LES BLOGUES
15/07/2016 10:47 EDT | Actualisé 15/07/2016 10:48 EDT

Cookie Kalkair: tu seras un père mon fils

Voici des suggestions de bédés d'ici pour accompagner vos pérégrinations estivales

L'été, c'est-y pas le temps des vacances chantait jadis Jean-Jacques Debout. Alors à quelques jours des espérés congés annuels, voici des suggestions de bédés d'ici pour accompagner vos pérégrinations estivales.

L'été, c'est-y pas le temps de faire des bébés

Ah la paternité! L'exercice désarçonnant avec son lot de questions existentielles est un filon riche que les créateurs bédés commencent à peine à exploiter. Pourtant cette période marque la fin d'une époque pour bien des pères qui abandonnent un peu de leurs comportements d'adulescents «patachonesques» pour un brin de maturité... enfin on espère. Si les créateurs abordent encore timidement le sujet Cookie Kalkair lui a décidé d'en faire le sujet des 9 derniers mois de ta vie de petit con qu'il vient de publier aux Arènes BD.

Premier album bédé du réalisateur de films d'animation et concepteur de jeux vidéos Les 9 derniers mois est un sympathique recueil d'observations, certaines drôles, d'autres sérieuses, quelques-unes scientifiques, sur ces fameux 9, et non 12, mois comme le pense un de ses personnages qui confond la grossesse de sa femme avec celle de l'éléphant.

Publiées initialement sous la forme d'un blogue, les réflexions de Kalkair touchent autant les questions pratiques que métaphysiques de la paternité, allant du choix du nom du bébé aux angoisses de la première échographie en passant par des aspects beaucoup plus intimes comme la sexualité pendant la grossesse.

Avec pudeur le bédéiste se met à nu devant nous et aborde avec une franchise désarmante l'ambigüité de ses comportements, n'hésitant pas à se montrer sous toutes ses coutures, les plus lumineuses comme les moins glorieuses. Le tout appuyé par un dessin rythmé et dynamique et des couleurs chaudes, joyeuses, souriantes, presque circassiennes qui insufflent aux épisodes, et même les plus réflexifs, une touche de bonne humeur et de légèreté.

Alors qu'on aurait pu assister à la Xe bédé bourrée d'anecdotes prévisibles sur les joies et les appréhensions de la parentalité - tous les parents les connaissent - Kalkair propose une autre vision de la paternité, composée de ces bonheurs, ces incompréhensions, ces angoisses, cette générosité, cet égoïsme et ces observations comportementales souvent hilarantes, qui accompagnent cette quête presque initiatique, mais qui reste compréhensible et touchante, même pour ceux qui ne font pas partie des initiés.

Et les grenouilles chantent la liberté

Nimini-San est une grenouille ninja et sans doute la plus douée de l'école des Batra Ninja. Une réputation qui lui permet de réaliser enfin cette première mission tant attendue, enquêter sur la dispute qui pourrit dangereusement les relations entre le clan des lapins et celui des lézards. Rien de bien difficile, mais même les missions pépères peuvent devenir de grandes aventures pleines de morceaux de bravoure, de dangers et de menaces... surtout quand le héros est non seulement le plus talentueux de sa promotion, mais aussi le plus gaffeur.

Belle surprise que cette bédé jeunesse signée Garcia, Maynègre et Cab. Sans tambour ni trompette, le trio nous offre un récit d'une grande maturité. Scénaristiquement et graphiquement, l'univers de Nimini-San est parfaitement maitrisé, rien n'est laissé à l'improvisation ou aux retournements aussi hasardeux qu'incompréhensibles. Les auteurs, tel le Petit Poucet nous guident à travers les dédales de ce marais de l'oubli à la rencontre de leur univers, né d'une improbable rencontre entre un Demetan sur les stéroïdes et un Kung Fun Panda palmé, mâtiné d'un soupçon de poésie animalière que n'aurait pas dédaigné le grand Raymond Macherot.

Un préambule sympathique - qui pourrait calmer vos mioches lors des longs trajets sur la route des vacances - pour une série qui promet de nous divertir de belle façon au cours des prochaines années.

L'été c'est-y pas le temps d'improviser

L'été c'est la saison de l'improvisation, le moment idéal pour se laisser guider au rythme de nos envies du moment, du soleil, du vent, etc. Et pour bien vivre les mélodies de l'improvisation pourquoi ne pas lire Club Sandwich, la toute dernière parution de Zviane, maître en improvisation bédé.

Deuxième recueil de l'auteur sur ses expériences en improvisation bd, le premier Pain de viande était particulièrement réussi, Club Sandwich comprend 5 impros faites entre 2012 et 2016, 5 petits récits absolument délicieux et autant de témoignages de son immense talent, comme s'il était encore à prouver.

Exercice déstabilisant et périlleux, l'improvisation bédé peut en décourager plus d'un, travailler sans filet pendant 24 heures sur un sujet imposé n'est pas à la portée de tous. Mais ce n'est pas le cas de Zviane qui manifestement s'y sent aussi à l'aise qu'un poisson dans l'eau. Sous sa plume, les contraintes imposées pour chaque improvisation deviennent des éléments qui transforment, enrichissent et amènent ses irrésistibles intrigues à la monty python vers de nouveaux territoires totalement absurdes.

Une belle lecture pleine de soleil et de plaisir, comme l'été quoi.

Cookie Kalkair : Les 9 derniers mois de ta vie de petit con, Les arènes bd

Garcia, Maynègre, Cab, Les légendes de Kawajima, Nimini-San, tome 1, Lounak

Zviane, Club Sandwich, cinq histoires biscornues, mais néanmoins amusantes, Pow Pow

Le monde de la bande dessinée québécoise est en deuil, une de nos bédéistes les plus talentueuses, Geneviève Castrée, est décédée il y a quelques jours à l'âge de 35 ans. Une triste nouvelle et une absence qui sera difficile à combler.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les usagers du métro de Montréal en dessins Voyez les images