LES BLOGUES
28/05/2017 12:04 EDT | Actualisé 28/05/2017 12:15 EDT

Être super riche

Wozniak, une vraie légende vivante, a l'air d'un ourson sympathique bedonnant. Le secret du bonheur pour lui se résume à une équation bien simple, les trois F: «Food + Fun + Friends». Certains diront que l'équation est incomplète, qu'il manque un quatrième «F word». À vous de voir lequel.

Finalement, être Super Riche, ça a l'air plate en maudit.

J'ai terminé mon expérience à C2 Montréal en rencontrant Steve Wozniak, un des trois gars qui ont fondé Apple avec Steve Jobs et un autre gars qu'on ne se rappelle jamais c'est qui.

Wozniak, une vraie légende vivante, a l'air d'un ourson sympathique bedonnant. Le secret du bonheur pour lui se résume à une équation bien simple, les trois F: «Food + Fun + Friends». Certains diront que l'équation est incomplète, qu'il manque un quatrième «F word». À vous de voir lequel.

Steve Wozniak n'a jamais voulu être riche. Ce n'est pas ça qui l'intéressait. « Mettez-moi devant un ordinateur l'après-midi et en général cela me suffit», dit-il avec une simplicité désarmante. Il a toujours été curieux, inventif. Le bonheur? Pas dans les prés... dans le garage! Ou dans les montagnes: «J'aurais dû normalement aller dans une Ivy League prestigieuse comme le MIT, j'ai préféré le Colorado parce que je suis tombé en amour avec la neige!»

Lorsqu'Apple a vraiment décollé, il a trouvé ça incroyable que trois gars aient autant d'argent dans leurs poches. Il s'est donc mis à distribuer des millions à ses collègues afin qu'ils/elles puissent aussi s'acheter une maison «and have fun».

Pour Wozniak, l'humour et la créativité marchent main dans la main. C'est fondamental. Il faut s'associer avec les gens qu'on aime. Pas besoin de prestige, de vêtements griffés, de mondanités. Une bonne bière, des conversations animées, des rires, un bon spectacle, ça fait la job.

Wozniak se tient loin de Facebook et Google. «Ils en savent beaucoup trop sur nous. S'ils veulent m'envoyer des annonces qui seront ciblées sur mon cas, alors qu'ils me versent un pourcentage de leurs revenus publicitaires!» Il ne suit pas le cours de ses actions, donne à des œuvres caritatives et est fier de dire qu'à Santa Clara, en Californie, 50% des gens ne parlent pas l'anglais à la maison.

Pas besoin de mur... «Make sure you are enjoying your life!»

Pour Wozniak, l'humour et la créativité marchent main dans la main. C'est fondamental. Il faut s'associer avec les gens qu'on aime. Pas besoin de prestige, de vêtements griffés, de mondanités. Une bonne bière, des conversations animées, des rires, un bon spectacle, ça fait la job.

Je suis ressorti de ma rencontre avec Wozniak charmé, mais un peu déstabilisé. Moi aussi, si j'étais riche de même, je ne capoterais pas sur la valeur de mes actions et je dirais au monde entier de triper, me dis-je. Jusqu'à ce que j'embarque dans un taxi et demande à mon chauffeur de monter le son, curieux de mieux entendre la musique ensorcelante et douce qui berce sa voiture en toile de fond. «C'est pour le Ramadan!» me dit-il, un peu surpris que je m'intéresse à ses cantiques. L'œil espiègle, il ajoute: «Vous savez, jeûner, c'est prouvé que c'est très bon pour la santé!»

On se met à parler politique et j'en viens à apprendre que le Roi du Maroc aurait 27 palais et que dans chacun d'eux, on prépare un banquet au cas où il se pointerait. Ouain, pas fort si c'est vrai. Quand ton peuple a faim...

Vient un moment dans la vie où on se dit: «Assez, c'est assez!» Il y a des limites à ce qu'on peut consommer! D'autant plus que les plus belles choses ne coûtent absolument rien!

J'ai déjà dit à mes amis, un soir de jeunesse, tard dans un dépanneur: «Qu'est-ce que je pourrais bien vouloir?»

Finalement, être super riche, c'est plate en maudit.

LIRE AUSSI:

» L'âge des ténèbres?

» Montréal, future capitale de l'intelligence artificielle?

» C2MTL: entre «Star Wars» et l'ONU

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST