LES BLOGUES
27/05/2017 11:13 EDT | Actualisé 27/05/2017 11:13 EDT

Le coup de Prague: 4 dans une jeep

Si le film The third man est immense, l'histoire derrière lui l'est encore plus, du moins si on se fie au magnifique Coup de Prague d'Hyman et Fromental que Dupuis vient de publier.

1949, la troisième édition du Festival de Cannes décerne son grand prix à ce que l'histoire retiendra comme le plus grand film noir britannique de l'après-guerre The third man, un oppressant thriller, dans une Vienne détruite et occupée militairement par les alliés, porté par la réalisation expressionniste de Carol Reed et l'imposante, quoi que très fugace, performance du géant Orson Welles. Si le film est immense, l'histoire derrière lui l'est encore plus, du moins si on se fie au magnifique Coup de Prague d'Hyman et Fromental que Dupuis vient de publier.

À la recherche du troisième homme.

Hiver 1948, un long courrier atterrit à Vienne-Schwechat, l'aéroport d'une capitale autrichienne assiégée par des vents sibériens, ensevelie sous la chape frigorifiée de l'hiver le plus rigoureux que l'Europe ait connu depuis plusieurs décennies. Parmi les passagers se trouve Graham Greene, grand écrivain britannique catholique et ancien du MI6, venu en repérage pour l'écriture du scénario du Troisième homme. Mais loin de s'intéresser à la Vienne éternelle, Greene explore plutôt la Vienne ravagée par des années de guerre, théâtre discret de cette nouvelle confrontation est-ouest sous l'ombre menaçante d'un rideau de fer en train de séparer progressivement l'Europe.

Ce n'est pas la première fois qu'on imagine l'histoire derrière la création d'un film, qu'on pense à Shadow of a Vampire qui racontait la rencontre entre F.W. Murnau et le véritable Nosferatu, une idée reprise dans la dernière saison d'American Horror Story, ou encore à Confession of a dangerous mind qui se consacrait à Chuck Barris producteur et populaire animateur de jeux télévisés le jour et assassin pour la CIA la nuit. On comprend pourquoi. Le terreau est très fertile et offre, surtout pour un scénariste de talent comme Fromental, la possibilité de se balader dans les dédales des personnalités troubles de ceux qui vivent une double vie.

L'ancien rédacteur en chef de Metal Hurlant, qui planche présentement sur un Blake et Mortimer, non seulement nous guide à travers cette Vienne mystérieuse, reprenant au passage quelques décors parmi les plus mémorables du film, dont la fameuse grande roue du Prater et le réseau d'égouts de Vienne, il n'y manque que l'obsédante mélodie à la cithare autrichienne d'Anton Karas, même si on perçoit ses notes dans la brume hivernale, mais en plus il tisse un thriller d'espionnage à l'ancienne, tout en nuances, en lenteur et en non-dits, loin des tonitruants James Bond, Matt Helm ou Jason Bourne, sur fond de début de guerre froide.

À la façon d'un John Le Carré et comme le faisait si bien Greene lui-même, Fromental utilise brillamment l'actualité de l'époque, les Cinq de Cambridge - ces jeunes membres de la fine fleur de l'élite anglaise taupes soviétiques au sein des services secrets britanniques -le futur coup d'État de Prague, qui va faire basculer la Tchécoslovaquie dans le camp soviétique, la naissance de la CIA, etc., tout en restituant la peur viscérale et l'angoisse indicible de cette nation, à peine sortie de la dictature nazie, devant l'inquiétant spectre de l'ours soviétique.

Appuyé par le magnifique dessin de Myles Hyman qui nous avait offert il y a quelques mois la superbe Loterie, Fromental concocte un fabuleux récit aux personnages troublants, hantés pas leurs démons, déchirés entre l'ombre et la lumière, aussi énigmatiques que secrets.

Une excellente bédé qui me redonne le goût de revoir le film, ce que je vais faire de ce pas.

Le rouge et le noir.

Décidément les années qui suivent le second conflit mondial sont fabuleuses. Si elles sont plus calmes en Amérique du Nord, en Europe elles sont un véritable chaos où s'affrontent les idéologies, les individus, les promesses les plus folles et les déceptions les plus cruelles. Partout en Europe et surtout en France la décennie 45-55 nous offre de beaux terrains riches en rebondissement et en personnages résilients en quête de rédemption et d'un monde meilleur et Les années rouge et noir en sont un excellent exemple.

Les années rouge et noir c'est l'histoire de la reconstruction politique et sociale de la France après la défaite allemande. Une période marquée par l'incessante lutte entre les gaullistes, les communistes, les anciens vichystes et les opportunistes de tout acabit, la peur de l'Union soviétique, la méfiance envers les communistes français, la chasse aux anciens collabos devenus soudainement héros de la résistance après la libération de Paris et maintenant rouages essentiels de la nouvelle administration française et la présence occulte d'un sésame sans prix qui pourra assurer à son détenteur un pouvoir presque invincible sur toute l'élite française : le fichier des ennemis de l'État mis en place par le gouvernement Pétain où est codé tous les renseignements utiles pour faire chanter ou briser les plus incorruptibles. De quoi inquiéter tous ceux qui désirent se refaire une virginité dans ce nouvel appareil étatique et ébranler les colonnes les plus solides de la République.

Tout comme Fromental et Hyman avec leur Coup de Prague, Douay, Convard et Pierre Boisserie proposent un thriller politique digne des meilleures réalisations du genre

Tout comme Fromental et Hyman avec leur Coup de Prague, Douay, Convard et Pierre Boisserie proposent un thriller politique digne des meilleures réalisations du genre. Mêlant adroitement grande et petite histoire, à travers le destin de personnages que rien ne devait réunir, les scénaristes dressent un portrait fascinant de la naissance de ces trente glorieuses marquées par, du moins dans ces premières années, une tentative de cohabitation des différentes tendances politiques pour reconstruite la France. Malheureusement, la reconstruction passe souvent après les intérêts personnels.

Une bande dessinée captivante du début à la fin, faite de trahisons, de compromissions, de révélations embarrassantes et de mensonges au nom de la raison d'État. On a déjà hâte au troisième tome.

Hyman, Fromental, le coup de Prague, Dupuis;

Hyman , Shirley Jackson, La loterie, Casterman;

Douay, Boisserie, Convard, Les années rouge et noir, 2 tomes, les arènes BD;

LIRE AUSSI:

» FBDM 2017: des bulles de magie en plein coeur du plateau

» Vaticanum: le Vatican vaut bien l'enlèvement d'un pape

» Les gueules rouges : un Indien dans la mine

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images