LES BLOGUES
25/05/2016 11:33 EDT | Actualisé 26/05/2017 05:12 EDT

FBDM 2016: promenades pour «bédéphiles»

Pour vous aider à faire les bons choix, voici mon petit guide des activités incontournables de la programmation 2016.

Eh bien, la longue attente est sur le point de se terminer. Dans quelques heures et jusqu'à dimanche commencera enfin le festival de BD de Montréal, la grande fête du 9e art, le rendez-vous incontournable pour ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la bande dessinée, le véritable Noël de l'été et tant pis pour l'autre, celui des campeurs.

Et pour ceux qui s'inquiètent de n'y voir que des enfants ou des adulescents geeks, incapables de lire autre chose que ces «petits Mickeys» qui parlent dans des phylactères - comme le rappelle de temps en temps Richard Martineau - et qui attendent en file une dédicace le regard hagard comme un junkie qui se cherche un «shoot», détrompez-vous.

Bien sûr le festival, c'est en partie cela - ils proposent quand même plus de 130 auteurs en dédicaces -, mais c'est tellement plus que ça. C'est aussi une kyrielle d'activités plus intéressantes les unes que les autres qui s'adressent autant aux connaisseurs qu'à monsieur et madame Tout-le-Monde. Mais c'est surtout une merveilleuse vitrine pour découvrir toute la richesse de la production bédé d'ici et d'ailleurs.

Toutefois devant une programmation aussi tentante, on risque rapidement de perdre la tête. Que dois-je voir: la table ronde sur la bande dessinée et la sexualité ou celle sur la bande dessinée reportage, l'atelier d'initiation aux mangas ou les fameux «after-party» de La Quincaillerie, à moins que je ne préfère le petit dej bédé? Un dilemme presque cornélien. Alors pour vous aider à faire les bons choix, voici mon petit guide des activités incontournables de la programmation 2016.

Conversations et confidences

Un festival de bédé ne serait pas un festival de bédé sans la présence des auteurs. Bien sûr vous pouvez les rencontrer lors des séances de dédicaces, mais l'endroit n'est pas toujours approprié pour avoir une discussion franche, relaxe et qui sait avoir des petites confidences. C'est pour abattre justement ce mur entre les créateurs et le public que le FBDM a eu la brillante idée de proposer des rencontres avec les auteurs qui viennent discuter de leurs créations et du métier. Cette année vous pourrez rencontrer entre autres les gagnants des prix Bédélys, un des talents les plus originaux d'Allemagne Jens Harder, le légendaire éditeur montréalais Chris Oliveros, le grand Chester Brown, auteur de Louis Riel l'insurgé chez Casterman et de Marie pleurait sur les pieds de Jésus aux éditions Cornelius. Mais mon petit doigt me dit que vous vous laisserez séduire par Cory Levine qui a travaillé chez Marvel sur les X-Men, Wolverine et le sympathique Deadpool.

Ateliers, tables rondes et classe de maître

Une des grandes forces du festival c'est de proposer des ateliers animés par des bédéistes. Cette année Pascal Girard, Salgood Sam, qui a travaillé pour Marvel et DC, Stephan Arche et Julien Lambert se feront un plaisir de partager avec les amateurs leurs précieux conseils et leurs petites astuces techniques. Une opportunité qui n'a pas de prix.

Mais les ateliers ne s'adressent pas qu'aux dessinateurs, au contraire une quantité de sujets aussi intéressants que variés y seront abordés, de la création d'un web comic à la publication d'une bédé en format numérique en passant par le dessin manga, les erreurs à éviter en bédé ou le difficile exercice de l'adaptation. Bref tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la bande dessinée sans jamais oser le demander. Deux activités me semblent incontournables: La classe de maître donnée par Jean-Paul Eid, qui a dessiné le superbe femme aux cartes postales, et l' atelier au titre si évocateur BD, jeux vidéo et fin du monde. Juste à lire le titre j'ai déjà envie de m'y précipiter.

Divertissement

Le FBDM c'est aussi des activités divertissantes comme ces appétissants combats de personnages organisés par Front Froid, les toujours courus dessins en direct, les courts-métrages de l'ONF inspirés de la bd, le quizz sur les Légendaires et l'intriguant spectacle Burlesgeek, qui métisse néo-burlesque et bd, va-t-on voir Iron Man en petite tenue?

Autre incontournable: le barbecue du festival, où plusieurs nouveautés seront lancées... Est-ce que Jérôme Bigras nous concoctera ses fameux hot-dogs? Malheureusement les organisateurs du festival restent muets sur cette question.

Et puis vous pourrez aussi assister à plusieurs émissions radiophoniques. À tour de rôle, Bédéphilement Vôtre (CIBL), Les Mystérieux Étonnants (CHOQ), Pop-en-Stock (CHOQ), La vie secrète des geekettes et Le pays des bulles (CINQ-Fm) - qui profitera de son passage au Festival pour fêter son 20e anniversaire - viendront vous parler bédé et animer l'espace La Fontaine avec auteurs et chroniqueurs. Une occasion en or pour rencontrer ces passionnés qui analysent bénévolement chaque semaine le 9e art sur les ondes montréalaises.

Alors quand je vous parle de Noël, il est difficile de rêver mieux.

Bon festival et venez me saluer j'animerais cette édition anniversaire du Pays des bulles, samedi à midi.

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le site du festival.

» Journée de la BD au HuffPost Québec

En ce jeudi 26 mai, Le Huffington Post Québec profite de la tenue du Festival BD de Montréal cette fin de semaine pour présenter une édition spéciale où bande dessinée et journalisme s'unissent pour faire la nouvelle!

Bon nombre de nos articles profiteront ainsi de l'oeil et du crayon de différents dessinateurs qui partageront une vision différente de la nouvelle. Une manière originale de raconter les histoires, inspirée notamment par des initiatives telles que la journée BD de nos confrères du HuffPost France à l'occasion du célèbre Festival international de la bande dessinée d'Angoulême.

Jetez un oeil à notre page d'accueil ou à notre section spéciale «Journée de la BD» pour découvrir ce que l'actualité a inspiré aux bédéistes!

Le dessinateur:

Pur hybride entre la bande dessinée et la street culture, Eldiablo (papa de la série Lascars) a été un un graffiti-artist de la première heure, membre d'un des collectifs les plus prolifiques et imaginatifs dans les années 80 et 90 (PCP-Petits Cons de Peintres) . Reconverti depuis dans l'écriture et la réalisation, il n'a jamais tout à fait lâché ni la bombe ni les pinceaux. Eldiablo est l'auteur de nombreuses BD dont Monkey Bizness, Un homme de goût, Rua Viva... Il raconte aussi en dessins depuis cette années ses péripéties de Français immigré à Montréal à travers la bande dessinée Wesh Caribou, dans la revue Fluide Glacial. Consultez ses oeuvres sur le web de même que sur Tumblr iciet ici.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les usagers du métro de Montréal en dessins Voyez les images