LES BLOGUES
29/09/2018 06:00 EDT | Actualisé 29/09/2018 06:00 EDT

«Hypercapitalisme»: stade suprême du capitalisme?

Excellente vulgarisation critique de l'économie mondiale, «Hypercapitalisme» est criant d'actualité et de pertinence.

La bande dessinée est aussi un formidable outil d'éducation populaire. Je ne parle pas de celles qui utilisent par exemple l'histoire comme toile de fond, tous les lecteurs de la chronique savent que je les adore. Non, je parle plutôt ici des didactiques, celles qui analysent scientifiquement nos sociétés et les décortiquent sous toutes leurs coutures avec une rigueur et une précision presque chirurgicale.

Les mirages de l'hypercapitalisme

Jadis, quand j'étudiais en histoire dans une université montréalaise, on parlait beaucoup du néolibéralisme, doctrine incarnée, entre autres, par la dame de fer Margaret Thatcher et son partenaire le cowboy hollywoodien Ronald Reagan.

Près de 40 après les premiers pas de cette nouvelle vision économique, force est de constater que le néolibéralisme a encore de beaux jours devant lui, qu'il continue à déployer ses tentacules dans toutes les économies mondiales et que peu à peu il participe activement dans la transformation du capitalisme en hypercapitalisme.

Delcourt

Si l'impérialisme était pour Lénine le stade suprême du capitalisme, pour le professeur de psychologie au Knox College, une université de l'Illinois, Tim Kasser il ne fait aucun doute que c'est maintenant l'hypercapitalisme qui représente le pinacle de notre système économique. Spécialiste de l'économie moderne, l'universitaire a décidé de s'associer au «cartoonist» renommé Larry Gonick pour écrire un intéressant manuel d'économie critique qui a la particularité d'être une sympathique bande dessinée qui dissèque sous nos yeux cette nouvelle économie.

Matière extrêmement rébarbative, pour moi du moins, la science économique sous les plumes de Kasser et Gonick devient d'une limpidité désarmante. Avec ses exemples éloquents, Kasser vulgarise efficacement les subtilités des mutations économiques des dernières décennies et les répercussions qu'elles ont eues sur nos vies.

Avec un sens impressionnant de la vulgarisation, les auteurs réussissent à se frotter aux notions les plus arides, sans jamais faire faiblir notre intérêt. Et loin de n'être qu'un captivant et lucide constat sur notre économie, ce qui serait déjà un plus, Hypercapitalisme est aussi un ouvrage positif qui nous propose des solutions pour replacer le bien-être commun au cœur de nos échanges économiques, une notion disparue depuis longtemps de l'économie moderne.

Excellente vulgarisation critique de l'économie mondiale, dans la lignée du fameux capital au XXIe siècle de Thomas Piketty,Hypercapitalisme est criant d'actualité et de pertinence et devrait faire partie de la bibliothèque de tous ceux qui s'intéressent au présent et à l'avenir de la planète et des sociétés humaines.

thomas Piketty

Une façon bien agréable de jouer avec les concepts les plus difficiles des sciences économiques.

La force du mental

Sortie un peu plus tôt cette année, ce Psychologix, toute la psychologie expliquée en BD fait aussi partie de ces belles surprises provenant de la famille des bandes dessinées didactiques.

Tout comme Gonick et Kasser l'ont fait avec leur roman graphique sur l'économie, Danny Oppenheimer, professeur de psychologie à la Carnegie Mellon University et lauréat du prix Ig Nobel de littérature en 2006, et Grady Klein, dessinateur et réalisateur de films d'animation, s'intéressent à un sujet complexe, difficile à décortiquer et en perpétuelle évolution avec brio et intelligence.

Mais ici, ce n'est pas l'économie qui les intéresse, mais plutôt le développement de nos personnalités et le rôle fondamental que le cerveau y joue. Avec dextérité, les auteurs vulgarisent de belle façon les théories les plus complexes et nous offrent les clés pour mieux nous comprendre, pour mieux analyser nos réactions, pour mieux interpréter nos relations avec les autres et surtout pour mieux saisir le monde, de plus en plus complexe, dans lequel nous évoluons.

Les arnes bd

Ici aussi, les auteurs maitrisent à la perfection les différentes théories nourrissant la psychologie et qu'ils illustrent à merveille à partir d'exemples éloquents. Avec un souci remarquable pour la vulgarisation efficace, les auteurs font à la fin de chaque chapitre un résumé succinct, mais essentiel, des différentes notions abordées. Une stratégie qui permet à leurs propos de gagner en clarté.

Les deux auteurs abordent aussi les nouvelles avancées scientifiques, notamment celles des neurosciences, qui permettent de mieux saisir le rôle du cerveau dans la création de notre personnalité.

Une lecture passionnante et une autre preuve de toute la richesse que la bédé peut apporter à la vulgarisation scientifique.

marabout

En terminant, je m'en voudrais de passer sous silence le 100e anniversaire d'Henri Vernes le père du fameux Bob Morane, qui lui aura 65 ans en décembre, qui a tant illuminé les premières années de mon adolescence.

Encore en forme, Charles-Henri Dewisme, de son vrai nom, fêtera le 16 octobre 2018 son centenaire en pensant sûrement à toutes les aventures que son célèbre héros, qui a été l'instigateur de ma passion pour l'histoire, la géographie, l'anthropologie et le voyage, aura encore à vivre.

Merci, monsieur Vernes, pour votre rôle essentiel dans le développement de mon imaginaire.


- Larry Gonick, Tim Kasser, Hypercapitalisme, l'économie moderne, ses valeurs et comment changer tout ça, Seuil/Delcourt.

- Grady Klein, Danny Oppenheimer, Psychologix, toute la psychologie expliquée en BD,Les arènes BD.

À LIRE AUSSI:

» «La reine de la côte noire»: le retour du Cimmérien

» «Wannsee»: la poignée de main du diable

» «L'esprit du camp», tome 2: la douce nostalgie des étés adolescents