LES BLOGUES
08/10/2015 10:01 EDT | Actualisé 08/10/2016 05:12 EDT

Lutte pour la réussite sociale

Nous conseillons aux membres de notre planète de ne pas rentrer en contact avec les homo sapiens.

L'être humain a besoin d'une réussite sociale afin qu'il soit accepté et respecté par sa communauté. L'atteinte de cet objectif lui apporte en même temps pouvoir et influence. Toute existence humaine dans un groupe est fondée sur ce paradigme.

Malheureusement, quel que soit le système, l'individu sera confronté aux obstacles que lui imposeront volontairement les membres de sa tribu. Ainsi l'homme, dans sa nature animale, cherche-t-il à dominer et à conserver sa préséance et à entraver celle de ses confrères, se servant de sa caractéristique qui lui est singulière, l'intelligence ou le cognitif, pour préserver sa prétendue supériorité dans la hiérarchie.

Une autre particularité de l'homo sapiens est sa recherche de spiritualité. Peu importe ses croyances, il cherchera un ordre cosmique qui justifiera son rôle ou sa mission ici bas. Éventuellement, il en fera une nouvelle religion afin de l'institutionnaliser, d'uniformiser, de pacifier et de dominer. L'homo sapiens rebelle ou athée peut, au contraire, détruire cet ordre par une autre logique tout aussi bien menée. La spiritualité du maître et la philosophie du rebelle détiennent la raison, l'un dans le mystère et la force, l'autre par la verve et l'incitation à la rébellion. Dans les faits, le philosophe se révèle souvent beaucoup plus féroce que le suzerain.

Fait surprenant, les deux croient en leur bonne étoile. On remarque que les forces du hasard et celles de la ruse prolongent ou avortent le règne du gouvernant. Cependant, tout homme est pris dans une tourmente qu'il appelle stress ou peur. Ces symptômes en général affaiblissent en quelques mois son système immunitaire, accélérant son bref passage dans le monde physique.

En respectant leur astrologie, nous avons établi douze catégories d'homo sapiens. Le chiffre 12, multiple du 6, est extrêmement important dans la structure humaine. Les voici:

1. Le mendiant (poisson)

Le mendiant est un homme malheureux même s'il est dans une certaine mesure plus libre que les autres. Il s'est complétement détaché de son ego et reste indifférent à ce que les autres pensent de lui. Il sait qu'il est en bas de l'échelle sociale et qu'il ne peut tomber plus bas. L'inquiétude n'est plus là. Il n'a que faire des bonnes manières. Il a tendance à s'isoler du reste de la société qui, de toute façon, le rejettera parce qu'il représente une menace contre l'ordre établi. Il exercera son pouvoir sur des chiens, en les caressant, les nourrissant, les battant et les tuant parfois même. Toutefois, il ne les mangera pas. Les femmes itinérantes sont moins chanceuses. Elles sont souvent plus maltraitées que les chiens.

2. Le fonctionnaire (bélier)

Le fonctionnaire a un rôle clé dans la société des homo sapiens. Il est le magicien qui concrétise toute politique décidée par le roi ou par l'imposteur. Il peut être minutieux dans sa tâche, voire zélé, même sadique dans certains cas. Il jouera sur son pouvoir dès qu'il en aura la possibilité.

Dans certaines sociétés, le fonctionnaire hérite d'une grande liberté décisionnelle et plus l'État sera corrompu, plus le fonctionnaire prospérera et s'épanouira. En général, il est très diligent dans sa tâche si le pot de vin est bien rempli. Celui qui travaille aux postes frontières aura toute opportunité à explorer son dualisme manichéen: à aider, à assister, à trafiquer, à s'enrichir, à vexer ou à humilier. Nous avons remarqué toutefois que certains sont incorruptibles. Ils sont alors considérés par leur hiérarchie comme menaçants et dangereux. Le fonctionnaire est capable d'exterminer toute une partie de la population si tel est l'ordre du gouvernement pour lequel il travaille.

3. Le fermier (taureau)

Nous ne comprenons pas pourquoi cet être est autant méprisé par les foules citadines depuis de nombreux siècles. On le considère peu sophistiqué, peu doué à la rhétorique, un peu rustre. Cependant, toute la structure sociétale dépend de lui, de son labeur, de sa productivité, sans quoi famine et violence règneraient. Il se charge aussi de la sale besogne qui consiste à exécuter, à éventrer, à dépecer et à découper les animaux, autres êtres vivants que les homo sapiens trouvent dépourvus d'esprit et de paroles, bien que les victimes soient très proches génétiquement de leurs bourreaux.

4. Le journaliste (gémeaux)

Le journaliste est à la fois courageux et dangereux. Dans certains pays, on le surnomme le quatrième pouvoir. Il peut être persécuté ou choyé en fonction de ses croyances politiques. Il est souvent sous pression et reproduit donc ce qu'on attend de lui. Le journaliste peut renverser le roi par sa logorrhée, tout comme il peut renforcer son pouvoir en consolidant la propagande, d'où l'importance de le choyer avec des dîners copieux dans les sphères du pouvoir, des photos dédicacées par le roi, car nul n'est indifférent à l'affabilité, aux louanges et aux petits soins.

Mais le journaliste, comme le roi, a très bien compris que sa prospérité et le maintien de ses propres privilèges dans la société passe par la propagation de la peur. Il est impératif de vendre l'effroi, car non seulement il rapporte au niveau pécuniaire, mais il assure la prédominance de son poste. C'est la raison pour laquelle on trouve maintenant des chaînes de télévision, des sites internet et des journaux gratuits bombardant à longueur de journée le public d'informations choquantes, polluantes, terrorisantes, violentes et publiant en même temps des séries de ragots, commérages ridiculisant ou humiliant certains artistes ou politiciens en pleine disgrâce avec le roi.

Le journaliste est confronté à un choix difficile pour sa conscience: celui de contribuer à la diffusion d'une énergie négative ayant pour objectif officiel d'informer, mais dont le but réel est de maintenir les masses dans l'ignorance; ou celui de participer à l'éveil potentiel qui sommeille dans chaque Terrien. Ce n'est pas une exagération de dire que le journaliste est l'homme le plus puissant.

5. Le prêtre (cancer)

Le prêtre est celui qui a le moins la foi en lui, en sa bonne étoile, ce qui peut le rendre illogique, peureux et fanatique. Pour réduire son niveau d'anxiété, il aura besoin de dogmes afin de bien orienter sa vie. C'est un peu l'autiste des Hommes. Avec une structure et des règles bien établies, il se montrera d'une efficacité et d'un zèle remarquables. Ce qui nous semble incompréhensible est que le prêtre devient haineux lorsqu'il perd la foi et développe une obsession pour le feu.

Par ailleurs, les plus radicaux sont les convertis. Conscients de leurs origines, ils feront preuve de cruauté sans précédent, surtout envers son ancienne communauté, ce qui les portera au sommet de leur nouvelle hiérarchie. On les appelle les purificateurs. Souvent eux-mêmes tombent dans un culte d'énergie négative qui leur apporte pouvoir, sexe et stress. En général, les femmes sont exclues de la prêtrise, société entièrement masculine avec tous les dérapages que cela sous-entend.

6. Le roi (lion)

Le roi est en fait celui qui est responsable de la bonne évolution sociétale. Il a tendance à être charismatique, autoritaire et charmant, qualités nécessaires à la survie. S'il est honnête, altruiste et bon, il agira de sorte que sa tribu prospère et il fera tout pour éviter les guerres inutiles. Cependant, si cette politique va à l'encontre des intérêts du mafieux, du prêtre et du fonctionnaire, il risque sa vie, d'où la nécessité de gagner les bonnes grâces du quatrième pouvoir.

Le roi, dès qu'il atteint son trône, fera tout ce qui est possible, dans un cadre légal ou non, pour préserver sa puissance. Le roi aime être flatté à longueur de journée et il ne veut entendre que de bonnes nouvelles, ce qui l'éloigne de la réalité. S'il peut être à la fois craint et aimé, il n'en sera que plus ravi. Il entreprendra de grands travaux, non pas pour créer de l'emploi, mais pour rentrer dans la postérité. Sa seule tragédie est que la mort lui est inéluctable.

7. L'enseignant (vierge)

L'enseignant exerce le métier le plus difficile aujourd'hui, et il est souvent la cible de nombreuses insultes et quolibets de la part des apprentis. On constate une grande évolution dans son milieu. Naguère, il était craint par ses élèves, respecté de tous les parents. Aujourd'hui, on le ridiculise, le menace et le toise. Cependant, la société le maintient dans sa tâche ingrate grâce aux antidépresseurs, à de longues vacances, à de nombreux congés de maladie et à des réunionites sur les bienfaits du politiquement correct et des statistiques à atteindre. On remarque que l'enseignant est un être surdoué, doté d'une grande capacité de résistance et de patience. Sa profession est de plus en plus réservée aux femmes et aux immigrants.

8. L'artiste (balance)

L'artiste est un être totalement absorbé par sa personne. Il fait fi du reste de la société, tout en prenant bien soin de la critiquer pour vendre son art. Il fait partie des hommes et des femmes les plus charmants et dissimulera avec génie sa misanthropie. On a noté que son cerveau fonctionne différemment, ce qui explique ses penchants vers la gauche, l'indépendance, la dyslexie, la solitude ou le culte de Bacchus. Cependant, c'est grâce à lui que la conscience, la liberté, l'héritage culturel survivent et se diffusent dans la société lors d'un régime autoritaire (86 % du temps depuis l'apparition de l'espèce homo sapiens).

9. Le mafieux (scorpion)

Le mafieux est l'être le plus dangereux car il est prêt à utiliser tous les moyens pour conserver son empire et son emprise sur le reste de la population. Il n'hésitera pas à éliminer ses opposants. Il aidera le roi et le prêtre à asseoir leur pouvoir, tant que ces derniers absolvent ses crimes. En guise d'alliance, le mafieux construira des hôpitaux, des écoles, il financera des aides caritatives, il commanditera la construction de temples, d'églises, de mosquées, ce qui renforcera sa popularité auprès du menu peuple. Il sortira parfois le mendiant de sa misère en lui demandant en contrepartie d'éliminer le juge, le fonctionnaire, le journaliste et parfois même le roi. Sa seule faiblesse est son instabilité dans la vie privée. Le mafieux est un homme, et plus rarement une femme, complexé par certains traumatismes de l'enfance. Il aurait voulu être dès son plus jeune âge plus fort, plus grand, plus beau et plus doué.

10. L'employé (sagittaire)

L'employé est la principale force dans la société homo sapiens. C'est grâce à lui que les objectifs de la profitabilité sont atteints. L'employé a, en général, d'autres ambitions que celles liées à la profession. Il pensera surtout à son dîner, à ses loisirs, à son confort et parfois à son développement personnel. Les jours de la semaine les plus importants sont le vendredi, le samedi et le dimanche. Pendant ses trois jours, il démontrera une capacité exceptionnelle de planification, d'organisation, de créativité et d'enthousiasme, quoique celle-ci s'estompe le dimanche en fin d'après-midi.

L'employé, soumis, docile ou coopératif, permet à l'élite de vivre luxueusement de façon ostentatoire, ce qui encouragera cette dernière à mettre en place un système de sécurité sociale afin d'apaiser les exploités. Par contre, si la notion de stabilité disparait, l'employé suivra le philosophe pour renverser l'élite et le roi, car dans sa nature, il n'a aucune loyauté.

11. Le juge (capricorne)

Le juge est l'incorruptible sur lequel repose l'espoir du peuple. C'est le seul qui ait vraiment le pouvoir de tempérer les actions du fonctionnaire, du mafieux, du prêtre, du philosophe et du roi. Malheureusement, nous avons noté que dans 60 % des cas, les juges se plient à la pression des dirigeants. Mais l'espoir demeure dans les 40 % restant intègres qui travaillent pour un meilleur monde. Le seul bémol est que certains d'entre eux se feront un plaisir de châtier le coupable de façon violente, allant aux coups de fouet jusqu'au tranchement du corps. On a remarqué que la plupart ont tendance à adhérer à des sociétés secrètes dans le but de consolider leur pouvoir et à briser leur isolement, car le juge est une personne dont on se méfie. Finalement, c'est l'ordre auquel il appartient qui finit par le contrôler et par orienter le cours de la justice.

12. Le philosophe (verseau)

Le philosophe est celui qui vit la plus grande foi: il croit dur comme fer en son génie. Celui qui se déclare athée sera le plus dangereux, car rien ne serait supérieur à sa raison. Dès qu'il aura le pouvoir, il agira comme un dieu incarné, car aucune force supérieure le modèrera. Il sera à la fois méticuleux et impitoyable dans l'atteinte des objectifs fixés et instaurera une politique nationale d'intérêt collectif, ce qui justifiera l'élimination rapide de tout obstacle, de tout élément remettant en cause son savoir et sa stratégie.

Conclusion

Nous conseillons aux membres de notre planète de ne pas rentrer en contact avec les homo sapiens. Si ces derniers ont pu créer toute une industrie alimentaire faites d'organes des autres êtres partageant la même planète, ils pourraient bien nous réserver le même sort à moyen terme. Nous trouvons les animaux moins imprévisibles et indubitablement moins dangereux, c'est la raison pour laquelle nous proposons au comité de nos nations intersidérales que notre association spatiale vienne à la rescousse des éléphants, des dauphins, des baleines, des tortues, des abeilles, des orangs-outans et des pandas.

Nous avons remarqué que les humains se sentent harcelés par une force invisible, ce qui rend leur comportement extrêmement dangereux et irrationnel. Cette force serait d'ordre énergétique et dualiste, ce qui nous inquiète grandement. Nous aurions suggéré au comité la destruction de la planète bleue mais, après une longue observation, cela serait une dépense inutile car nous croyons que les homo sapiens autodétruiront leur habitat d'ici cinquante ans. Leur avidité est sans limite, leur peur est constante, la jalousie les hante et leur technologie nucléaire les menace à tout instant.

Cependant, certains d'entre eux nous font entrevoir une lueur d'espoir par le fait que nombreux sont ceux qui se rendent compte de leurs maux et agissent pour un renouveau. Ils prennent conscience de leur dimension complexe et essaient de maîtriser leurs pensées par des techniques leur permettant d'empêcher les entités invisibles de prendre possession de leur corps, de conserver une pensée réaliste mais optimiste et de comprendre le tout.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images