LES BLOGUES
06/06/2015 04:32 EDT | Actualisé 05/06/2016 05:12 EDT

L'État islamique plus progressiste que l'Arabie Saoudite?

En octroyant aux femmes le droit de conduire, l'État islamique s'est montré plus progressiste que son père idéologique.

Non, ceci n'est pas une boutade, ou un poisson d'avril, et encore moins une information d'un quelconque journal pastiche tel The Onion.

En octroyant aux femmes le droit de conduire, l'État islamique s'est montré plus progressiste que son père idéologique, le wahhabisme saoudien. Tel Œdipe, héros de la mythologie grecque, l'État islamique est en train de tuer le père, l'Arabie saoudite.

En effet, dans ce très fréquentable royaume vers qui tous les chefs d'États démocratiques accourent pour prendre des photos, des gros chèques et des bons de commandes, les femmes n'ont pas le droit de conduire. Trop dangereux, estime-t-on sur place.

Vêtu d'une burqa, tel un maître ninja avec son oripeau, elles seraient aussi fourbes que ce guerrier japonais, dont le but était d'espionner et d'infiltrer l'ennemi. Alors pas question qu'elles conduisent, au risque d'exciter hommes et bêtes. Sans ce déguisement, les hommes de cette Arabie heureuse, comme l'appelait jadis, les Grecs et les Romains, suffoqueraient sûrement d'un AVC dû un excès de testostérone dans le cerveau, argueraient certainement beaucoup de savants saoudiens.

Portés sur les nouvelles technologies, la science et la modernité, les centres de recherches théologiques de l'État islamique ont résolu ce problème, réussissant de ce fait une prouesse médicale sans précèdent dans le milieu wahhabite: désormais la femme peut conduire sans que le cerveau des hommes n'éclatent d'un excès de testostérone. Stupéfiant!

Voici que l'État islamique se rapproche des normes occidentales en donnant plus de liberté aux femmes. Mais cela n'est pas tout! Soucieux de l'égalité des sexes, il oblige les hommes à avoir une barbe, comme il oblige les femmes à porter cette excitante burqa, signe que l'État islamique tient à la parité hommes-femmes si chère à nos sociétés modernes. D'un trait, le califat islamique se rapproche de nous, faisant un pied de nez à sa matrice, l'Arabie saoudite, guère soucieuse de l'égalité.

Comme les singes de fable, qui n'entendent, ne disent et ne voient rien, certains seront choqués de faire la comparaison entre ces deux entités, arguant que l'État islamique est un État sanguinaire, pratiquant la lapidation, décapitant hommes et femmes, interdisant les lieux de cultes autres que les mosquées. Cela est peut être oublier que l'Arabie saoudite a recruté dernièrement huit bourreaux pour décapiter ceux qui ne respecteraient pas la loi wahhabitem et que les lieux de cultes autres que les mosquées sont interdits.

L'argument de la bestialité de l'État islamique comparativement à sa matrice saoudienne est donc caduc.

La réalité de cette différence de traitement est peut être due à l'absence de ressources naturelles dans ses sous-sols, en quantité importante. Contrairement à l'Arabie saoudite, dont le sous-sol est l'un des plus abondants au monde en ressources pétrolières, l'État islamique est pauvre, mais peut-être pas pour si longtemps, s'il arrive à mettre la main sur les puits de pétrole saoudiens.

Demain, peut-être, fort de son sous-sol riche en matière première, l'État islamique co-organisera avec le Qatar les Jeux olympiques 2024, pour lequel ce dernier est candidat. Comme le Qatar, qui a réussi à introduire des modifications importantes pour la Coupe du monde de football de la FIFA, en la faisant certainement jouer en hiver au lieu de l'été, une première mondiale, l'État islamique pourra lui aussi introduire quelques nouveautés.

Ainsi, le lancer du javelot pourrait être remplacé par le lancer de têtes décapitées, ou encore un concours d'explosions kamikazes. Un nouveau programme exotique venu d'Orient créeraient un buzz et un audimat sans précèdent. Après tout, la télévision néerlandaise a bien produit une télé-réalité qui mettait en vedette le cannibalisme.

Avec une économie mondiale au ralenti, les entreprises profiteraient de cette grande audience pour passer leurs messages publicitaires, atteignant ainsi des milliards de consommateurs, relançant de ce fait l'économie mondiale et la prospérité de nos milliardaires. Du pain et des jeux, disait-on déjà à l'époque des Romains pour distraire le peuple. Deux mille ans plus tard, la recette est toujours la même.

Le chaos n'est pas une fosse, le chaos est une échelle... Seule l'échelle est réelle. Seule l'ascension importe, s'est amusé à dire Petyr Baelish, un des personnages de la série télé Game of Thrones, et il semble que dans ce chaos du Moyen-Orient, l'État islamique soit le seul à avoir compris ce message.

Entre temps, nous continuons à être en Occident et dans le reste du monde la dupe de cœur, croyant que la terre de ces jihadistes s'arrêtera au Moyen-Orient et que la respectabilité tient une adhésion aux Nations unies, car comme le faisait remarquer le journaliste français Eric Zemmour, l'Arabie Saoudite n'est qu'un Daesh qui a réussi. .

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo L'État islamique en dix dates Voyez les images

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!