LES BLOGUES
16/04/2018 10:51 EDT | Actualisé 16/04/2018 13:57 EDT

CAQ, Monsieur Legault et illusions

Nous devons penser un Québec avec un langage autre que celui de la compétitivité, de productivité, des quotas et des profits.

La Presse canadienne
Un État sous Monsieur Legault, ce serait un État de gestionnaires et d'économistes. En quoi cela est-il différent de Monsieur Couillard?

Le dernier sondage donne encore le parti de Monsieur Legault, la Coalition Avenir Québec, comme premier dans les intentions de vote. En effet, Monsieur Legault bénéficie depuis plusieurs mois d'une volonté de changement de la part de la population québécoise en âge et droit de voter le 1er octobre 2018. Ainsi, un sondage Léger du 10 avril 2018 donne la CAQ en tête avec 34 % des intentions de vote, suivie du Parti libéral à 29 % et le Parti Québécois à 21%. Quant à Québec Solidaire, il reste constant avec 9% des intentions.

Néanmoins, pouvons-nous vraiment croire que la CAQ soit le parti du changement ? Certes, son slogan en énonce l'intention (L'équipe du changement comme nous pouvons lire sur le site internet), mais qu'en est-il en matière d'idées, de propositions et d'équipe ?

Observons d'abord le chef. Ne dit-on pas qu'un chef donne un sens, une orientation au mouvement d'un parti ? De fait, si nous observons cela, Monsieur Legault est loin d'être un homme pouvant incarner le changement dans la politique québécoise. Pour rappel, Monsieur Legault a été ministre à deux reprises sous le gouvernement Bouchard. Il fut ministre de l'Éducation de 1998 à 2002 ainsi que ministre de la Santé et des Services sociaux de 2002 à 2003. Sous le couvert du Parti Québécois, François Legault a aussi été l'un des porte-paroles en Assemblée. Finalement, il crée en 2011 son parti (CAQ) avec l'homme d'affaires Charles Sirois.

Un État sous Monsieur Legault, ce serait un État de gestionnaires et d'économistes. En quoi cela est-il différent de Monsieur Couillard ?

Dès lors, peut-on dire qu'il incarne vraiment le changement ? Aucunement. Il fait partie du paysage politique québécois depuis plus de vingt ans. Il a été l'un des ténors du Parti Québécois pendant des années et il est, depuis 2011, le seul grand chef de la CAQ. Je doute réellement que Monsieur Legault puisse vraiment changer le Québec pour un mieux. Il fera du Québec une société économique et il gérera le gouvernement en gestionnaire des finances comme il a pu le prétendre notamment déjà en 2014 dans le Journal de Montréal. Un État sous Monsieur Legault, ce serait un État de gestionnaires et d'économistes. En quoi cela est-il différent de Monsieur Couillard ?

Que dire des propositions de la CAQ, indépendamment de Monsieur Legault et ses différentes déclarations polémiques et nébuleuses?

📣 NOUVEAUTÉ

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Difficile de dire clairement ce que ferait un gouvernement de la CAQ. Nous ne retrouvons pas de programme politique à proprement dit sur le site internet de la CAQ. Nous pouvons voir quelques idées, nous avons quelques bribes d'informations via les interventions dans les médias, mais à quoi doit s'attendre le Québec caquiste?

Nous aurons surement dans les semaines à venir les idées plus claires quant aux orientations politiques prises sous un gouvernement Legault. Je ne doute cependant pas que ces lignes directrices soient des mesures néolibérales. Nous entendrons surement encore, pour ne pas changer, qu'il faut couper et couper encore afin de retrouver un niveau de compétitivité avec les autres provinces canadiennes. Nous entendrons que le gouvernement précédent a dépensé trop d'argents dans les derniers mois de son règne. Nous aurons un gouvernement libéral qui se nommera la CAQ. Le changement sera seulement dans le visage, dans la façade, mais intrinsèquement, rien ne changera vraiment.

Le changement sera seulement dans le visage, dans la façade, mais intrinsèquement, rien ne changera vraiment.

Regardez le choix des candidats. Sont-ils choisis démocratiquement, par votes des militants ? Non. Monsieur Legault les a choisis personnellement. Le grand maître du bateau a décidé seul de ses colistiers. Est-ce cela un parti démocratique et pluriel ? Pensez-vous que les élus du grand maître iront contre le chef si celui-ci déraille, ment ou va dans le mauvais sens? Non.

Monsieur Legault n'a-t-il pas choisi Monsieur Youri Chassin comme candidat dans Saint-Jérôme ? Cet économiste en faveur d'une réduction de dépenses publiques, un fervent défenseur d'une diminution de l'intervention de l'État dans certaines sphères. Un fervent défenseur d'un financement du service de santé en fonction des actes (financement à l'activité, comme Monsieur Barrette l'énonçait).

Monsieur Legault n'est-il pas en faveur d'un «test des valeurs» dont il ne sait pas expliquer le contenu? Il demande aux citoyens de signer un chèque en blanc. Il demande au Québec de signer un contrat sans que nous sachions les termes et les conditions de ce contrat. Que mettrait Monsieur Legault dans son test? Nous ne savons pas.

J'invite dès lors les citoyens en âge de voter et en droit de voter d'aller lire le site internet de la CAQ. J'invite les personnes à écouter attentivement les propositions ou les positions de François Legault. Nous ne devons pas être aveuglés par la seule volonté de défaire les libéraux.

Nous ne devons pas être aveuglés par la seule volonté de défaire les libéraux.

Soyons lucides face à la politique de façade appliquée par la CAQ. Arrêtons-nous aux idées, aux propositions et à la vision du parti de Monsieur Legault pour le Québec.

Il est temps que le Québec change vraiment, pas seulement de visage, mais dans le fond même. Nous devons penser un Québec avec un langage autre que celui de la compétitivité, de productivité, des quotas et des profits.

J'ose rêver d'un Québec plus solidaire et venant en aide aux plus démunis, aux plus fragiles et arrêtant ses coupures mettant à mal l'éducation et la santé, deux piliers cruciaux d'une société digne des grandes nations. J'ose penser un Québec sans le PLQ et la CAQ. Il ne reste alors malheureusement, aujourd'hui, que le Parti Québécois et Québec Solidaire... mais cela est un autre sujet.

Voir aussi: