LES BLOGUES
15/02/2018 09:00 EST | Actualisé 15/02/2018 09:00 EST

Assurance-emploi: les maires de la Côte-Nord pressent le gouvernement fédéral d'agir

Au cours des prochains mois, des centaines de familles de Tadoussac à Blanc-Sablon n'auront plus de revenus jusqu'à la reprise de leur travail saisonnier.

Radius Images via Getty Images

La Côte-Nord traverse actuellement le plus rude de ses hivers sur le plan économique. La situation est catastrophique et malheureusement, elle laisse de glace la classe politique.

Le trou noir de l'assurance-emploi a commencé à frapper et son impact se fait déjà sentir. Au cours des prochains mois, des centaines de familles de Tadoussac à Blanc-Sablon n'auront plus de revenus jusqu'à la reprise de leur travail saisonnier. Si aucune action n'est prise, des drames sont à prévoir. La situation est urgente. La population de la Côte-Nord crie au secours.

La baisse du taux de chômage et la méthode de calcul de l'assurance-emploi créent un immense trou noir pour les travailleurs de l'industrie saisonnière de la région. Maintenant obligés de travailler 140 heures de plus pour obtenir six semaines de moins de prestations, de nombreux travailleurs n'ont pas réussi à se qualifier pour obtenir suffisamment d'assurance-emploi pour boucler l'année.

C'est bien mal comprendre la réalité économique de la Côte-Nord que de penser que ces nouvelles règles n'allaient pas avoir d'impact dans notre région.

C'est bien mal comprendre la réalité économique de la Côte-Nord que de penser que ces nouvelles règles n'allaient pas avoir d'impact dans notre région. Une partie importante de notre économie repose sur le travail saisonnier. Les industries de la pêche, de la forêt, de la construction et du tourisme procurent de l'emploi à toute la population en haute saison. Si le chômage est alors pratiquement nul, en basse saison, il peut grimper jusqu'à 20% dans certaines municipalités.

Notre réalité est unique. En termes de superficie, la Côte-Nord s'étend sur près de 1500 kilomètres de côte, un territoire dix fois plus grand que la Belgique. Sur une population active de 75 000 personnes, un peu plus du tiers occupe un emploi saisonnier. Ces quelque 25 000 travailleurs sont essentiels à l'essor économique de notre région. Nos entreprises doivent pouvoir compter sur cette main-d'œuvre qualifiée pour assurer leur développement et leur pérennité. Les règles de l'assurance-emploi doivent prendre en considération la réalité de ces travailleurs.

Où est la volonté politique?

Malgré l'intensification de nos représentations auprès du gouvernement fédéral et les nombreuses actions posées de la population et les organismes voués à la défense des travailleurs, rien ne bouge à Ottawa. Le 12 janvier 2018, un groupe de représentants des travailleurs de Charlevoix et de la Côte-Nord est même allé jusqu'à occuper pendant 36 heures le bureau du ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, pour se faire entendre.

Plus le temps passe, plus le nombre de familles en détresse augmente.

Au-delà des promesses électorales et des engagements répétés, la volonté politique semble totalement absente. Les élus de la Côte-Nord pressent le gouvernement fédéral d'agir. La situation est urgente. Plus le temps passe, plus le nombre de familles en détresse augmente. Nos travailleurs crient à l'aide. La population de la Côte-Nord veut des réponses claires. Nous avons un urgent besoin de solutions concrètes pour traverser l'hiver.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost