LES BLOGUES
06/05/2018 08:00 EDT | Actualisé 06/05/2018 08:00 EDT

Québec Solidaire, une autre alternative au joug libéral

Je ne crois pas, cependant, que Québec Solidaire puisse accéder au pouvoir et devenir le parti majoritaire dans un avenir proche ou lointain.

LA PRESSE CANADIENNE

En date du 30 avril 2018, j'ai rédigé un article dans lequel j'énonçai que le Parti Québécois (PQ) pouvait s'avérer une alternative sérieuse et intéressante au capitalisme outrancier et sans vergogne. Il serait malhonnête intellectuellement de ne pas parler de la deuxième alternative au pouvoir du Parti libéral du Québec, à savoir Québec Solidaire (QS). Cet article énonce dès lors les idées, mais aussi en quoi ce parti peut s'avérer également une alternative intéressante, même si parfois cette option semble utopique et souvent dénigrée.

Québec Solidaire a vu naissance en 2006 sous l'impulsion et la volonté entre autres de Françoise David, une femme forte de caractère et profondément humaniste. Le parti a rallié ainsi diverses forces en jeu, comme Option Citoyenne (parti initialement créé par Françoise David) et l'Union des Forces Progressistes (constitué en 2002 par le Rassemblement de l'alternative progressiste, le Parti de la démocratie socialiste et le Parti communiste du Québec).

Depuis sa création, le parti a voulu se montrer en avant-garde quant au combat féministe en prenant la décision d'avoir deux porte-paroles, un de chaque sexe. De cette façon, QS démontrait qu'il voulait changer la mentalité et démontrer qu'il était possible d'avoir deux figures représentant le parti. Aujourd'hui, QS est représenté notamment par Manon Massé, candidate au poste de premier ministre, ainsi que Gabriel Nadeau-Dubois (figure emblématique de la lutte étudiante de 2012). Quelles sont les valeurs et les idées défendues par Québec Solidaire ?

Premièrement, Québec Solidaire est un parti indépendantiste (point commun avec le Parti Québécois). Le parti se définit comme écologiste, de gauche, démocrate, féministe, altermondialiste, pluriel, souverainiste et évidemment, solidaire.

Ensuite, entre d'autres idées, QS souhaite modifier le visage politique en proposant une loi afin de constituer une Assemblée constituante avec pour objectif de faire participer le maximum de citoyen. Le parti désire aussi l'instauration d'une parité réelle dans la politique et la société en général, il préconise un salaire minimum de 15$/heure ou encore une nationalisation partielle ou totale des banques si nécessaire. Évidemment, les idées et le programme sont beaucoup plus vastes que les points relevés ici. Je vous invite dès lors à le lire afin de vous faire une idée propre.

Peut-on croire que le Québec voudra de ce parti politique ? Québec Solidaire peut-il vraiment offrir une option au joug libéral ? Le Québec est-il prêt à se lancer dans un nouveau chantier politique ?

Je doute fortement que cela soit possible. Certes, depuis 2006, le parti est présent et arrive à faire élire quelques députés, mais ceux-ci sont minoritaires dans l'Assemblée nationale (3 députés actuellement). Selon les sondages, QS ne récoltera pas les voix nécessaires à l'accession au pouvoir. Il reste donc un parti d'opposition et de conscientisation. Car, même si nous n'adhérons pas à toutes les idées, il faut reconnaître que le parti amène parfois un vent de fraîcheur, un discours alternatif aux blablas policés.

La présence de Québec Solidaire dans l'arène politique nous permet de nous rendre compte également d'une alternative possible au monde politique tel que nous le connaissons.

La présence de Québec Solidaire dans l'arène politique nous permet de nous rendre compte également d'une alternative possible au monde politique tel que nous le connaissons. Pourquoi ne pourrions-nous pas envisager un remodelage politique, une autre organisation politique ? En ce sens, Québec Solidaire apporte une autre vision.

Je ne crois pas, cependant, qu'il puisse accéder au pouvoir et devenir le parti majoritaire dans un avenir proche ou lointain.

Québec Solidaire, une alternative ? Certes, mais une alternative qui ne verra jamais le pouvoir. Enfin, pas dans le monde dans lequel nous vivons actuellement. Néanmoins, les idées et les valeurs véhiculées sont cruciales et demandent que nous puissions nous y attarder. Imaginer un autre monde politique, espérer dépasser la pensée capitaliste et remettre l'humain au centre des préoccupations au lieu des finances. Un beau projet, ne peut-on pas rêver ?