Maltais, du roman noir, avait, lui aussi et pendant quelques années, dirigé ses propres anthologies de nouvelles noires et fantastiques. Et pour cause, elles n'avaient pas encore été traduites en français, c'est maintenant chose faite avec le premier tome de Terreur dans la nuit, publiée chez Fleuve éditions.

Hammett à 37 ans quand il publie en 1931 ce Creeps by night. Il est au sommet de sa gloire. L'auteur de pulp qui est payé aux mots a une renommée internationale. L'année précédente, son troisième roman Le Faucon Maltais a fait un tabac et son quatrième, La clé de verre, qui sort aussi en 1931, reçoit un accueil encore plus important. Il travaille pour la Paramount à Hollywood. Il est marié à la dramaturge Lilian Hellman, la vie de rêve quoi! Tout sourit à l'ancien détective privé, incapable de reprendre son boulot chez Pinkerton suite à une tuberculose, conséquence de la grippe espagnole attrapée lors de la Première Guerre mondiale. C'est son nouvel agent Ben Wasson qui le convainc de s'embarquer dans l'aventure Creeps by Night. Au final 8 éditions seront publiées entre 1931 et 1938.

Hammet nous propose dans ce premier tome, 10 nouvelles fantastiques qui l'ont impressionné et qui représentent bien la littérature d'horreur d'avant la Seconde Guerre mondiale. On y retrouve des auteurs fantastiques plus classiques comme l'incontournable H.P Lovecraft, une des ses nouvelles les plus réussies, Peter Flemming, frère de Ian, un maitre des pulps, J. Paul Sutter, un grand reporter W. B. Seabrook, des poètes,L.A.G. Strong ou S.V. Benét, des scénaristes, Irvin S Cobb ou J.H.N, Collier qui a scénarisé plusieurs épisodes de la série télé Alfred Hitchcock présente, des romanciers comme le français André Maurois ou l'Edgar Allan Poe Allemand H,H. Ewers et son classique L'araignée, publiée dans plusieurs recueils de nouvelles et tout ça pour notre plus grand plaisir.

Une anthologie classique, mais passionnante, qui nous permet de renouer avec cet exercice fascinant qu'est le court récit d'horreur. Dashiell Hammett avait un excellent goût en matière d'obscurité humaine et son Terreur dans la nuit le prouve avec éloquence. En espérant que les éditions suivantes soient aussi disponibles en français un jour.

Al Feldstein, William Gaines, Tales from the crypt, tome 4. Akileos.

Dashiell Hammet, Terreur dans la nuit, 10 nouvelles horrifiquess, Fleuve éditions.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 10 meilleurs films d'horreur Voyez les images