LES BLOGUES
28/03/2017 09:53 EDT | Actualisé 28/03/2017 09:53 EDT

Nationalisme québécois et islamophobie à l'ère de la motion M-103

Il faut se rappeler que la motion votée n'a aucune valeur juridique; elle est symbolique et donne souvent le pouls de la classe politique.

On croyait quelque peu apaisée la fibre islamophobe qui irrigue une partie du mouvement nationaliste québécois. En effet, le désastre de la «Charte des valeurs québécoises» du Parti Québécois (PQ) avec ses fractures sociales et la montée d'un certain racisme s'affichant - et visant les musulmans - et qui semblait avoir servi de leçon à la classe politique. La défaite du PQ aux dernières élections législatives a confirmé l'ouverture à la diversité d'une grande partie de la société québécoise, n'en déplaise aux adeptes du nationalisme d'exclusion flirtant avec le lepénisme français.

Peut-on affirmer qu'un tel espoir est toujours de mise? Rien n'est moins sûr au vu du sort réservé au vote, le 23 mars 2017, de la motion parlementaire fédérale condamnant l'islamophobie, et ce, après d'acrimonieuses controverses.

Bloquistes et conservateurs

Rares sont les médias du Québec qui ont rapporté que, parmi les opposants à ladite motion, figurent tous les députés du très indépendantiste Bloc québécois (BQ), dirigé désormais par Mme Martine Ouellet, toujours députée du PQ à l'Assemblée nationale du Québec. Raison invoquée: Rien ne justifie pareille motion!?! Assurément, on s'accroche coûte que coûte au déni de la réalité des musulmans du Québec et plus encore de celle des 6 veuves, des 17 orphelins, des blessés et de très nombreux traumatisés de la tuerie du 29 janvier 2017. Il faut savoir qu'aucune des victimes n'a pu être enterrée à Québec, car les morts musulmans n'y sont pas les bienvenus! Le député Xavier Barsalou-Duval - ancien président du Forum Jeunesse du BQ - a même eu l'outrecuidance d'affirmer: «on s'est toujours battu contre l'islamophobie. Mais on ne vit pas dans un climat de haine et de peur». Qu'il livre donc la liste de ces batailles continues du BQ contre l'islamophobie, et vienne admirer les milices antimusulmanes qui patrouillent en uniforme dans la vieille capitale...sans la moindre critique de la part de la classe politique! En évoquant l'absence de peur, cet élu se place de plain-pied dans le confort de la majorité dite de souche, pas du tout du point de vue d'une minorité racisée et vulnérable dont des membres sont désormais habités par la peur.

Tout aussi inquiétant est le rejet de la motion par les députés conservateurs de la grande région de Québec, qui a été pourtant le théâtre de ce sanglant attentat terroriste: Mme Sylvie Boucher, MM. Gérard Deltell, Pierre Paul-Hus, Alupa Clarke, Joël Godin et Steven Blaney, sans compter le Beauceron Maxime Bernier. On aurait pu s'attendre à plus de compassion et de solidarité transcendant la politique de la part de ces députés locaux, dont M. Deltell, à qui le Club Avenir, association algérienne prestigieuse de Montréal, avait rendu hommage pour les liens de sa famille avec l'Algérie...

Mobilisation

Aux musulmans du Québec de dénoncer un pareil traitement, de rappeler et de militer contre le Bloc Québécois et le Parti conservateur du Canada. Pourquoi pas un «vote musulman», à tous les paliers, pour renverser à jamais ce confinement dans une sous-citoyenneté? On vous reproche le ghetto vers lequel on vous pousse!? Ne laissez pas le Québec devenir pour vous, pour les Noirs et pour les Latinos une nouvelle France!

Il faut se rappeler que la motion votée n'a aucune valeur juridique; elle est symbolique et donne souvent le pouls de la classe politique.

Il faut se rappeler que la motion votée n'a aucune valeur juridique; elle est symbolique et donne souvent le pouls de la classe politique. En 2015, une motion des plus légitimes contre l'antisémitisme avait été votée à Ottawa à l'unanimité, dans une symbiose remarquable transcendant les clivages de toute nature.

Décidément, les musulmans sont moins égaux que les autres! La tuerie de la mosquée de Québec n'aura pas eu, jusqu'ici et au regard de ce vote non unanime, l'effet naïvement attendu, à savoir un électrochoc contribuant à une meilleure acceptabilité sociale des musulmans et à leur accession à la pleine citoyenneté, à l'égalité et aux autres droits, supposés garantis par les deux Chartes des droits et libertés en ce pays de droit.

«Aux urnes, citoyens musulmans!» N'attendez pas qu'on vous accorde des droits... Exercez-les! C'est le temps de l'engagement! Prenez la parole citoyenne massivement, haut et fort. Interrogez vos élus, téléphonez, écrivez, luttez contre le scandaleux chômage des Maghrébins, cessez de raser les murs, n'hésitez plus à porter plainte, dénoncez les actes et propos haineux! Sinon, la tragédie de Québec, ce «1/29» - unique en Occident - sera non seulement reléguée au registre des faits divers et des actes isolés, mais pourrait se reproduire. Tout en assumant scrupuleusement vos devoirs, faites valoir vos droits, vos voix et vos votes en tant que musulmans, puisqu'on réduit votre identité à votre seule appartenance religieuse.

À bon entendeur, salut et... Salam!

LIRE AUSSI:

» Légalisation de la marijuana: Philippe Couillard partage ses craintes

» Québec investit 53 M$ à Montréal pour améliorer l'accès aux soins

» Lois sur l'alcool: Québec critiqué pour son laxisme

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST