LES BLOGUES
24/07/2016 08:07 EDT | Actualisé 24/07/2016 08:07 EDT

New York: du bouillonnement culturel au repli narcissique et consumériste

Entrevue avec la jazziste new-yorkaise Corina Bartra, précurseur d'un nouveau genre musical.

Entrevue avec la jazziste new-yorkaise Corina Bartra, précurseur d'un nouveau genre musical.

Lors d'une journée ensoleillée, chaude et moite comme souvent à New York, je vais à la rencontre de cette artiste typiquement new-yorkaise, quoiqu'elle soit née au Pérou, mais la Grosse Pomme se compose de tout ce melting-pot qui a si bien caractérisé la ville et la civilisation occidentale. Les empreintes irlandaises, juives, italiennes et latinos ont fait de cette ville une métropole trépidante, dévoreuse, étourdissante.

J'ai rendez-vous à deux heures, elle ne me voit pas, mais moi, je l'observe. Nous sommes au Flatiron Room au nord de Chelsea, à la 26e rue entre Broadway et l'avenue of the Americas. Elle arrive au bar, enlève sa casquette, transpire un peu, se passe la main sur les cheveux pour bien remettre sa frange, commande une pinte, mais, exigeante, demande des échantillons avant d'opter pour une bière rousse. Elle a l'air impatiente et regarde sa montre. Le temps est sans doute de l'argent à Manhattan. Je vais finalement à sa rencontre.

Elle me sourit brièvement, mais garde un petit air sévère, m'examine en deux coups d'œil prompts, mais précis afin de deviner ma personnalité. Oh, je l'imagine dure, à l'image des New Yorkais. Et voilà, je lui pose ma première question, elle commence à parler; je suis très vite envoûté par sa vivacité, sa facilité d'élocution, sa belle voix grave et la profondeur de ses réflexions. Elle m'est finalement très sympathique.

Très jeune, elle est fascinée par le jazz américain et quand ses parents lui tracent son avenir en lui payant des études de droit à Georgetown University, à peine admise, elle fait l'école buissonnière pour se réfugier à New York où elle peut vivre son rêve: étudier et chanter le jazz. À cette époque-là - Corina ne me donne aucune date - la ville monde était riche de promesses, bien que dangereuse.

Quand sa mère, furieuse des choix de sa fille, la traque dans Manhattan pour la ramener à la raison, elle se fait agresser à deux reprises: coups et revolver sur la tempe. Elle se promet de ne plus jamais remettre les pieds dans cette métropole trop dure et trop brutale; Lima, la tranquille à l'époque, est prête à l'accueillir... Mais petit à petit Corina trouve son public, adepte de son mélange de genres, jazz afro-latino-indigène. Au Pérou, sa musique n'aurait jamais été acceptée, car l'élite blanche qui seule fréquentait les spectacles, aurait hurlé à l'écoute de sons d'instruments autochtones, outils si primitifs...

Alors que New York, elle, restait ouverte sur le monde, avide de nouveauté, bouillonnante de culture et de brassages. Ces citadins sortaient constamment le soir dans les restaurants, les bars et les salles de Jazz. New York était la Rome moderne de l'après-guerre. Corina faisait de nombreuses représentations au Metronome, au Birdland lorsqu'il était dans le Village, au Jazz Mobile, et même au CBGB avec son groupe de rock, le CBGB où sa mère s'évanouit quand elle vit sa fille chanter dans un lieu où les gens portaient des chaines et fumaient des joints.

corina bartra

«New York a malheureusement changé me dit-elle. Aujourd'hui, cette ville est devenue très corporatiste et la composition de ses résidents n'est plus la même. Manhattan a été conquise par des gens extrêmement matérialistes en quête de gadgets de tout genre. Ils vivent dans leur bulle où leur iPhone dernier cri reste désormais leur seul compagnon. Ils travaillent pour la mondialisation, mais se coupent totalement des autres, voilà la contradiction que nous vivons. Les New Yorkais de nos jours ne sortent que très rarement.»

Depuis quelques années, Corina vit beaucoup de ses cours de musique, ce qui ne l'empêche pas de donner des spectacles en Europe où elle se rend au moins une fois par an. Elle adore le public allemand, ouvert et généreux, n'hésitant pas à sortir pendant l'entracte pour lui acheter des fleurs. Berlin et Hambourg sont ses lieux préférés. Elle aime aussi le public français, mais pense hélas que les Parisiens travaillant dans le monde du spectacle sont devenus des gens compliqués, conservateurs et trop orientés par le profit. Les valeurs américaines sont désormais à Paris, impossible aujourd'hui d'y organiser un spectacle sans laisser un dépôt, «une caution à nous artistes!». Dommage, car les spectateurs parisiens font partie de ses préférés! Quant à l'Espagne, la mère patrie, Corina a des sentiments ambivalents. Elle ne supporte plus le mépris des Espagnols envers les Latino-américains alors que les Madrilènes sont loin d'être les gens les plus raffinés. Ne sommes-nous pas tous égaux?

Les airs musicaux de Corina suivent l'évolution spirituelle de cette femme charismatique et aventurière. New-Yorkaise d'adoption, elle raffole des mouvements spirituels du New Age. Adepte à son arrivée d'un gourou russe, elle s'est détachée avec le temps par souci de liberté de pensée et par rébellion contre toute hiérarchie. Elle intègre à sa philosophie des idées des peuples amérindiens: de la Pachamama, Mère Nature, aux forces spirituelles des plantes, ces êtres que nous ignorons et maltraitons trop souvent en Occident.

Corina Bartra est une musicienne admirable qui refuse tout compromis, soucieuse de l'authenticité de sa créativité. Elle n'hésite pas parfois à improviser dans ses spectacles quand elle est inspirée ; elle crée ses propres mots au son de la musique jazz, le scatting.

Corina Bartra est la preuve que la mondialisation a des atouts et qu'elle peut être bénéfique si nous refusons l'uniformisation culturelle et si nous nous opposons à un matérialisme avide et insatiable.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Quoi faire à New York Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter