LES BLOGUES
06/04/2019 06:00 EDT | Actualisé 06/04/2019 06:00 EDT

Bob Morane au Québec: la visite du plus grand des aventuriers

La nouvelle oeuvre de Jacques Hellemans, «Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec», nous fait découvrir à quel point Bob Morane était une vedette hors norme au Québec.

Manicouagan 1964, sur ce cratère météorique du nord Québécois, Hydro-Québec a construit un puissant complexe de barrages hydroélectrique destiné à assurer la richesse énergétique de la province. Véritable défi d'ingénierie, le complexe imposant fait l'objet de menaces venant d'une puissance étrangère.

Une chance, le célèbre Bob Morane veille avec pugnacité sur cette merveille du monde moderne. Même si ça signifie, pour le dernier des aventuriers romantiques, de se frotter à la puissante organisation occulte Smog et à ses dirigeants: le cruel Roman Orgonetz, l'homme aux dents d'or, et la voluptueuse Miss Ylang-Ylang.

Ah, ce bon vieux Commandant Morane! Avec son éternel acolyte, le non moins célèbre Bill Ballantine, l'irrésistible chevalier au regard «alaindelonesque» a bourlingué partout à la défense de la veuve et de l'orphelin, emmenant dans son sillage l'imagination de millions d'adolescents francophones.

«Vous savez Bob Morane était une vedette hors norme au Québec. Quand Henri Vernes, son créateur, a débarqué les 4 et 5 avril 1964 au Salon du Livre de Montréal, il y avait plus 5000 jeunes qui voulaient le rencontrer. Les Commissions scolaires de Montréal avaient même accordé pour l'occasion un congé aux étudiants. Selon les journaux de l'époque, il y aurait même eu quelques bousculades dans la file d'attente», explique Jacques Hellemans, qui vient de publier chez Septentrion, Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec.

Courtoisie

Rien d'étonnant pour l'auteur puisque Bob Morane était lu par des milliers de personnes, dont quelques-unes qui le lisaient en cachette «parce que ce n'était pas bien vu de le lire», souligne-t-il. «On calcule qu'il y avait 700 000 exemplaires de ses aventures en circulation au Québec en 1967. Certains des bouquins étaient même des éditions pirates.»

Mais il n'y a pas que les adolescents qui sont fascinés par le phénomène Bob Morane. Le Québec est complètement ensorcelé par le personnage. À tel point que Vernes, maintenant centenaire, est constamment sollicité par tout ce que le Québec compte de médias, d'animateurs et de journalistes.

Loin d'être la faveur du mois, son succès monstre se répète d'un voyage à l'autre et atteint son point culminant du 24 décembre 1968 au 7 janvier 1969, avec une édition du populaire jeu télévisé radio-canadien Tous pour un consacré à sa légendaire création.

L'exemple du Québec n'est pas unique. Les adolescents belges, eux aussi, ont cédé depuis plusieurs années au charme du baroudeur romantique. «Vous savez Morane est né en 1953. Dès 1954, il est tellement populaire en Belgique que Marabout décide de publier une nouvelle aventure à tous les trois ou quatre mois.»

Si l'engouement ici est le même qu'en Belgique, il faut toutefois attendre le début des années 60 pour noter une folie «moranesque». Grâce à Dimitri Kasan, distributeur québécois de Marabout — véritable génie du marketing littéraire qui mériterait un livre à lui seul — qui décide de mousser ses bouquins. C'est lui qui suggère au fondateur de Marabout André Gérard et à Henri Vernes de venir nous dire bonjour, histoire d'y envisager une aventure de son célèbre héros. Les deux hommes découvrent au printemps 1964, Montréal, le Forum, le Plateau Mont-Royal, la province et ses majestueux territoires septentrionaux.

Courtoisie

«Vous savez Terreur à la Manicouagan, qui a été lancé en1965 au siège social d'Hydro-Québec sur le boulevard René-Lévesque, a été tellement populaire chez vous que pour répondre à la demande, on a dû vendre des exemplaires prévus à l'origine pour la Belgique. Avec le résultat qu'ils en manquaient chez nous. C'est devenu un Bob Morane très rare», précise l'auteur qui a la grande sensibilité de prononcer Manicouagan à la québécoise et non pas «Manicouaganne» comme le font nos cousins français.

Si Vernes est une vedette de calibre internationale ici, Bob Morane est carrément une superstar, un rock star avant l'heure, un phénomène de société comme Tintin ou Astérix. «Je crois qu'on avait besoin de s'identifier à une idole et Bob Morane est arrivé à un bon moment. Il voyage partout à travers le monde et je crois qu'à ce moment les Québécois avaient soif de voyager, de découvrir le monde. Je dis les Québécois, mais je pourrais dire aussi les Québécoises, puisque plusieurs d'entre elles m'ont confié qu'elles étaient, adolescentes, des amatrices de Morane. Ce qui est surprenant puisque les éditions Marabout avaient les aventures de Sylvie pour les adolescentes. Je ne sais pas pourquoi elles préféraient Bob Morane. Peut-être à cause des stéréotypes.»

Henri Vernes précurseur du féminisme et des héroïnes à la Ripley, fameuse protagoniste des Alien? «Pourquoi pas, rigole Jacques Hellemans, faudrait que j'en parle à Henri Vernes, il serait bien heureux d'entendre ça.»

Fantastique bouquin qui se lit comme un roman, Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec est aussi un vibrant hommage aux éditions Marabout, créatrice du livre de poche francophone. Avec ses Bob Morane, ses Doc Savage, ses mythiques collections Fantastique et Science-Fiction, l'éditeur Belge à laissé une empreinte indélébile dans l'inconscient des lecteurs de la francophonie, dont moi.

«Vous savez à l'époque de l'âge d'or de Marabout, il n'y avait pas beaucoup d'activités pour les adolescents, il y avait la lecture hebdomadaire du Journal de Spirou et de Tintin, les Bob Morane et le foot», conclu l'auteur qui sera présent au Salon international du livre de Québec du 10 au 14 avril 2019.

***

Pour ceux qui iront au salon du livre n'oubliez pas de faire un saut au festival Québec BD ainsi qu'a l'expositionBD moments forts du 9e art québécois de Michel Viau au Musée de la civilisation. Une belle façon de maximiser son séjour dans la Capitale-Nationale.


Jacques Hellemans, Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec, Septentrion.

À LIRE AUSSI:

» «L'affaire Delorme»: un baril de poudre social au Québec

» «La montagne invisible»: la caverne aux mille trésors

» «Entretien avec Gotlib», des bulles et du plaisir

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.