LES BLOGUES
18/09/2018 17:07 EDT | Actualisé 18/09/2018 17:27 EDT

À quoi sert mon vote?

Nos votes contribuent à la démocratie, contribuent à faire en sorte que le Québec est l'un de ces endroits accueillants et où il y fait bon de vivre en paix.

D'ailleurs, plusieurs pourraient être enclins à se demander: «À quoi sert mon vote au juste, car cela revient toujours du pareil au même?»
Getty Images/iStockphoto
D'ailleurs, plusieurs pourraient être enclins à se demander: «À quoi sert mon vote au juste, car cela revient toujours du pareil au même?»

Le 7 septembre dernier Barack Obama a prononcé un discours à l'Université de l'Illinois devant des étudiants et quelques dignitaires du Parti démocrate. Il a encouragé les gens à se présenter aux urnes lors des élections de mi-mandat au mois de novembre prochain. Il y a une possibilité pour les démocrates de prendre le contrôle de la Chambre des représentants, mais en ce qui concerne le Sénat, il y a de fortes chances que les républicains conservent leur mince majorité.

Cette allocution a permis à l'ex-président américain de sortir de son devoir de réserve, afin de donner un coup de pouce aux candidats démocrates. Depuis son départ de la politique active, la Maison-Blanche est devenue une télé-réalité chaotique à la démesure du personnage qui l'habite. Beaucoup de gens étaient impatients de connaître l'état d'esprit de M. Obama dans le contexte du climat politique actuel qui sévit aux États-Unis.

Plutôt que de livrer une charge à fond de train contre Donald Trump, le message de M. Obama était porté davantage sur les raisons expliquant pourquoi le pays en était arrivé à ce point de dégradation politique et sociale. Celui-ci s'adressa à son auditoire: «[...] non pas en tant qu'ex-président, mais en tant que citoyen, je suis ici pour transmettre un message simple, et c'est que vous devez voter parce que notre démocratie en dépend.»

Le message est clair: votre vote compte. Votre vote est important. Votre vote fait une différence.

Et cela vaut tout autant pour les Américains que pour les Québécois.

Plus proche de nous, au Québec

En cette joute électorale, où les citoyens sont déjà sollicités à voter de manière stratégique, il s'agit ici d'un autre pas de plus vers une répulsion généralisée de la politique. «Je veux que le message porte à ceux qui ont voté pour le PQ en 2014. Cette fois-ci, si vous voulez battre les libéraux, il ne faut pas que le vote s'éparpille, il faut se concentrer à la CAQ», a déclaré François Legault. De même que Jean-François Lisée qui a prévenu: «Il ne faut pas se diviser, a-t-il averti, en donnant son vote à Québec solidaire (QS), un parti qui, «on le sait, ne sera pas élu». «Il faut plutôt voter pour le PQ, qui a formé le gouvernement le plus progressiste en Amérique du Nord.»

D'ailleurs, plusieurs pourraient être enclins à se demander: «À quoi sert mon vote au juste, car cela revient toujours du pareil au même?»

À quoi sert donc mon vote?

Célébrant les vertus de la lassitude et de la frustration à l'égard de la politique et du gouvernement, les réseaux sociaux nous balancent une dose de réalisme avec un chanteur qui proclame haut et fort: «Je suis tanné, tanné, tanné, tanné, tanné, tanné de voter (comprends-tu?)». Nous pouvons convenir que la subtilité dans ce cas-ci est loin d'être éloquente; cependant, parfois plusieurs d'entre nous tiennent la démocratie pour acquise.

Alors que faire pour remédier à toutes les injustices et les inégalités qui affligent la société? Nous trouvons intolérable de voir les aînés être en déficit de soins et qu'ils se murent dans la solitude d'un CHSLD, faisons pression sur les candidats et les partis politiques, afin qu'ils leur redonnent leur dignité. Nous trouvons choquant de voir les deniers publics être utilisés à mauvais escient, exigeons des politiciens la transparence et l'éthique nécessaires pour remédier à ces situations.

Nous trouvons damnant que la justice soit parfois inaccessible à ceux qui se trouvent en manque de moyens financiers pour faire face à des préjudices matériels ou moraux. Demandons aux politiciens de faire en sorte de désengorger le système de justice pour que celui-ci soit plus performant et, par le fait même, le rendre plus accessible à l'ensemble de la population.

Quant à M. Obama, il déclara: «L'indifférence est la plus grande menace pour notre démocratie. La plus grande menace pour notre démocratie est le cynisme - un cynisme qui a conduit trop de gens à se détourner de la politique et à rester à la maison le jour des élections.» Et il ajouta: «Donc, si vous n'aimez pas ce qui se passe en ce moment - et vous ne devriez pas le faire - ne vous plaignez pas. Ne vous inquiétez pas. Ne reculez pas. Ne vous perdez pas dans le détachement ironique. Ne mettez pas votre tête dans le sable. N'hésitez pas. Votez.»

En somme, mon vote et votre vote contribuent à la démocratie, contribuent à faire en sorte que le Québec est l'un de ces endroits accueillants et où il y fait bon de vivre en paix.

Abraham Lincoln a déjà dit: «Je crois fermement aux gens. Si on leur donne la vérité, on peut leur faire confiance pour faire face à toute crise nationale. Le grand point est de leur apporter les faits réels.»

Finalement, il arrivera un jour où les partis politiques présenteront des hommes et des femmes qui sauront vous inspirer, afin d'imprégner dans nos esprits que la démocratie prévaudra toujours au-delà de nos frustrations et de nos désabusements.

À LIRE AUSSI:

» L'appel au vote stratégique: un aveu de faiblesse
» Développement durable: contrainte nécessaire à la liberté de commerce
» Penser le système de santé autrement pourrait changer la donne

À VOIR AUSSI: