LES BLOGUES
25/03/2017 09:36 EDT | Actualisé 25/03/2017 09:36 EDT

Des graines sous la neige: quand il reviendra le temps des cerises

L'histoire n'est pas neutre, plusieurs événements historiques marquants sont, on ne sait toujours pas pourquoi, occultés par l'histoire officielle. C'est le cas de la Commune de Paris qui encore aujourd'hui est presque absente du cursus scolaire de l'école française.

L'histoire n'est pas neutre, plusieurs événements historiques marquants sont, on ne sait toujours pas pourquoi, occultés par l'histoire officielle. C'est le cas, du moins selon Jacques Tardi, de la Commune de Paris qui encore aujourd'hui est presque absente du cursus scolaire de l'école française. Avec comme résultat que le souvenir de cette expérience de démocratie directe et d'«empowerment» est en train de disparaitre de la mémoire française, tout comme les dernières notes duTemps des cerises, la chanson longtemps associée à la Commune.

1871: Le printemps de la classe ouvrière

Il n'y a pas que dans l'imaginaire collectif de l'Hexagone que la Commune est relativement absente, côté culture la situation n'est pas meilleure, quelques productions au cinéma, dans les romans et encore moins en bande dessinée. Bien sûr, il y a les 3 tomes du Cri du Peuple de Tardi et Vautrin, le deuxième tome des Carnets d'Orient de Ferrandez et quelques autres exemples, mais il faut bien reconnaître que le sujet est encore peu exploité par les créateurs du 9e art.

Pourtant, si un sujet est riche, c'est bien la Commune. Riche en rebondissements et en tragédies, certes, mais aussi en personnages anonymes et modestes qui se révèlent plus grands que nature devant l'adversité et les épreuves. Nathalie Lemel est une de ses géantes anonymes qui a su imprégner l'histoire sociale française de sa personnalité. Malheureusement, la subjectivité de l'histoire, écrite par les puissants, a vite fait de l'occulter. Une situation qui pourrait prendre fin avec Des graines sous la neige une inspirante biographie dessinée signée Michon et Rouxel

Parce qu'elle la mérite cette place au panthéon des plus illustres Françaises.

Parce qu'elle la mérite cette place au panthéon des plus illustres Françaises. Tout comme Louise Michel son illustre amie communarde et compagne d'exil dans une Nouvelle-Calédonie pénitentiaire, qui rappelle la Guyane française du légendaire Papillon, Nathalie Lemel a constamment lutté pour l'amélioration du sort des damnés de la terre. De ses jeunes années à Brest, alors qu'elle travaille dans le troquet paternel et découvre les pitoyables conditions de vie des travailleurs, à ses derniers jours aveugle et pauvre à l'hospice des Incurables en banlieue parisienne en passant par ses incessants combats pour la reconnaissance des droits de travailleurs et des femmes, son implication dans la Commune de 1871 et son exil au cœur de l'océan Pacifique, Nathalie Lemel n'a jamais baissé les bras et a toujours pris le parti des oubliés du capitalisme industriel triomphant.

Mère de trois enfants, mariée à un ancien relieur devenu journalier précaire, qui sombre jour après jour dans un alcoolisme violent, nourrie aux écrits des Marx, Proudhon, Blanqui et autres théoriciens de la romantique gauche naissante, Nathalie Lemel s'engage avec fougue et passion dans la lutte pour transformer un siècle impitoyable dirigé par les aristocrates de la bourgeoisie qui ont trahi les promesses de 1789, déchiré par le profond désespoir du conservatisme, mais bercé par l'optimiste presque naïf des trop rares victoires ouvrières et de la reconnaissance timide de quelques droits ouvriers.

Inspirés par sa personnalité hors du commun et sa perspicacité aiguisée, les auteurs tracent un portrait sans complaisance de son époque, sans pourtant ne jamais tomber dans un cynisme existentialiste et un nihiliste de bonne convenance. Au contraire, ils abordent chaque victoire ouvrière, chaque initiative communarde avec l'enthousiasme de ceux qui construisent un nouveau monde, l'enthousiasme que partageaient sans doute ces visionnaires de l'avenir prolétaire.

Bande dessinée sociale et historique aux influences «tardiesque» sans pour autant en adopter sa vision plus pessimiste, Des graines sous la neige nous rappelle l'importance de garder vivant le souvenir de la Commune de Paris, de ses initiatives, de ses artisans et de son héritage.

Pour qu'un jour les graines semées par la Commune puissent fleurir dans l'aridité du désert du néolibéralisme.

1863: Le printemps de la Légion étrangère

Si la Commune est relativement oubliée de la culture française que dire de l'intervention française au Mexique en plein Second Empire. Pourtant tous les amateurs de Blueberry et de Mc Coy, le célèbre western dessiné signé Palacios et Gourmelen, connaissent cet épisode peu glorieux de la France de Napoléon III, alors que ce dernier prétextant le refus de gouvernement mexicain de rembourser sa dette extérieure décida d'y envoyer un corps expéditionnaire, d'y installer, avec l'aide de certaines nations catholiques européennes, l'empereur fantoche Maximilien et d'assurer une présence française en Amérique du Nord sous l'œil indifférent des États-Unis déchirés par sa guerre civile.

Camerone de Gloris et Mouclier raconte la plus célèbre bataille de cette expédition, celle où 62 légionnaires français résistèrent plus d'une journée aux assauts de plus de 2000 soldats mexicains. Si la prémisse annonce un fabuleux western, le résultat, lui, est décevant. Les auteurs passent beaucoup trop de temps sur la jeunesse du capitaine Danjou, un des héros de cette altercation légendaire, et sur les premiers exploits de ce qui allait devenir la Légion étrangère sur différents théâtres européens et algériens. En misant sur un assemblage d'anecdotes, les bédéistes nuisent au rythme de leur œuvre, à sa linéarité et à l'identification du lecteur incapable de s'attacher à des personnages rapidement esquissés, psychologiquement du moins.

Pourtant, le tome précédent consacré à la victoire de la Berezina m'avait séduit autant par son scénario que par son dessin. Malheureusement, ses grandes forces n'ont pas su traverser le Rio Grande, et c'est d'autant plus dommage que mon vieux fond «blueberryen» me prédisposait naturellement à apprécier l'album.

Triste nouvelle: le grand Bernie Wrightson nous a quitté le 18 dernier mars. Maître de l'horreur, le dessinateur qui a travaillé entre autres dans Eery et Creepy, a marqué le monde de la bande dessinée de son trait puissant et précis. Ses participations à Swamp Thing, Batman, Conan et son adaptation du Frankenstein de Shelley auront influencé plusieurs dessinateurs dont Mike Mignola et séduit les amateurs de bd et de fantastique de toutes les tendances.

Roland Michon, Laëtitia Rouxel, Des graines sous la neige; Nathalie Lemel, Communarde & visionnaire, Locus Solus.

Jacques Tardi, Jean Vautrin, Le cri du peuple, Casterman.

Jacques Ferrandez : Les carnets d'Orient, tome 2 L'année de feu, Casterman.

Gloris, Mouclier, Champs d'honneur, Camerone avril 1863, Delcourt.

Gloris, Mutti, Champs d'honneur, La Berezina, novembre 1812, Delcourt.

LIRE AUSSI:

» La jeunesse de Staline: l'homme de sang

» L'univers d'Astérix : Les Gaulois débarquent à Montréal

» Zygmunt Miloszewski: du sang dans les pierogis

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST