LES BLOGUES
22/09/2018 06:00 EDT | Actualisé 22/09/2018 06:00 EDT

«La reine de la côte noire»: le retour du Cimmérien

Faites le plein pour planifier votre fin de semaine de lecture de BD!

Je n'ai jamais été un grand amateur d'Héroic Fantasy. Tous ces bonhommes invincibles aux muscles hypertrophiés, toutes ces héroïnes trop pulpeuses pour ne pas être louches, toutes ces batailles qui se terminent dans le fracas de l'acier et la fureur des lames, tous ces sorciers et magiciens détenteurs de pouvoirs aussi extraordinaires qu'imprévisibles et tous ces monstres innommables et ces serpents gigantesques me laissaient plutôt froid.

Peut-être parce que ma «rationalité» m'empêchait de vagabonder dans un univers qui trop souvent semblait arrangé avec le gars des vues, spécialiste des tours de passe-passe impromptus pour se sortir des pièges inextricables de scénarios trop faibles, ou tout simplement parce que j'avais découvert le genre avec le Conan de Marvel, celui de Roy Thomas et de Barry Windsor-Smith, à une époque où j'aimais plus Spider-Man et autres Fantastic Four.

Le moins barbant des barbares

Et même si j'adorais les compilations Weird Tales publiées chez J'ai lu, dont Conan était la grande vedette, je ne souviens pas en avoir lu un au complet, ni en nouvelle, ni en BD. Il faut préciser que plusieurs auteurs ont complété l'œuvre de Robert E. Howard, mort prématurément en 1936. Aussi, les nouvelles n'ont jamais été publiées chronologiquement, détruisant ainsi la cohérence littéraire et chronologique, ainsi que l'esprit qu'il lui avait insufflé.

Glenat

Je ne pensais pas qu'un jour, je le lirais et je l'apprécierais, jusqu'au moment où les éditions Glénat ont décidé de publier de nouvelles visions dessinées du Cimmérien, plus proches de son créateur et moins déformées par le prisme de ces dessinateurs glorieux qui s'en sont servis pour démonter toute la puissance et l'élégance de leur graphisme.

Marvel

Conseillé par Patrice Louinet le spécialiste incontesté de Conan, Glénat a décidé de confier à différents tandems cette relecture BD qui m'a beaucoup plu, du moins le premier tome La reine de la côte noire signé Jean-David Morvan et Pierre Alary.

Scénariste prolifique et rompu à l'art difficile de l'adaptation de romans en bédé, Morvan plonge dans la nouvelle la plus célèbre de Howard avec délectation qui nous rappelle le plaisir «mangaesque» de ses quatre albums de Spirou.

Avec l'aide du trait semi-réaliste, mais diablement vivant d'Alary, Morvan dépoussière le Cimmérien que le comic book des années '70 et les deux films des années '80 avaient figés dans une image stéréotypée d'un monsieur muscle parfait. Le scénariste propose un Conan imparfait, mais qui gagne en humanité et en sympathie. Le Cimmérien de Morvan demeure une montagne de muscles certes, mais avec ses défauts, ses passions, ses angoisses et ses incertitudes, un être à la recherche de la liberté totale loin de l'esclavage des habitants des mondes civilisés.

Avec le résultat que Conan sied à la perfection les habits de l'antihéros à la Druss, le célèbre héros de David Gemmell, opportuniste de façade, prêt à tous pour une bonne bagarre, une belle princesse et un beau trésor, fier et assuré de son bon droit.

glenat

Il ne manque maintenant qu'un peu de travail sur les personnages secondaires et on pourra dire que les efforts de Glénat pour revamper le personnage, le sortir de son passé et lui redonner sa modernité seront un succès.

Le fracas de Thor

Puisqu'on parle de montagnes de muscles figées, héritées des publications Marvel, on ne peut passer sous silence la présence de Thor et des Dieux d'Asgard qui eux aussi sont devenus des parodies d'eux-mêmes.

Marvel

C'est pourquoi je me réjouissais à la lecture de la Mythologie viking, écrite par Neil Gaiman, que les éditions Pocket viennent de sortir. Gaiman, génial touche-à-tout littéraire, aussi à l'aise dans la bande dessinée Sandman, que dans la télévision, American Gods, Lucifer, ou le roman - il est même le ténébreux méchant de mon épisode préféré des Simpson, parodie d'Harry Potter et d'Ocean Eleven - propose dans cette mythologie 16 contes sur l'univers d'Asgard qui vont de sa naissance au fameux chaos «ragnarökien».

Nourri aux dessins de Jack Kirby qui a figé dans l'iconographie les Dieux nordiques, Gaiman a pourtant fait fi des images du grand bédéiste pour nous offrir une version totalement rafraichissante de l'histoire d'Odin, de Loki, de Thor et du panthéon asgardien héritée des sources originelles et des documents historiques.

Pocket

Avec sa verve, son sens du rythme et sa mélodie narrative, Gaiman, comme les trouvères de jadis - il ne manque que le fumet du brouet brûlant et le crépitement des bûches qui flambent dans l'immense foyer - partage avec un plaisir communicatif le quotidien de ces Dieux, si humains et si cruels, qui nous sont tellement familiers depuis que la bande dessinée, le cinéma et la télévision, avec la divine série Vikings, s'en sont emparés, mais que finalement nous connaissons peu.

À la façon des sagas nordiques, Gaiman construit conte par conte un univers foisonnant en personnages fascinants, en intrigues passionnantes et en rebondissements surprenants, un monde aussi riche et solide que celui que Tolkien présentait dans son Silmarillion et ses Contes et Légendes inachevés.

Gaiman

Et quand le Ragnarök frappera et que les exploits des Asgardiens ne seront plus que des légendes oubliées, il ne nous restera que l'amer goût des amitiés divines disparues. En espérant que tout recommence un jour comme le prédit Heimdall le gardien du Bifröst.


- Morvan, Alary, d'après l'œuvre de Robert. E Howard, Conan le Cimmérien, La reine de la côte noire, Glénat.

- Brugeas, Toulhoat, d'après l'œuvre de Robert. E Howard, Conan le Cimmérien, le colosse noir, Glénat

- Neil Gaiman, La mythologie viking, Odin, Thor, Loki & autres contes, Pocket.

À LIRE AUSSI:

» «Wannsee»: la poignée de main du diable
» «L'esprit du camp», tome 2: la douce nostalgie des étés adolescents
» Churchill s'en va en guerre, mironton mironton mirontaine!