LES BLOGUES
23/10/2018 10:28 EDT | Actualisé 23/10/2018 11:21 EDT

Un psychologue organisationnel peut-il aider le renouvellement d'un parti politique?

Les dirigeants des partis en renouvellement devront montrer une ouverture à la création d'espoirs et encadrer ces démarches pour rassurer les militants ou les sympathisants.

En outre, cette évaluation doit donner un bon aperçu de la nature du parti, de ses forces et faiblesses, de ses risques et occasions. C'est ensuite que l'élaboration du processus de changement peut commencer, car comme le dit la chanson, il s'agit de «sauver mon âme», pas de la perdre.
ALotOfPeople via Getty Images
En outre, cette évaluation doit donner un bon aperçu de la nature du parti, de ses forces et faiblesses, de ses risques et occasions. C'est ensuite que l'élaboration du processus de changement peut commencer, car comme le dit la chanson, il s'agit de «sauver mon âme», pas de la perdre.

Dans le contexte des récentes déroutes électorales du Parti libéral du Québec et du Parti québécois, on me demandait si un psychologue organisationnel pouvait aider une formation politique à se renouveler. La réponse est affirmative, mais à certaines conditions.

D'abord, le client et le consultant devraient se choisir mutuellement, sinon cette relation serait peu féconde. Ensuite, étant donné son aspect fondamental, le mandat devrait être accordé au plus haut niveau hiérarchique. L'ouverture d'esprit devrait correspondre à l'ampleur de la crise vécue par le parti. Par ailleurs, tout en étant constamment à l'écoute du client, le consultant devrait être le seul patron de son processus. Finalement, la démarche du psychologue organisationnel devrait s'intégrer aux travaux d'autres professionnels comme des sociologues, politologues ou historiens.

Pour commencer, des questions simples sont à répondre. Jusqu'où le client est-il prêt à se rendre dans ce renouvellement? Qui est d'accord avec la démarche envisagée? Comment les instances du parti se positionnent-elles à cet égard? Quelles actions ont été prises jusqu'à maintenant? De quelles façons cette démarche s'intègrera-t-elle dans la démocratie interne?

Un bon état de situation doit permettre de saisir le défi à relever ainsi que les niveaux de réalisme et d'engagement du client.

Un bon état de situation doit permettre de saisir le défi à relever ainsi que les niveaux de réalisme et d'engagement du client. En outre, cette évaluation doit donner un bon aperçu de la nature du parti, de ses forces et faiblesses, de ses risques et occasions. C'est ensuite que l'élaboration du processus de changement peut commencer, car comme le dit la chanson, il s'agit de «sauver mon âme», pas de la perdre.

D'emblée, dans ce genre de renouvellement, on pense à une planification stratégique et à sa suite d'interrogations. La mission: quelles sont les contributions fondamentales de ce parti à la société? La vision: à quel avenir devrait-il travailler de façon immédiate et à plus ou moins long terme? Les valeurs: quels normes et principes rassemblent et guident ses membres ou sympathisants? Les choix: sur ces bases, quels choix stratégiques, puis opérationnels doivent être faits?

Des analyses en profondeur

Cependant, la nature d'une formation politique est beaucoup plus complexe que celle d'une entreprise. Le PLQ et le PQ se mesurent à des défis plus grands que, par exemple, une compagnie confrontée à la disparition du disque compact (CD). En raison de l'ampleur et de la complexité des changements anticipés, des recherches et des analyses sont nécessaires avant la mise sur pied d'une démarche de planification stratégique.

Plusieurs réalités sont à examiner. Avant la création du parti ou avant son dernier renouvellement, il y avait au Québec un courant à la fois social, économique, politique et national. La formation politique en est devenue l'expression.

Plusieurs réalités sont à examiner. Avant la création du parti ou avant son dernier renouvellement, il y avait au Québec un courant à la fois social, économique, politique et national. La formation politique en est devenue l'expression. Elle le stimulait, précisait, actualisait et portait. Ce parti a donc répondu à des besoins importants existant dans la population. Sauf que tous les besoins évoluent avec le temps. Certains disparaissent, d'autres changent et de nouveaux apparaissent.

Aussi, des chercheurs et des analystes doivent-ils se pencher sur les attentes majeures auxquelles le parti répondait. Ensuite, il importe d'analyser l'évolution de ces attentes et d'identifier l'apparition de nouvelles. Outre cette mise à jour des besoins sociaux, économiques, politiques ou nationaux, il est essentiel de se demander s'il y a un «marché» pour le parti dans les nouveaux créneaux identifiés.

Au cours des années, des alliances, des coalitions et des choix tactiques été faits. Par-delà ces considérations électoralistes, comment peut-on décrire la nature du mouvement et du parti qui en était porteur? Par exemple, pour le PQ, à quel type de nationalisme doit-il principalement se rattacher? Est-ce à celui de la justice et de l'égalité des chances ou à celui de la cohésion de type «Dieu (ou laïcité), patrie, famille»? Autre exemple, pour le PLQ, comment doit se faire l'équilibre entre les droits individuels et économiques avec ceux des groupes sociaux ou de la nation québécoise?

Évidemment, l'urgence de la crise environnementale exige des partis politiques des réponses concrètes et suffisantes. Comment ces défis reconnus seront-ils pris en compte?

Audace, prudence et leadership

Les dirigeants des partis politiques en renouvellement devront à la fois montrer une ouverture suffisante à la création d'espoirs et encadrer ces démarches de manière à rassurer les militants ou les sympathisants. Pour ce faire, la période de recherche et d'analyse devrait être décrite précisément et circonscrite dans le temps. Par la même occasion, les mécanismes consécutifs de réflexion organisationnelle devraient être décrits et planifiés.

On dirait que c'est l'identité même de ces partis qui est remise en question. La rigueur, le courage, la détermination et la sincérité permettent d'éviter de tomber dans les ornières défensives et d'ouvrir un avenir plein de promesses.

Tout le monde le sait: le changement fait peur. Les risques de résistance, de révulsion et de désengagement sont réels. L'un des défis majeurs de ces formations sera l'émergence d'un leadership visionnaire. Des gens devront démontrer leurs capacités à bien lire les trames sociales dominantes ainsi que les nouvelles avenues d'expression de la nature profonde de leur parti. Sur ces bases, ils auront à faire des choix difficiles et à les vendre, malgré les cris d'effrois qui seront inévitablement poussés.

Il est intéressant que l'on ait pensé qu'un psychologue organisationnel puisse contribuer au renouvellement de partis politiques québécois. Les dernières élections ont profondément blessé des militants et des députés. On dirait que c'est l'identité même de ces partis qui est remise en question. En cette matière, la rigueur, le courage, la détermination et la sincérité permettent d'éviter de tomber dans les ornières défensives et d'ouvrir un avenir plein de promesses.

À LIRE AUSSI:

» Innover la façon de penser la santé
» Parti québécois: revenir à l'essentiel
» Le gouvernement québécois devrait libéraliser la vente de cannabis