LES BLOGUES
20/10/2018 06:00 EDT | Actualisé 20/10/2018 06:00 EDT

«L’odyssée d’Hakim»: au nord le paradis

Lecture troublante où chaque page déverse son taux d'indignation et de révolte, la bédé humanise une situation que nous avons fini par regarder froidement.

Depuis mars 2011, la Syrie n'en finit plus de souffrir. Plus de sept ans après le début de la guerre civile, aucun espoir de paix ne semble poindre à l'horizon. Comme si Allah et la planète avaient abandonné les pauvres Syriens aux forces destructrices du chaos.

Toutefois, il arrive de temps en temps une bédé qui, le temps de quelques pages, essaie de nous sortir de notre torpeur et de nous sensibiliser au sort de ses victimes sacrifiées à l'autel des dieux de la guerre.

Le long chemin de l'exil

Hakim est un jeune trentenaire syrien installé depuis 2015 dans la charmante Aix-en-Provence. Originaire de la banlieue sud de Damas, un des foyers de la révolte populaire, le jeune jardinier, jadis propriétaire d'une serre, voit son avenir s'assombrir par les représailles gouvernementales de plus en plus violentes.

Pour assurer un meilleur présent et la sécurité à sa famille, il prend le long chemin de l'exil. Une interminable randonnée qui passe par le Liban, la Jordanie, la Turquie, l'Europe et finalement la France, où il tente avec sa femme et son jeune gamin de se refaire une nouvelle vie.

Delcourt - Encrages
Bande-dessinée «L'Odyssée d'Akim»

C'est ce long parcours vers des jours meilleurs que raconte Fabien Toulmé dans L'Odyssée d'Hakim, une bande dessinée coup de poing, dont le premier tome vient d'arriver sur les rayons de nos librairies.

Choqué par l'énorme couverture médiatique de l'écrasement sur le massif des Trois-Évêchés des Alpes françaises de l'A320 de la Germanwings, le 15 mars 2015, Toulmé s'est demandé pourquoi la mort des 144 passagers et des six membres d'équipage de ce vol suscitait plus de compassion que le sort des milliers de migrants qui traversaient jour après jour la Méditerranée dans des embarcations de fortune.

Pour lutter contre cette apathie généralisée, l'auteur du sensible Les deux vies de Baudoin a décidé de s'intéresser au sort de ces rescapés de l'enfer. Et comme un témoignage est toujours plus efficace que les discours des spécialistes et des universitaires patentés, le bédéiste a décidé d'illustrer le véritable parcours d'un réfugié.

Delcourt
Les deux vies de Baudouin, Fabien Toulmé, bande-dessinée

L'Odyssée d'Hakim est le résultat des heures et des heures de conversations qu'il a eu avec Hakim, qui raconte avec une grande honnêteté le quotidien sous les bombes et ses séjours au Liban et dans les autres pays limitrophes.

Véritable gifle au visage de notre indifférence, la BD bouleverse. Mal accueillis un peu partout, considérés comme des voleurs de job, victimes de racisme et exploités par leurs coreligionnaires, les exilés syriens deviennent rapidement un sous-prolétariat, ostracisé et mis à l'index.

Lecture troublante où chaque page déverse son taux d'indignation et de révolte, L'Odyssée d'Hakim humanise une situation que nous avons fini par regarder froidement, comme si ces expatriés n'étaient que des statistiques dans un rapport gouvernemental.

Si le but de l'auteur était de nous sensibiliser à leurs histoires, de leur donner un nom, une voix, un visage et une quotidienneté, il a parfaitement réussi.

En abordant le voyage d'Hakim sous forme de bande dessinée et non pas d'un reportage journalistique, Toulmé redonne une authenticité, une véracité et de l'émotion à un sujet qui a fini par en perdre à force de se figer dans des images-chocs des médias.

Et si la transposition en bédé de l'histoire d'Akim comporte une part de trahison de la réalité, le silence de plomb qui suit sa lecture prouve que le jeu en valait la chandelle.

Voyage au pays du soleil levant

J'adore Zviane, l'une des auteures les plus importantes et originales de la francophonie «bédéesque». J'attends toujours avec impatience chacune de ses nouvelles parutions qui, jusqu'ici, ne m'ont jamais déçues. Et ce nouveau Zviane au Japon ne déroge pas à la règle. Encore une fois la bédéiste réussit à m'enchanter et à me faire rigoler.

Il faut dire que dans ce nouvel opus la bédéiste met à contribution sa maîtrise de l'observation et son irrésistible sens de l'humour qui transforme toutes les situations du quotidien en gags amusants.

japon, bande dessinée

Invitée à une exposition de bande dessinée québécoise au Musée International du manga de Kyoto, Zviane profite de son séjour dans le pays du Soleil-Levant pour mettre en images ses pérégrinations nipponnes.

Totalement perdue dans une société qui n'a rien de commun avec la nôtre, la créatrice part à la découverte d'un Japon avec les yeux d'un enfant qui explorent un immense magasin de jouets.

Et quel regard! Pas un détail de la société japonaise n'échappe à la dessinatrice impressionnée par tant de nouveautés. Tout devient prétexte à d'hilarants chocs culturels, même les toilettes sonores qui font constamment le bruit de la chasse d'eau pour couvrir le son des flatulences et des cacas qui tombent dans l'eau.

Ping Pong, Zviane

Excellente guide, Zviane nous transmet ses observations à grands coups de rires, de surprises, de plaisirs et de la douce et bienveillante incompréhension qui nous envahit quand nous sommes totalement dépassés, sans nos repères.

Un choc culturel tellement sympathique que j'ai envie de l'expérimenter à mon tour. Allez hop! J'inscris le Japon dans ma liste de mes prochains voyages et j'emporte le nouveau Zviane avec moi.


Fabien Toulmé, L'Odyssée d'Hakim, tome 1 De la Syrie à la Turquie, Delcourt.
Zviane, Zviane au Japon, Pow Pow

À LIRE AUSSI:

» «Anatomie de l'horreur»: le retour du roi
» «Midi-Minuit»: pavane pour un cinéma défunt
» «Hypercapitalisme»: stade suprême du capitalisme?