LES BLOGUES
19/05/2016 10:30 EDT | Actualisé 20/05/2017 05:12 EDT

Ce que personne ne vous a jamais dit sur l'orgasme féminin

Merci Hollywood, la littérature érotique et bien entendu le porno... L'orgasme est sensé être la touche finale de tout échange sexuel du côté de la femme.

«Quoi tu n'as jamais eu d'orgasme vaginal ? Oh mais la dépression ! Du coup c'est endormant au lit non?» Autant dire qu'on était interloquées la semaine dernière quand on a entendu cet échange entre deux femmes assises à la terrasse d'un café. D'où vient cette obsession des femmes pour le sacro-saint orgasme? Pourquoi cette quête n'a-t-elle pas lieu d'être ? Parce que toutes les femmes sont différentes et que chacune jouit différemment, en fonction d'un subtil équilibre physique et psychologique.

L'orgasme comme passage obligé?

Merci Hollywood, la littérature érotique et bien entendu le porno... L'orgasme est sensé être la touche finale de tout échange sexuel du côté de la femme. Quand l'orgasme ne vient pas, c'est qu'un des partenaires a un problème. En sous-titre donc : les humains sont des machines à orgasmes et si on fait ça, ça et ça, paf ça fait un orgasme (et / ou des chocapics).

Comme l'a très bien montré Iris Brey dans son ouvrage Sex and the Series, une révolution télévisuelle des séries de femmes ont commencé à prendre le relais afin de nous démystifier tout ça. Sexe à New York bien sûr mais aussi plus récemment les séries Girls, Broad City, et Orange is the New Black... Ce sont toutes des séries au sein desquels les personnages féminins sont forts, ambitieux et sexuellement libres. «Les séries peuvent avoir un grand impact sur la manière dont les femmes et hommes perçoivent la sexualité féminine. C'est évidemment libérateur de voir des personnages féminins qui ont des vies sexuelles riches et variées. Les personnages féminins font des erreurs. Les rapports sexuels qui n'aboutissent pas forcément à ce qui avait été espéré, orgasme ou pas. Nous ne sommes plus dans la culture de la performance», nous dit-elle. ­

Comment ça marche ?

C'est ce que la doctoresse Odile Buisson nous explique dans une conférence donnée à l'ENS. Cette gynécologue et obstétricienne a été la première à réaliser une échographie du clitoris durant le coït. Elle prouve que le clitoris, loin d'être un petit bouton sur lequel il faut appuyer, est en fait un organe beaucoup plus large constitué d'une double-arche, et de corps caverneux mesurant de 12 à 15 centimètres et qui entourent le vagin. Ainsi, tout porte à croire que l'orgasme implique toujours le clitoris. En d'autres mots, la quête du point G ne devrait pas nous préoccuper.

Déculpabilisons-nous !

Camille Emmanuelle déconstruit les clichés qui nous enferment dans une vision normative du sexe et de l'orgasme dans son nouvel ouvrage Sexpowerment. Cessons de culpabiliser, nous dit-elle, nous parlons plaisir après tout. Mais comment faire ? «Il y a deux éléments à prendre en considération. Tout d'abord, déconstruire les clichés sur la sexualité masculine et féminine et le schéma préliminaire / pénétration. Puis, faire un apprentissage physiologique. Les femmes doivent pouvoir répondre à la question : comment est fait mon corps ? Ce n'est pas anodin quand on sait que la face cachée de la Lune est plus étudiée que le clitoris. Ce n'est qu'en 1998 que la chercheuse Helen O'Connell en a proposée un schéma. Comme le dit Esther Perel, nous pouvons développer notre intelligence érotique. Pour cela, on peut lire de la bonne littérature pornographique comme celle d'Anaïs Nin, s'ouvrir à la pornographie alternative qui donne une vision positive du plaisir féminin.»

Lire la fin de la newsletter et des interviewes de Iris Brey et Camille Emmanuelle : lesglorieuses.fr

"Retrouvez ce texte sur Les Glorieuses, la newsletter féministe qui réinvente l'information sur les femmes"

Plus d'informations sur le compte Twitter Les Glorieuses et sur leur compte Instagram.

À voir également:

Galerie photo 9 choses que vous devriez savoir sur l'orgasme Voyez les images